Le temps s'est accéléré en 1963..., la preuve !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le temps s'est accéléré en 1963..., la preuve !

Message  Philippe le Jeu 3 Jan - 17:57

Comme tous les appelés de la 61 2B, c'est une coupure non négligeable dans notre vie civile qui s'ouvrait à nous en septembre 1961 pour vingt huit mois d'un entracte assez particulier....
A 20 ans, une "année" a une durée de vie très longue, qui semble même interminable .... C'est exactement le sentiment que j'ai eu à mon arrivée à la caserne Grignan de Toulon en ce début de septembre 1961...
En 1961, dans l'infanterie de marine, les mois de classes (quatre mois pour ma part) c'était du "lourd" .., du très lourd... L'apprentissage de la vie militaire (car c'est un sacré apprentissage) qui y était dispensé était axé sur le "maintien de l'ordre et réglé de "mains de maître" par des gradés très aguerris (c'est le mot approprié), à la discipline de fer !
Dans ces conditions de vie difficile pour des "gamins" d'à peine vingt ans.., où le moindre dérapage engendrait, des "corvées" inimaginables, des frustrations et ou des "punitions" à la limite du raisonnable auxquelles s'ajoutaient un quotidien de marches forcées de jour comme de nuit, le parcours du combattant ou celui du risque, l'apprentissage interminable de la marche au pas avec le MAS 1936 sur l'épaule avec des godillots à clous d'occasion (et oui des godillots d'occasion) et des guêtres à peindre en blanc puis à laver sans compter les séries de vaccins nous cloîtrant chaque Week-end .., dans nos chambrées et l'absence totale de permission qui en découlait...( une seule permission en quatre mois en raison du départ au Sahara)
Nos "vingt huit mois" à venir nous semblaient donc être l'éternité..... Et le temps à ce moment précis s'écoulait lentement.., très lentement... nous donnant l'impression que le "service militaire" pouvait influer sur les lois de la physique.... et ralentir l'écoulement du temps pourtant immuable....

Au Sahara, les classes terminées [du moins pour mes camarades et moi affectés dans la Saoura) ], le changement de vie (de vie militaire s'entend) a été spectaculaire et a changé complètement la "donne"...
Le temps s'écoulait toujours lentement mais il nous semblait moins lent... Notre "nouvelle" vie s'organisait autour de nos jobs respectifs et dans un esprit de totale solidarité. Au Sahara notre quotidien était chaque jour un nouveau défi collectif ...., où tous les acteurs du simple soldat aux plus hauts gradés jouaient la complémentarité. Chacun se sentait indispensable..., presque important.
Le temps , toujours lent à s'écouler.., n'était cependant plus ennuyeux, ni trop frustrant... Il semblait réellement moins lent....
D'autre part les 28 mois s'effritaient petit à petit.., et nous nous faisions ou plus exactement nous nous acclimations à cette langueur.
Et puis il y a eu le "référendum"..., puis le cessez le feu..., et ..., le "BRUIT" (car toute information arrive toujours sous la forme de "bruit" avant de devenir officielle). Le fameux bruit qui passait d'un poste à un autre annonçant un probable "raccourcissement " du temps à passer sous les drapeaux pour les appelés du contingent. Ce bruit...., a été une "bizarrerie" lorsqu'il est arrivé dans mon poste par je ne sais quelle voie ou quelle voix !

Durant des semaines le flou le plus artistique était de mise... les bruits s'amplifiaient mais rien ne se passait, rien d'officiel ni dans un sens ni dans un autre.
Et puis c'est arrivé.., d'un seul coup, avec une brutalité inhabituelle dans notre quotidien bien rôdé.. , [ du moins cela s'est passé ainsi dans mon poste gentiment juché sur son piton rocheux et loin de tout].
Des "Appelés" de 26 et 27 mois étaient précipitamment convoqués à Colomb-Béchar pour une sortie immédiate de leur "vie militaire" ....
Chaque quinzaine, chaque mois, des "Anciens" de classes différentes partaient en même temps.... Alors nous nous sommes mis à calculer... essayant de comprendre la gymnastique intellectuelle des têtes pensantes de l’État Major...
C'est en début février 1963 que j'ai appris un matin que je quitterai ma dernière affectation le jour même..., mes calculs étaient faux d'au moins deux mois et la surprise à été de taille...

Ma première réaction a été de penser à mes copains de classes ... et je me suis dit : " est-ce que le temps va s'accélérer pour eux aussi " ?
J'ai gagné dix mois en moins de 12 heures.... Dix mois en quelques heures.... du jamais vu et tout s'accélérait puisque dans la demi-journée j'ai signé des "papiers", j'ai donné mes "frusques sahariennes" et j'ai rendu le pistolet qui n'avait jamais quitté ma ceinture !
A la nuit tombante je m'installais dans un wagon du petit train "la rafale" et surprise..., sur le siège juste à côté de moi j'y ai découvert .. Claude D. mon ami d'enfance, mon camarade de maternelle qui sommeillait... Naïvement je lui ai demandé : "que fais-tu là " et il m'a répondu "et toi ! Et nous nous sommes esclaffés.... Ouais maintenant je le sais... En début de 1963 le temps s'est brusquement accéléré..pour preuve j'ai déjà 70 ans et 11 mois.... et c'était hier !
Bonne année 2013 à tous.
Amitié. Philippe.
avatar
Philippe

Nombre de messages : 8447
Age : 75
Localisation : Anjou
Date d'inscription : 21/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le temps s'est accéléré en 1963..., la preuve !

Message  Bernard le Jeu 3 Jan - 18:28

Un beau récit Philippe, merci tu dis vrai que le temps des classes était lonnnnnnnnnnnnnnnnnng mais long
A +

avatar
Bernard

Nombre de messages : 2754
Age : 71
Localisation : Haute Normandie
Date d'inscription : 18/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le temps s'est accéléré en 1963..., la preuve !

Message  Alain le Jeu 3 Jan - 18:58

Philippe des récits comme celui-là... tous les jours, on en veut !!!
J'ai vécu un peu la même chose, je suis la première classe à avoir fait 18 mois, qui se sont transformés en 16 avec les perms libérables.
Comme toi, j'ai appris un soir que je partais le lendemain matin, c'était le 22 mai 64, avec au moins 1 mois d'avance, je n'ai même pas rendu mes affaires, le temps de signer les papiers, et hop, le Super G !!!
(je pense que ce sont mes copains qui ont rendu mon paquetage, mais franchement, je ne m'en souviens plus...)
J'étais heureux, j'avais 2 mois de perm libérable, mais manque de chance, ils se sont transformés en 1 semaine, mon nouvel employeur (et définitif pour plus de 40 ans), ayant connu mon retour (par qui ?), a décidé, avec l'accord de la gendarmerie, que je commencerai mon activité le 1er juin... et c'est là que le temps s'est ralenti.......jusqu'à ce qu'il accélère depuis ma retraite !!!

_________________
Alain VEIL
In Amguel 63/64
PA 325 Télétype Météo





-Vous voyez là ? Au bout , y a une extrémité.
-Vous n'ignorez pas que le défi métabolise les changements motivationnels dans le bon sens. (JMR)
-Il faut faire en sorte de laisser une trace sur la terre même quand ton ombre aura disparu..
avatar
Alain
Administrateur

Nombre de messages : 12450
Age : 73
Localisation : Fouras Charente Maritime
Date d'inscription : 05/01/2008

http://amis-pic-laperrine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le temps s'est accéléré en 1963..., la preuve !

Message  Alain le Jeu 3 Jan - 19:00

et au passage, on salue les 1500 posts de Bernard !

_________________
Alain VEIL
In Amguel 63/64
PA 325 Télétype Météo





-Vous voyez là ? Au bout , y a une extrémité.
-Vous n'ignorez pas que le défi métabolise les changements motivationnels dans le bon sens. (JMR)
-Il faut faire en sorte de laisser une trace sur la terre même quand ton ombre aura disparu..
avatar
Alain
Administrateur

Nombre de messages : 12450
Age : 73
Localisation : Fouras Charente Maritime
Date d'inscription : 05/01/2008

http://amis-pic-laperrine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le temps s'est accéléré en 1963..., la preuve !

Message  Georges le Jeu 3 Jan - 19:31

Oui, très beau récit, tu as vécu ce que je redoutais de vivre. Ouf, la fin de la guerre est arrivée à temps. Mais les bonnes habitudes de la colo ont subsisté, moins lourdes quand même, mais 2 mois de classes à Fréjus, jugées insuffisantes à In Amguel nous ont valu un mois de plus pour notre plus grand plaisir ! Pour la quille, 3 jours de présentation à l'escale ont été nécessaires pour qu'un zinc daigne m'accepter (un super G quand même !)
avatar
Georges

Nombre de messages : 5377
Age : 73
Localisation : st Armel 56450
Date d'inscription : 31/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le temps s'est accéléré en 1963..., la preuve !

Message  Alain P le Jeu 3 Jan - 22:17

Oui, Philippe, un seul terme unanime: trés beau récit. Apprendre que l'on gagne 10 mois dans ce contexte doit donner des ailes.
avatar
Alain P

Nombre de messages : 6355
Age : 77
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 07/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Message à Philippe

Message  Invité le Sam 5 Jan - 22:25

J'ai lu tes écrits qui sont des moments vécus marquants . Je pense aussi que nous avons connu des situations similaires ainsi que des endroits communs Mers el Kébir, Oran, Perregaux, Colomb Béchar et peut-être d'autres qui se révéleront au fil "du Phill" et du JP . A bientôt de te lire avec plaisir . Amitiés JP R
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le temps s'est accéléré en 1963..., la preuve !

Message  Philippe le Lun 7 Aoû - 10:25

Philippe a écrit:Comme tous les appelés de la 61 2B,  c'est une coupure non négligeable dans notre vie civile qui s'ouvrait à nous en septembre 1961 pour vingt huit mois d'un entracte assez particulier....
A  20 ans,  une "année" a une durée de vie très longue, qui semble même interminable .... C'est exactement le sentiment que j'ai eu à mon arrivée à la caserne Grignan de Toulon en ce début de septembre 1961...
En 1961, dans l'infanterie de marine, les  mois de classes (quatre mois pour ma part) c'était du "lourd" .., du très lourd... L'apprentissage de la vie militaire (car c'est un sacré apprentissage)  qui y était dispensé était axé sur le "maintien de l'ordre et réglé de "mains de maître"  par des gradés très aguerris  (c'est le mot approprié), à la discipline de fer !
Dans ces conditions de vie difficile pour des "gamins" d'à peine vingt ans..,  où le moindre dérapage engendrait,  des "corvées" inimaginables, des frustrations et ou des "punitions" à la limite du raisonnable auxquelles s'ajoutaient un quotidien  de marches forcées de jour comme de nuit, le parcours du combattant ou celui du risque, l'apprentissage interminable de la marche au pas avec le MAS 1936 sur l'épaule avec des godillots à clous d'occasion (et oui des godillots d'occasion) et des guêtres à peindre en blanc puis à laver sans compter les séries de vaccins  nous cloîtrant chaque Week-end .., dans nos chambrées et l'absence totale de permission qui en découlait...( une seule permission en quatre mois en raison du départ au Sahara)
Nos "vingt huit mois" à venir nous semblaient donc être l'éternité..... Et le temps à ce moment précis s'écoulait lentement.., très lentement... nous donnant l'impression que le "service militaire" pouvait influer sur les lois de la physique.... et ralentir l'écoulement du temps pourtant immuable....

Au Sahara, les classes terminées [du moins pour mes camarades et moi affectés dans la Saoura) ],  le changement de vie (de vie militaire s'entend)  a été spectaculaire et a changé complètement  la "donne"...
Le temps s'écoulait toujours lentement mais il nous semblait moins lent... Notre "nouvelle" vie s'organisait autour de nos jobs respectifs et dans un esprit de totale solidarité. Au  Sahara notre quotidien était chaque jour un nouveau défi collectif ...., où tous les acteurs du simple soldat aux plus hauts gradés jouaient la complémentarité. Chacun se sentait indispensable...,  presque important.
Le temps , toujours lent à s'écouler.., n'était cependant plus ennuyeux, ni trop frustrant...  Il semblait réellement moins lent....
D'autre part les 28 mois s'effritaient petit à petit.., et nous nous faisions ou plus exactement nous nous acclimations à cette langueur.
Et puis il y a eu le "référendum"..., puis le cessez le feu..., et ...,  le "BRUIT" (car toute information arrive toujours sous la forme de "bruit" avant de devenir officielle). Le fameux bruit qui passait d'un poste à un autre annonçant un probable  "raccourcissement " du temps à passer sous les drapeaux pour les appelés du contingent. Ce bruit...., a été une "bizarrerie" lorsqu'il est arrivé dans mon poste par je ne sais quelle voie ou quelle voix !

Durant des semaines le flou le plus artistique était de mise... les bruits s'amplifiaient mais rien ne se passait, rien d'officiel ni dans un sens ni dans un autre.
Et puis c'est arrivé.., d'un seul coup, avec une brutalité inhabituelle dans notre quotidien bien rôdé.. , [ du moins cela s'est passé ainsi dans mon poste gentiment juché sur son piton rocheux et loin de tout].
Des "Appelés" de 26 et 27 mois étaient précipitamment convoqués à  Colomb-Béchar pour une sortie immédiate de leur "vie militaire" ....
Chaque quinzaine, chaque mois, des "Anciens" de classes différentes partaient en même temps.... Alors nous nous sommes mis à calculer... essayant de comprendre la gymnastique intellectuelle des têtes pensantes de l’État Major...
C'est en début février 1963 que j'ai appris un matin que je quitterai ma dernière affectation le jour même..., mes calculs étaient faux d'au moins deux mois et la surprise à été de taille...

Ma première réaction a été de penser à mes copains de classes ... et je me suis dit : " est-ce que le temps va s'accélérer pour eux aussi " ?
J'ai gagné dix mois en moins de 12 heures....  Dix mois en quelques heures.... du jamais vu  et tout s'accélérait puisque dans la demi-journée j'ai signé des "papiers", j'ai donné mes "frusques sahariennes"  et j'ai rendu le pistolet qui n'avait jamais quitté ma ceinture !
A la nuit tombante je m'installais dans un wagon du petit train "la rafale" et surprise...,  sur le siège juste à côté de moi j'y ai découvert .. Claude D. mon ami d'enfance, mon camarade de maternelle qui sommeillait... Naïvement je lui ai demandé : "que fais-tu là " et il m'a répondu "et toi ! Et nous nous sommes esclaffés.... Ouais maintenant je le sais... En début de 1963 le temps s'est brusquement accéléré..pour preuve j'ai déjà 70 ans et 11 mois.... et c'était hier !
Bonne année 2013 à tous.

.

Le temps s’écoule  inéluctablement...
Le « présent » est si  fugitif qu’à peine amorcé il s’efface et s’éloigne...  Il suffit de regarder la petite aiguille indiquant « les secondes » pour se convaincre que rien ne se fige  et que « « nos moments  de vie » »  nous échappent..
La vie ( du moins pour ce qui me concerne ) est une fuite en avant que je ne peux ni freiner, ni arrêter mais sur laquelle  j’ai tout de même la possibilité d’influer, d’hypothéquer ....

Il y a cinq ans, j’avais rédigé le récit ( ci-joint) que certains d’entre-vous avaient apprécié et qui me permettait alors d’exprimer (avec une petite pointe de naïveté ) mon ressentiment sur le temps qui passe, inexorable !

J’aime également m’appuyer sur les Mathématiques pour me convaincre que le temps, pourtant immuable, semble s’accélérer  au vu des années qui passent...

Ma démonstration « volontairement simpliste »... est la suivante :
Pour un enfant d’un an la vie représente 1 année / 1an...,  soit 1/1
Pour un enfant de 10 ans ... c’est 1 année / 10ans
Pour un jeune de 20 ans c’est 1 année / 20 ans
Et (pour moi)  aujourd’hui c’est 1 année / 75 ans ....,  soit  1/75
Aucun doute « les chiffres et nombres » parlent...   1/75 est  < 1/1  

Le temps, quoique immuable,  donne donc bien l’impression qu’il s’accélère en fonction du cumul de nos moments de vie.....

avatar
Philippe

Nombre de messages : 8447
Age : 75
Localisation : Anjou
Date d'inscription : 21/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le temps s'est accéléré en 1963..., la preuve !

Message  Alain P le Lun 7 Aoû - 15:45

Pour moi, il s'agit de 1/77...aie...aie.....aie.
avatar
Alain P

Nombre de messages : 6355
Age : 77
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 07/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le temps s'est accéléré en 1963..., la preuve !

Message  Michel le Lun 7 Aoû - 17:11

Avant l'armée çà n'avançai pas, l'armée interminable et par la suite je n'ai même pas vu venir les 70, çà peut aller 1/70 on est pas arrivé a 1/101 la ce sera le calcul inverse les jours doivent défilés a une sacrée vitesse.
avatar
Michel

Nombre de messages : 4498
Age : 70
Localisation : LANNEMEZAN
Date d'inscription : 04/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le temps s'est accéléré en 1963..., la preuve !

Message  Philippe le Lun 7 Aoû - 17:51

Alain P a écrit:Pour moi, il s'agit de 1/77...aie...aie.....aie.
et
Michel a écrit:Avant l'armée çà n'avançai pas, l'armée interminable et par la suite je n'ai même pas vu venir les 70, çà peut aller 1/70 on est pas arrivé a 1/101 la ce sera le calcul inverse les jours doivent défilés a une sacrée vitesse.

Baf !!  En Math tout est relatif et la courbe du temps qui passe (selon ma démonstration simpliste, s'entend) est assez significative....
Cette courbe du temps qui passe est très pentue quand on trouve que ça ne passe pas vite et elle est extrêmement plate quand on ressent que ça cavale de plus en plus.....


De là à dire que ça me rassure..... je ne franchirai pas ce pas, mais comme la courbe s'aplatie de façon asymptotique avec les années qui passent..... disons qu'il nous reste de belles semaines devant nous..... Laughing Laughing Laughing
avatar
Philippe

Nombre de messages : 8447
Age : 75
Localisation : Anjou
Date d'inscription : 21/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le temps s'est accéléré en 1963..., la preuve !

Message  Jean-Marie le Lun 7 Aoû - 18:02

Je suis né le jour et à l’heure où le Colonel Leclerc a prononcé le fameux serment de Koufra. J’étais donc destiné à aller en Afrique un jour…
Depuis ma naissance, le temps est passé très vite, sans s’arrêter, car il n’a pas le temps, le temps, de s’arrêter.
Il passe lentement, mais il passe sûrement, à la cadence standard de soixante secondes (1) à la minute ; ce qui est la cadence officielle de la marche du temps ; du moins depuis que les hommes en ont décidé ainsi.
Il est bien connu que « le temps fuit sans retour » et même si les hommes on essayé de l’apprivoiser en établissant un temps objectif et mesurable, ils n’ont jamais pu en inverser le sens.
En faisant dépendre le temps de la vitesse, la théorie de la relativité a brisé l’idée d’un temps newtonien immuable et séparable des réalités qui sont dans le temps.
Par opposition au temps de la science, essentiellement quantitatif, le temps de la conscience et du vécu n’est pas homogène : il correspond au ressenti du sujet, on peut avoir l’impression que le temps passe plus ou moins vite. En ce sens, le temps où l’on s’ennuie et le temps où l’on s’éclate sont différents, ils n’ont pas la même durée subjective.
Je n’ai pas vu passer le temps…
C’était il y a longtemps mon séjour à la STBS de la PA 325 du CEMO d’In-Amguel (SP 89639), et pourtant, quand je me retourne grâce à vos images et vos témoignages vers ce passé si lointain, il me paraît si proche que j’en viens à penser que la fréquentation assidue du forum des Amis du Pic Laperrine est la clé du passage du temps linéaire des scientifiques vers le temps circulaire où il y aurait un retour des mêmes réalités au cours du temps.

(1) Selon le bureau international des poids & mesures : « La seconde est la durée de 9 192 631 770 périodes de la radiation correspondant à la transition entre les deux niveaux hyperfins de l’état fondamental de l’atome de césium 133 ».
Autant dire que personne n’y comprend rien, ce qui est somme toute rassurant.

_________________
61/1A, PA 325 au CEMO, mécanicien radio.



C'est parce que la vitesse de la lumière est plus grande que celle du son que tant de gens paraissent brillants avant d'avoir l'air con.
avatar
Jean-Marie
Administrateur

Nombre de messages : 344
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 02/01/2017

Http://jeanmarie.robert.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le temps s'est accéléré en 1963..., la preuve !

Message  Jean-Marie le Lun 7 Aoû - 18:17

Et puis, comme on évoque les notions de relativité du temps qui passe plus ou moins vite, une petite piqûre de rappel sur quelques unités de temps du système pifométrique.
LES UNITÉS DE TEMPS DU SYSTÈME PIFOMÉTRIQUE:

Le Temps, cette grandeur, éminemment subjective possède de très nombreuses unités pifométriques :

LE BOUT DE TEMPS est une unité classique utilisée aussi bien pour décrire le passé que pour prévoir l'avenir. On peut devoir attendre un bout de temps ou évoquer un événement qui s'est produit il y a un bout de temps. Sous multiple le petit bout de temps et multiple le bon bout de temps.
LE LAPS est une unité qui possède une caractéristique de certitude apaisante pour l'esprit scientifique. On dit un "certain laps de temps".
L'ÉTERNITÉ est équivalente au bout de temps mais ne s'applique que si l'intervalle a été difficilement supporté. Selon Woody Allen, l'éternité c'est très long, surtout vers la fin. On remarquera ici que la pifométrie ne se borne pas à mesurer une grandeur mais en précise la qualité.
L'INSTANT est strictement équivalent au bout de temps ou à l'éternité mais on accorde à cet intervalle de temps un préjugé d'aisance et de légèreté.
LE BAIL par contre laisse entrevoir l'intervention de puissances occultes et de tendances formalistes.
LA PAYE ne s'applique qu'au temps passé. on dit "il y a une paye..." mais jamais "dans une paye".
LA MINUTE ou MINUTE DE COIFFEUR n'a strictement aucune relation linéaire ou autre avec le jour solaire moyen. Il est très fâcheux qu'une homonymie purement accidentelle ait pu amener quelques ignorants à faire des comparaisons avec la minute sottement mesurée avec un grossier chronomètre ou encore avec une horloge atomique, dont l'exactitude, on le sait est sujette à varier selon l'évolution des théories. La minute a deux sous-multiples, la petite minute et la seconde. La minute s'utilise aussi au pluriel mais là on aborde le domaine de la poésie.
LA SAINT GLIN-GLIN La fameuse "Saint Glin-Glin" dont nul n'a jamais pu calculer la date avec certitude.
LA DATE BUTOIR Nous sommes beaucoup plus inquiet pour la fabuleuse et fatidique "date butoir" dont il semble qu'elle puisse évoluer à la même vitesse que les retards accumulés.
LE TEMPS DE DIRE OUF Autre mesure indispensable : "le temps de dire ouf" qui, vous en conviendrez, a une durée variable car directement proportionnelle à la capacité thoracique de la personne ayant besoin de souffler.
LE TEMPS DE DIRE UNE MESSE : ll y a une foultitude d'autres expressions médiévales destinées à rendre compte d'une certaine quantité de temps écoulé : le temps de dire une messe, le temps de se rendre au village voisin, le temps de vider une chopine (ce qui renvoie au volume de la chopine), etc., etc.
LE QUART D'HEURE POITEVIN Apprenez au cinéma, au théâtre, au concert ou dans un hall de gare en attendant quelqu'un...à savourer "les délices du quart d'heure poitevin"

_________________
61/1A, PA 325 au CEMO, mécanicien radio.



C'est parce que la vitesse de la lumière est plus grande que celle du son que tant de gens paraissent brillants avant d'avoir l'air con.
avatar
Jean-Marie
Administrateur

Nombre de messages : 344
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 02/01/2017

Http://jeanmarie.robert.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le temps s'est accéléré en 1963..., la preuve !

Message  marcel le Mar 8 Aoû - 15:51

Et tout çà, en temps réel ! Quelle imagination...


Dernière édition par marcel le Mar 8 Aoû - 21:08, édité 1 fois

_________________
Marcel Couchot : 15-06-1938. ESAA Nîmes. Rejoint le 620è GAS à In-Amguel dans le Hoggar le 24/04/1962 comme Sous-Lieutenant. Affecté à la BMDD, participe à l'expérience BERYL à In Eker du 01/05/1962. Resté sur le site jusqu'en Avril 1963.
avatar
marcel
Modérateur

Nombre de messages : 2345
Age : 79
Localisation : Mandelieu La Napoule (06210)
Date d'inscription : 30/04/2009

http://www.stereo-club.fr/SCFWiki/index.php/Utilisateur:Mco

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le temps s'est accéléré en 1963..., la preuve !

Message  Alain P le Mar 8 Aoû - 16:11

Combien de temps faut'il pour refroidir le canon ?

Le temps de boire un canon.

Vous êtes bon pour 4 jours.

Je vous laisse le soin de trouver les interlocuteurs.
avatar
Alain P

Nombre de messages : 6355
Age : 77
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 07/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le temps s'est accéléré en 1963..., la preuve !

Message  Edouard le Mar 8 Aoû - 17:54

Durant ma vie professionnelle, j'ai passé une bonne partie de mon temps à vendre du temps et une autre partie à essayer d'en gagner.
Aussi, aujourd'hui je prends mon temps.
Je vis au temps présent sans penser au temps qu'il fera demain et en oubliant le plus possible le temps qu'il à fait hier.
En bref, hier, c'est du passé et nous verrons bien demain.
Zeeeeeeeeeeeen!
avatar
Edouard

Nombre de messages : 3108
Age : 75
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 12/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le temps s'est accéléré en 1963..., la preuve !

Message  Edouard le Mar 8 Aoû - 18:00

Alain P a écrit:Combien de temps faut'il pour refroidir le canon ?

Le temps de boire un canon.

Vous êtes bon pour 4 jours.

Je vous laisse le soin de trouver les interlocuteurs.

On se gausse des artilleurs? Attention Alain! Je vais me fâcher!
avatar
Edouard

Nombre de messages : 3108
Age : 75
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 12/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le temps s'est accéléré en 1963..., la preuve !

Message  Georges le Mar 8 Aoû - 18:08

On se gausse des artilleurs?
Ceux qui tirent un coup tous les quart d'heure ?
avatar
Georges

Nombre de messages : 5377
Age : 73
Localisation : st Armel 56450
Date d'inscription : 31/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le temps s'est accéléré en 1963..., la preuve !

Message  Alain le Mer 9 Aoû - 11:08

C'est vrai...
Il y a eu le temps avant, l'enfance avec son insouciance, l'adolescence avec ses doutes, le début d'une vie active, en se cherchant quelque peu.
Et puis, In Amguel ou plus généralement le Sahara.
Au retour, l’établissement dans la vie professionnelle, les responsabilités familiales, le vrai désir de progresser,bref, toutes ces choses qui font que l'on en a tellement à faire que le temps s'accélère...
Et puis, l'âge avance, et ça se calme, du moins on le pense pendant un temps.
C'est alors que les soucis, petits ou grands, arrivent.
Alors, le temps s'accélère... et on se rend compte que la vie, ça passe si vite...

_________________
Alain VEIL
In Amguel 63/64
PA 325 Télétype Météo





-Vous voyez là ? Au bout , y a une extrémité.
-Vous n'ignorez pas que le défi métabolise les changements motivationnels dans le bon sens. (JMR)
-Il faut faire en sorte de laisser une trace sur la terre même quand ton ombre aura disparu..
avatar
Alain
Administrateur

Nombre de messages : 12450
Age : 73
Localisation : Fouras Charente Maritime
Date d'inscription : 05/01/2008

http://amis-pic-laperrine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

perception du temps qui passe...

Message  Philippe le Mer 9 Aoû - 13:30

Le temps s’écoule  inéluctablement... seconde après seconde... Pourtant le temps me (nous) semble être pourvu d’une « unité de durée » à  débit variable...
Pour exemple en 2015,  j’ai vécu,  durant un mois et demi,  de l’autre côté du globe terrestre à 22000 km de chez moi là-bas en Nouvelle Calédonie... J’ai été confronté à un dépaysement total, à une découverte surprenante d’une flore et d’une faune inconnues, au plaisir de la plongée sous-marine journalière sur la barrière de corail..... C’était en début 2015..., Pourtant aujourd'hui ce voyage me semble si proche comme si j’en revenais à l’instant......
La  Nouvelle Calédonie fut un moment de vie assez fort car j’y retrouvais, après deux ans de séparation géographique,  nos enfants et petits enfants  et j’y retrouvais un neveu que je n’avais pas revu depuis près de 40 ans.... Aujourd'hui tout ceci me semble si proche, si présent en moi  que parfois j’ai l’impression que la N.C. est là, juste de l’autre côté de la porte d’entrée....

En  2015, juste quelques petites semaines plus tard,  j’ai aussi vécu  un autre « grand  moment de vie ». Un instant étonnamment fort car plein d’émotions. Un moment désiré, souhaité, préparé... Un moment de « retrouvailles extraordinaires  » voulu par  des « Anciens Appelés du Sahara » qui ne se connaissaient que par intermédiaire de « leur »  forum....mais qui ressentaient un lien d’amitié presque fraternel  !
Quoique ce « moment de vie » se soit passé également en début de 2015, il me paraît loin, très loin.... Ce moment que j’ai pourtant voulu et apprécié et que j’ai vécu avec beaucoup d’intensité,  de joies et de sincère amitié, me semble s’estomper doucement et vouloir malgré mes efforts, rejoindre  mon « passé Saharien » des années 60...

J’en déduis que notre psychisme « classe » nos moments de vie en fonction du vécu que nous leurs donnons par la suite !
avatar
Philippe

Nombre de messages : 8447
Age : 75
Localisation : Anjou
Date d'inscription : 21/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le temps s'est accéléré en 1963..., la preuve !

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum