CASE PRISON

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CASE PRISON

Message  DUQUERROY Jean Pierre le Ven 23 Sep - 11:53

Qui parmi vous a connu les "geôles" sahariennes ?
Pour ma part, l'adjudant de compagnie de la 71/2 m'a infligé 8 jours de salle de police pour ne pas porter mes galons !
Et vous ?
avatar
DUQUERROY Jean Pierre

Nombre de messages : 1443
Age : 71
Localisation : POITIERS
Date d'inscription : 31/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: CASE PRISON

Message  Alain le Ven 23 Sep - 12:25

Je n'ai pas pu avoir cet ennui.... les galons, c'est quoi ?

_________________
Alain VEIL
In Amguel 63/64
PA 325 Télétype Météo





-Vous voyez là ? Au bout , y a une extrémité.
-Vous n'ignorez pas que le défi métabolise les changements motivationnels dans le bon sens. (JMR)
-Il faut faire en sorte de laisser une trace sur la terre même quand ton ombre aura disparu..
avatar
Alain
Administrateur

Nombre de messages : 12403
Age : 73
Localisation : Fouras Charente Maritime
Date d'inscription : 05/01/2008

http://amis-pic-laperrine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

re : case prison

Message  DUQUERROY Jean Pierre le Ven 23 Sep - 13:03

Mon grade de cabot-chef sur la tenue relax : short et chemisette, alors que je n'étais même pas de service (j'allais à la douche !)
Mais comme je vous l'ai déjà expliqué dans "avoir 20 ans dans la hamada", la prison était située derrière le poste de police et lorsque la serrure n'était fermée qu'à un tour, le soir nous pouvions sortir librement (quand le chef de poste était un appelé, souvent un caporal-chef).
Fallait pas se faire piquer !
avatar
DUQUERROY Jean Pierre

Nombre de messages : 1443
Age : 71
Localisation : POITIERS
Date d'inscription : 31/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: CASE PRISON

Message  Georges le Ven 23 Sep - 19:20

Nous, pas de prison, les peines étaient commuées automatiquement en kilomètres.
Par contre, quand j'étais chauffeur de semaine. Ah oui explication: à la colo, tous les chauffeurs
devaient être pendant une semaine à la disposition du juteux de compagnie. Cela consistait à buller dans sa piaule, et à la moindre demande, de gicler à son volant pour emmener un truc ici, en amener un là-bas, faire des liaisons avec le point nord, à fond la caisse pour voir ce que le moteur avait dans le bide !
Donc, un des boulots était les poubelles, pour cela il fallait aller chercher de la main d'oeuvre à la prison.
On me filait 2 ou 3 bandits, et un garde avec un P.M. de crainte qu'ils s'évadent les salopards !
Pour eux c'était pas facile, vu qu'ils n'avaient qu'une main, l'autre étant occupée à tenir leur froc !
Normal pas de ceinture ni de lacets des fois qu'ils se pendent ! Une fois le poubelles dans le bahut,
(on s'arrêtait quand même boire une mousse dans des endroits un peu non officiels) direction la zoubia,
là, les jeunes PLO sautaient dans le bahut et déchargeaient les poubelles pour récupérer la bouffe.(pour les bêtes)
En suite retour à la tôle pour remettre les repris de justice en cabane !

Ce que je trouvais très drôle pendant les déplacements de nuit, c'était de mettre pleins phares sur l'écran du cinéma en roulant doucement. Et ça gueulait, et ça gueulait, un vrai plaisir !!!!!


avatar
Georges

Nombre de messages : 5332
Age : 73
Localisation : st Armel 56450
Date d'inscription : 31/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: CASE PRISON

Message  claudius le Sam 24 Sep - 16:23

Un bref passage sur le forum que je n'oublie pas mais actuellement j'ai souvent une valise à la main. Demain départ pour Lyon je remplace la Nounou.

Je n'ai jamais connu les "culs de basse fosse" mais le régime à mon époque était très simple. Autant de jours de taule....autant de jours de rab !! j'en connais un du peloton GBO qui a joué les prolongations durant 45 jours.
avatar
claudius
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 830
Age : 76
Localisation : Région Parisienne
Date d'inscription : 09/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: CASE PRISON

Message  Bernard le Lun 26 Sep - 17:34

A In Amguel j'ai failli. A la suite d'une beuverie de 6 marins la prévo avait bouclé le foyer, tous en rang devant le bar il fallait montrer nos papiers, avec 2 copains nous avons foncé vers nos piaules, ils nous ont cherchés pendant un bon moment, ils nous ont trouvés et direction la gendarmerie. les 6 marins complètement ivre et hilare étaient là heureusement avec d'autres. La prison était pleine, je n' ai rien eu. De la chance toujours de la chance!

Par contre a Laon je me suis fait 3 semaines de prison pour un mur pris dans le mauvais sens. Une sacré aventure aussi.
Je suis sorti quelques jours avant pour la perm avant le départ pour l' Algérie.

Souvenir d' un GMC de charbon a la pelle dans la cave du Colonel.

Photo déja passé, ça passe le temps
avatar
Bernard

Nombre de messages : 2753
Age : 71
Localisation : Haute Normandie
Date d'inscription : 18/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: CASE PRISON

Message  Georges le Mar 27 Sep - 9:08

Je n'ai pas pu avoir cet ennui.... les galons, c'est quoi ?

Évidement, un civil, ça peut pas comprendre !!!
avatar
Georges

Nombre de messages : 5332
Age : 73
Localisation : st Armel 56450
Date d'inscription : 31/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: CASE PRISON

Message  Alain le Mar 27 Sep - 9:26

Tu as raison, Georges, pas de garde, pas de salut, pas de clairon, pas de défilé, pas de corvées, pas de brimades... juste une tenue correcte et un boulot intéressant, avec le respect de tes chefs qui te disent simplement bonjour le matin, et merci quand tu leur rend service ....
Que veux tu, on ne choisit pas !

_________________
Alain VEIL
In Amguel 63/64
PA 325 Télétype Météo





-Vous voyez là ? Au bout , y a une extrémité.
-Vous n'ignorez pas que le défi métabolise les changements motivationnels dans le bon sens. (JMR)
-Il faut faire en sorte de laisser une trace sur la terre même quand ton ombre aura disparu..
avatar
Alain
Administrateur

Nombre de messages : 12403
Age : 73
Localisation : Fouras Charente Maritime
Date d'inscription : 05/01/2008

http://amis-pic-laperrine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Ca, c'est GONFLE

Message  Alain le Mar 27 Sep - 10:36

Je vous livre in extenso le récit de notre "CONSULTANT", le seul, à ma connaissance, qui ait eu le culot de partir d'In Amguel, par avion, en fausse perm...
Pour ce faire, il se servait du carnet de vol d'un sous-officier, qui ne rechignait pas sur quelques heures de plus.... mais un jour, le commandant de bord s'est interrogé sur l'âge d'un prétendu adjudant chef, sans galons, et ...20 ans tout mouillé de chaud.

Et hop ! Voilà ! J'ai fait ce que j'ai, pu avec mes souvenirs, j'espère que ce sera compréhensible pour les nouveaux (j'allais dire les bleus).

"Il faut préciser que cela se passait en hiver plusieurs semaines précédant le tir « Saphir », au tout début des préparatifs : ce que j’ignorais.
Mon aller sur Bou S’Fer s’était passé sans encombre, mais pour le retour l’équipage m’était totalement inconnu. Je ne savais pas que, pour ces préparatifs, le trafic commençait à fortement augmenter. Le commandement de bord n’avait pas apprécié ma plaisanterie et m’a filé le simple motif d’abandon de poste pour ne pas incriminer le sous-off qui m’avait passé son carnet de vol.
Comme en voulait l’usage, ce motif montait dans la hiérarchie.
Je n’avais pas de nouvelle et je continuais mon boulot qui devenait de plus en plus intense.
À sept heures du matin, de retour d’une veille très animé, avec des atterrissages de nuit qui ne m’avaient pas laissé beaucoup de temps pour dormir, je rejoignais ma piaule et mon lit à la base vie et je me pieutais.
En plein sommeil, un « fâcheux » a la mauvaise plaisanterie de me foutre en bas du lit, matelas compris. À moitié réveillé j’ai fait le tour, erreur de sa part il était coincé entre la rangée de placards et les lits superposés, et lui ai décoché un marron avant de refaire mon lit et de me recoucher, sans chercher à savoir quoi que ce soit.
À mon réveil vers midi pour aller manger les copains me font remarquer que je ne suis pas commode quand on me réveille un peu brusquement, à quoi je leur ai répondu que tant pis s’il s’agissait d’un copain, il n’avait qu’à pas jouer au con. Et là j’apprends que pour l’expérience, nous avions "touché" un nouvel adjudant-chef de discipline et que c’était à lui que j’avais souhaité la bienvenue. Il ne savait pas le pauvre qu’il s’agissait du bâtiment des permanents à horaires fantaisistes.
Et voilà un deuxième motif, qui grimpe dans la hiérarchie pour atterrir (normal dans la gonfle) chez le lieutenant-colonel, qui me convoque, se souvenais de moi : confère Béchar et le volleyball. Il m’indique qu’il avait réussi à calmer le commandant de bord et qui avait accepté de détruire son rapport, solidarité des « volants » oblige. Oups ! J’étais assimilé….Mais que l’adjudant-chef de discipline (un rampant) lui, ne voulait pas en démordre, il le colon ne pouvait que transformer les 8 jours de taule en 8 jours de salle de police eu égard à la période de préparation d’essai.
Pour ceux qui n’auraient pas expérimenté cette sanction, il s’agissait après les heures de travail (ça a son importance) d’aller coucher en taule.
Mes chefs de station, qui n’avait surtout pas envie de me remplacer en cette période, ont fait valoir et obtenu du colon, encore lui, que soient considérées comme travail les nuits de veille même sans trafic ainsi que les nuits d’astreinte.
Il fut décidé, je ne sais très bien par qui mais certainement que mes chefs de station ont dû intervenir une nouvelle fois, après un savant calcul (problème des écarts), que mes huit jours commenceraient un jour de veille, ce qui en finale ne m’a fait dormir que deux nuits en taule : la nuit du troisième jour et la nuit du sixième jour.
Je n’ai donc pas connu la surveillance du ramassage des ordures, ni le plaisir de griller sous le soleil le jour, même en hiver sous les tôles du « Fillod »*, toutefois même avec des couvertures, j’ai pelé de froid les deux nuits de villégiature, sur un plancher incliné à peu près à 30°, très confortable… Notre nuit se terminait invariablement en boule en bas du plancher, dans une odeur entêtante de D.D.T. : il ne risquait pas d’y avoir puce ou punaise.

Pour mémoire comme l’a si bien montré Bernard la taule était située du côté de la gonfle en traversant la route à quelques encablures des douches.


_________________
Alain VEIL
In Amguel 63/64
PA 325 Télétype Météo





-Vous voyez là ? Au bout , y a une extrémité.
-Vous n'ignorez pas que le défi métabolise les changements motivationnels dans le bon sens. (JMR)
-Il faut faire en sorte de laisser une trace sur la terre même quand ton ombre aura disparu..
avatar
Alain
Administrateur

Nombre de messages : 12403
Age : 73
Localisation : Fouras Charente Maritime
Date d'inscription : 05/01/2008

http://amis-pic-laperrine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: CASE PRISON

Message  Invité le Mar 27 Sep - 17:16

Je suis presque désolé de vous avouer que j'ai approché la prison une seule fois 24 heures au poste de garde, donc l'envers du décor, j'avais un job sympa, pas de défilé, pas de corvées et comme le dit Alain :"avec le respect de tes chefs qui te disent simplement bonjour le matin, et merci quand tu leur rend service ...."
Non, finalement j'ai presque honte !!!



avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: CASE PRISON

Message  Georges le Mer 28 Sep - 11:00

24 heures au poste de garde, donc l'envers du décor,

Un maton parmis nous ??
avatar
Georges

Nombre de messages : 5332
Age : 73
Localisation : st Armel 56450
Date d'inscription : 31/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: CASE PRISON

Message  Georges le Mer 28 Sep - 11:13

pas de garde, pas de salut, pas de clairon, pas de défilé, pas de corvées, pas de brimades.

Eh, Alain et les COULEURS alors !! Pas un "petit garde à vous", pas un "petit présentez armes" avec un "petit P.M.?"
Même pas faire honneur à notre drapeau ? Je crois rêver..............

avatar
Georges

Nombre de messages : 5332
Age : 73
Localisation : st Armel 56450
Date d'inscription : 31/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: CASE PRISON

Message  Christian S le Mer 28 Sep - 11:39



Pas de prison, mais consigné dans ma chambre durant une semaine, au camp Sainte-Marthe , pour avoir chanté "le déserteur" au micro du steward, dans l'avion qui nous ramenait d'In Amguel.
avatar
Christian S

Nombre de messages : 1223
Age : 70
Localisation : La Verpillière - Isère
Date d'inscription : 17/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: CASE PRISON

Message  Invité le Mer 28 Sep - 13:44

georges a écrit:
24 heures au poste de garde, donc l'envers du décor,
Un maton parmis nous ??

Là, Georges tu exagères, je n'ai pas l'esprit "maton" et je n'ai pas l'impression d'avoir agi un jour comme tel mais si c'est ton avis alors je m'incline... amicalement, gt Laughing
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: CASE PRISON

Message  Alain le Mer 28 Sep - 14:54

Eh, Alain et les COULEURS alors !!
Désolé... mais il y avait des gens dévoués pour faire tout cet apparat pendant que nous travaillions efficacement....
De temps en temps, alors que nous essayions de dormir après une nuit de travail, on entendait bien au loin ce sinistre clairon, au loin, au loin ....

_________________
Alain VEIL
In Amguel 63/64
PA 325 Télétype Météo





-Vous voyez là ? Au bout , y a une extrémité.
-Vous n'ignorez pas que le défi métabolise les changements motivationnels dans le bon sens. (JMR)
-Il faut faire en sorte de laisser une trace sur la terre même quand ton ombre aura disparu..
avatar
Alain
Administrateur

Nombre de messages : 12403
Age : 73
Localisation : Fouras Charente Maritime
Date d'inscription : 05/01/2008

http://amis-pic-laperrine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: CASE PRISON

Message  Alain le Mer 28 Sep - 15:05

Christian SAVEL a écrit:

Pas de prison, mais consigné dans ma chambre durant une semaine, au camp Sainte-Marthe , pour avoir chanté "le déserteur" au micro du steward, dans l'avion qui nous ramenait d'In Amguel.

Christian, je savais que tu étais un tout bon...
Comme JJ et moi, rejoins le clan des "mal pensants" !
Allez, pour le plaisir, et promis, tu n'iras pas "au trou"


_________________
Alain VEIL
In Amguel 63/64
PA 325 Télétype Météo





-Vous voyez là ? Au bout , y a une extrémité.
-Vous n'ignorez pas que le défi métabolise les changements motivationnels dans le bon sens. (JMR)
-Il faut faire en sorte de laisser une trace sur la terre même quand ton ombre aura disparu..
avatar
Alain
Administrateur

Nombre de messages : 12403
Age : 73
Localisation : Fouras Charente Maritime
Date d'inscription : 05/01/2008

http://amis-pic-laperrine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: CASE PRISON

Message  J.J.O. le Sam 1 Oct - 20:29

Christian SAVEL a écrit:
Pas de prison, mais consigné dans ma chambre durant une semaine, au camp Sainte-Marthe , pour avoir chanté "le déserteur" au micro du steward, dans l'avion qui nous ramenait d'In Amguel.

Oh là là ! Alors ça, c'est balèze Christian
Quelle insolence Twisted Evil
Bienvenue au club des "mal pensants" … et fiers de l'être Wink
avatar
J.J.O.
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 3784
Age : 71
Localisation : Picardie
Date d'inscription : 05/01/2008

http://home.nordnet.fr/~joudart/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: CASE PRISON

Message  J.J.O. le Dim 11 Déc - 17:51

On en apprend tous les jours.

André MERCIER m'a fait parvenir pas mal de photos et parmi elles des clichés de Tinfouchy ou Tifouchi …
J'ai eu envie d'en savoir plus.
Ça se situe en Algérie, au Sud de la frontière marocaine, en allant vers Tindouf. Inutile de dire "un coin pommé" !



Bel exemple d'architecture militaire.


Pourquoi un tel édifice au milieu de nulle part ? Tout simplement parce que c'était un bagne militaire pendant la guerre d'Algérie.
Fortes têtes, de droit commun ou pacifistes politiques, tous y partageaient l'enfer.
Sous une température de 50 degrés le jour, glacial les nuits d'hiver, le camp est enclavé dans l'une des zones les plus désertiques de la planète. «Une telle amplitude thermique et l'isolement total au cœur des sables brûlants garantissent contre toute tentative d'évasion», note l'historien Jean-Charles Jauffret»
«Dans ce bagne au milieu du néant, la Ve République a connu ses lettres de cachet et l'embastillement arbitraire pour cinq politiques français». L'historien fait référence à cinq soldats du «non à la guerre d'Algérie».
Vous êtes comme moi, vous débarquez ?
Qui est cet historien ? Peut-on lui porter crédit ?
Voici ce qu'en pense WIKI :

Wikipédia a écrit:Jean-Charles Jauffret, né à Aubagne (Bouches-du-Rhône) le 27 septembre 1949, est un historien français.

Agrégé d'histoire, docteur ès lettres et spécialiste de l'histoire militaire coloniale, il enseigne à titre de professeur d'histoire générale en 1re année et en tant que professeur d'histoire des relations internationales en 2e année à l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence. Il dirige le Diplôme d'études approfondies d'histoire militaire, défense et sécurité dans ce même institut et à l'université de Montpellier Paul Valéry III. Il enseigne également aux écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan et dirige un programme de recherches "Algérie" au sein de l'UMR 5609 États, sociétés, idéologies, défense (ESID) et du CNRS. Ouvert sur toutes les questions touchant à la géopolitique et à l'histoire militaire, son domaine de prédilection reste avant tout la guerre d'Algérie.

Pour en savoir plus sur Tinfouchy un p'tit clic mais une simple recherche sur Google nous en apprend beaucoup.
avatar
J.J.O.
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 3784
Age : 71
Localisation : Picardie
Date d'inscription : 05/01/2008

http://home.nordnet.fr/~joudart/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: CASE PRISON

Message  J.J.O. le Lun 12 Déc - 20:19

Yves ROHMER nous apprend, sur son site, que le fort de Tinfouchy s'appelle Bordj Fouchet et qu'il n'est pas forcément désaffecté.
Ce fort fut appelé ainsi en référence à un Colonel, ancien chef de la Compagnie Saharienne de la Saoura, installée à Tindouf en 1934.
Il est possible que ce fort fut construit après la prise de Tindouf en 1934 pour protéger la piste Tabelbala-Tindouf.
La suite à lire et voir sur Saharayro
avatar
J.J.O.
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 3784
Age : 71
Localisation : Picardie
Date d'inscription : 05/01/2008

http://home.nordnet.fr/~joudart/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: CASE PRISON

Message  J.J.O. le Jeu 15 Déc - 20:10

Comme on se retrouve !
Tinfouchy et les "Bat' d'Af' " :


wikipedia a écrit:Le 3e bataillon d’Infanterie Légère d’Afrique est recréé en août 1951 par dédoublement du 1er qui avait lui-même été recréé en 1944 sous forme d'une compagnie. Au retour d'Indochine le 1er bataillon est dissous et le 3e est envoyé en Tunisie, à Tataouine.
Après l'indépendance de la Tunisie en 1956, le 3e bataillon embarque à Sousse pour l'Algérie et est envoyé dans le sud saharien. Il laisse la 1e compagnie à Tinfouchy tandis que le reste de l’unité rejoint la région de Tindouf.
En 1960, il passe à Fort Flatters, puis, en 1963, à Reggane, et, enfin, en 1967, à Mers el Kébir ; dans les années 1960, le 3e BILA est réduit à une simple compagnie, la 3e Compagnie d'infanterie légère d'Afrique (CILA).
J'ai vu de loin ces types de la CILA qui portaient des bérets violets. Largués plein Sud, ils devaient rejoindre leur base à pinces. Nous, on passait en camion mais notre encadrement nous avait dit qu'ils n'étaient pas fréquentables ces gars là.
Tatahouine, Tinfouchy, Reggan …
Après l'indépendance de l'Algérie, la 3e CILA est envoyée près d'Obock (Djibouti) où elle occupe l'emplacement d'un ancien pénitencier situé à 500m de la mer et à trois kilomètres du village
.

avatar
J.J.O.
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 3784
Age : 71
Localisation : Picardie
Date d'inscription : 05/01/2008

http://home.nordnet.fr/~joudart/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: CASE PRISON

Message  Invité le Mar 25 Juin - 8:49

Comme le rapporte JP Duquerroy, la prison du 71ème BG était relativement "bonne enfant".
Aussi pour les fautes graves, les fautifs étaient envoyés à la prison de la Légion.
Un vaguemestre du Bataillon voleur d'argent a été mis une semaine en prison à la Légion. C'était une peine très dure, car la Légion ne fait pas de cadeau aux voleurs : il a perdu plus de 12 kg en 7 jours.

Un lieutenant ORSA particulièrement retors a profité d'une de mes missions pour piéger deux de mes soldats. Ils ont ouvert la porte du central téléphonique sans vérifier son identité avant d'ouvrir cette porte ; et à mon retour il avait diffusé un rapport de punition et prévu que ce soit à moi de les punir pour manquement grave à la sécurité. Trop tard pour faire annuler ce rapport, alors j'ai été obligé de remplir ma partie de son rapport et je leur ai "infligé" 1 jour de prison avec sursis. Ça a mis ce lieutenant en fureur et il a réussi à faire supprimer le sursis. Si j'ai pu faire annuler la réalisation de ce jour de prison, je n'ai rien pu faire pour faire supprimer de leur dossier cette punition, et ils sont partis un jour plus tard que leurs copains de Classe...

Ce même lieutenant ORSA avait mis en prison des soldats de la Compagnie pour un motif futile, alors avec mon collègue aspirant médecin, nous avons "trouvé" des punaises et des puces spécialement apportées dans la prison, ce qui demandait une désinsectisation immédiate et la libération des prisonniers : cette action n'a pas du tout amélioré mes relations avec lui, mais j'en n'avais cure… On s'est royalement ignoré pendant les trois mois avant son départ…

avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

DANS LES PRISONS DE NANTES

Message  Invité le Mar 25 Juin - 10:28

Durant l'hiver 1962/63 à Nantes , quartier Mellinet .Des conditions atmosphériques abominables (Loire gelée , mer  gelée par endroit sur 6 km, température jusqu'à moins 20 °) 
La prison était dépourvu de fenêtre, muni simplement de barreaux. La pluie abondante tombant en oblique tranformait la geôle en patinoire (un rebord à l'entrée empêchant l'eau de s'évacuer).
Un jour, j'ai été désigné pour porter la bouffe aux copains taulards, j'avais pris des cigarettes , chocolat , friandises  comme tous les bidasses de corvée(interdits). J'avais les chaussures à clous lorsque je suis rentré dans la geole j'ai apporté la grande gamelle en dérapage incontrôlé sur sur la glace à la limite de me casser la gueule.
A cette époque, les prisonniers avait droit à une couverture.
A Vannes, un soldat du RAMA est mort de froid dans une prison analogue.
A la suite de ce triste événement, 3 couvertures ont été attribuées à chaque soldats punis .  J P
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re : case prison

Message  DUQUERROY Jean Pierre le Mar 25 Juin - 13:18

Alain, je pense que nous avons "fréquenté" la même personne durant nos "vacances" au 71. Lorsqu'il  cherchait des crosses à l'un d'entre nous, l'information remontait très vite au bureau des effectifs et sa demande de permission se retrouvait systématiquement sous la pile de papier ou bien dans la corbeille inadéquate. Je pense que c'est le même qui voulait m'envoyer chez le coiffeur le jour de la quille à une heure de prendre l'avion !
Dans le même genre, l'adjudant de compagnie de la 71/2 n'était pas mal non plus : un jour que j'allais à la douche, il m'a surpris à ne pas porter mes galons. Résultat : 8 jours de salle de police ! Heureusement que nos Officiers commandant de compagnie, aussi bien de la 1 ou de la 2, ou du PC bataillon étaient cool. En particulier mon "patron" du SMT, le capitaine VILAIN, qui ne ratait aucune occasion de mortifier ces rabat-joie en les rappelant à l'ordre, même s'il n'avait qu'une barrette de plus qu'eux.
avatar
DUQUERROY Jean Pierre

Nombre de messages : 1443
Age : 71
Localisation : POITIERS
Date d'inscription : 31/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: CASE PRISON

Message  Invité le Mer 26 Juin - 9:06

Le fait d'être Aspirant me laissait le choix de me faire appeler par mes supérieurs "Lieutenant" ou "Monsieur l'Aspirant", alors pour ces individus malfaisants, j'exigeais d'eux qu'ils m'appellent "Monsieur l'Aspirant", et ne répondais pas quand ils m'appelaient "Lieutenant" ou par mon simple nom Smile Smile Smile
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: CASE PRISON

Message  Philippe le Mer 26 Juin - 10:00

Alain B a écrit:Le fait d'être Aspirant me laissait le choix de me faire appeler par mes supérieurs "Lieutenant" ou "Monsieur l'Aspirant", alors pour ces individus malfaisants, j'exigeais d'eux qu'ils m'appellent "Monsieur l'Aspirant", et ne répondais pas quand ils m'appelaient "Lieutenant" ou par mon simple nom Smile Smile Smile

Mais tu as parfaitement raison...... Les salopards.... oser t'appeler "lieutenant" et non "mon lieutenant"... était une énorme incorrection militaire...

Le <<mon>> devant capitaine, général, lieutenant, commandant.. est obligatoire pour un militaire s'adressantà un militaire dans le sens montant de la hiérarchie... car c'est l’abréviation de <<monsieur>>. Un militaire se doit de dire à son supérieur << Mon Capitaine>> <<mon lieutenant>> etc.. L'inverse peut se passer du "mon" mais peut également être utiliser c'est une marque de reconnaissance...

Par contre un civil doit seulement dire en s'adressant à un gradé militaire << Capitaine Untel>> ; <<Commandant untel>> le ""mon"" n'est pas d'usage et est même considéré comme une maladresse dans le savoir vivre militaire...

Durant mes classes en bon soldat je disais toujours "mon" ..... Au Sahara, mes supérieurs gradés m'appelaient par mon surnom "Phil" et me tutoyaient et moi par le leur (ils en avaient tous un)....et je les tutoyais.
Un seul n'a pas voulu jouer cette partition Saharienne ... le "patron" de la base l'a renvoyé à Colomb-Béchar au bout de trois semaines... c'était un lieutenant st Cyrien... le pauvre s'en est-il remis !
avatar
Philippe

Nombre de messages : 8442
Age : 75
Localisation : Anjou
Date d'inscription : 21/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: CASE PRISON

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum