Vie au Bordj et fin de base

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Vie au Bordj et fin de base Empty Vie au Bordj et fin de base

Message  ex-membre le Ven 1 Fév - 15:57

!


Dernière édition par Philippe C. le Mer 28 Sep - 16:49, édité 2 fois

ex-membre

Nombre de messages : 8555
Age : 77
Localisation : france
Date d'inscription : 21/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Vie au Bordj et fin de base Empty Re: Vie au Bordj et fin de base

Message  Georges le Dim 3 Fév - 9:40

Et le canon, il servait à quoi : canonner ou frimer ?
C'est curieux comme installation On imagine mieux une tourelle.


Vie au Bordj et fin de base Img14010
Georges
Georges

Nombre de messages : 6862
Age : 75
Localisation : st Armel 56450
Date d'inscription : 31/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Vie au Bordj et fin de base Empty Errare humanum est....

Message  ex-membre le Dim 3 Fév - 13:15

!


Dernière édition par Philippe C. le Mer 28 Sep - 16:50, édité 2 fois

ex-membre

Nombre de messages : 8555
Age : 77
Localisation : france
Date d'inscription : 21/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Vie au Bordj et fin de base Empty Re: Vie au Bordj et fin de base

Message  Edouard le Dim 3 Fév - 18:16

Bonjour Phil,
Je viens de lire un article concernant le fortin que tu occupais. Sais-tu que peu de temps avant toi, les Joyeux (bataillons d'Afrique) y séjournaient... Et dans quelles conditions!
Au cours de l'année 1963, ils se sont installés à Reggan. J'ai eu l'occasion, un soir au mess, de souper avec un de leurs gradés (un adjudant) qui nous a raconté la vie de ces garçons... L'horreur!

Edouard.

Edouard

Nombre de messages : 3577
Age : 77
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 12/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Vie au Bordj et fin de base Empty Re: Vie au Bordj et fin de base

Message  ex-membre le Dim 3 Fév - 19:16

!


Dernière édition par Philippe C. le Mer 28 Sep - 16:50, édité 1 fois

ex-membre

Nombre de messages : 8555
Age : 77
Localisation : france
Date d'inscription : 21/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Vie au Bordj et fin de base Empty Errare humanum est....

Message  ex-membre le Lun 4 Fév - 14:49

!


Dernière édition par Philippe C. le Mer 28 Sep - 16:50, édité 1 fois

ex-membre

Nombre de messages : 8555
Age : 77
Localisation : france
Date d'inscription : 21/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Vie au Bordj et fin de base Empty Re: Vie au Bordj et fin de base

Message  Edouard le Lun 4 Fév - 17:15

Phil,
Le poste D'Oum El Achar était occupé par les "joyeux du 3eme BILA" entre 56 et 61 (Wikipedia) Avant, en 55, il semble qu'ils se sont pas mal battus dans ce coin.
Si tu veux en savoir plus sur la vie que menaient ces hommes dans ce poste et ailleurs tu ouvres ce site :
www.3emegroupedetransport.com/LesBatdAF.htm

Amicalement

Edouard.

Edouard

Nombre de messages : 3577
Age : 77
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 12/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Vie au Bordj et fin de base Empty Re: Vie au Bordj et fin de base

Message  ex-membre le Mar 5 Fév - 8:47

[


Dernière édition par Philippe C. le Mer 28 Sep - 16:51, édité 2 fois

ex-membre

Nombre de messages : 8555
Age : 77
Localisation : france
Date d'inscription : 21/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Vie au Bordj et fin de base Empty fin de la base et oasis 2

Message  Invité le Lun 11 Fév - 10:41


Je voudrais apporter une petite contribution sur ce que j'ai vécu sur la fin de oasis2 et base vie.
Tout d'abord à partir de juin 1966 à oasis2 les civils se sont fait de plus en plus rare , travaillant dans une menuiserie
j'ai passé mon temps à construire une centaine de caisses pour remballer leurs matériel, la grande salle ou était le baby foot était déserte tous les soirs, heureusement le cinéma en plein air fonctionnait, je fabriquais des petits tétons de bois pour les explosifs
qui devaient faire sauter les galeries. Tous les chelters ont été remis à neuf (pour qui) . Nous avons tous été mutés à base vie sans
savoir si nous resterions si nour partirions, comme un certain nombre de régiments étaient partis les casernements étaient remis à neuf les clmatiseurs enlevés, car tout devait revelir à l'armée algérienne.Que dire de tout ce qui ne pouvait être rapatrier, tout était était entérré dans de grandes fosses la nuit ou bruler quid de ce qui pouvait être contaminé ?
Et puis vers fin septembre un soir nous devions faire notre paquetage pour partir le lendemain matin. Ensuite j'ai été affecté au 3eme RIMA à VERNON dans l'eure.

Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Vie au Bordj et fin de base Empty Re: Vie au Bordj et fin de base

Message  Michel le Lun 11 Fév - 11:02

Roland a écrit:Je voudrais apporter une petite contribution sur ce que j'ai vécu sur la fin de oasis2 et base vie.
Tout d'abord à partir de juin 1966 à oasis2 les civils se sont fait de plus en plus rare , travaillant dans une menuiserie
j'ai passé mon temps à construire une centaine de caisses pour remballer leurs matériel,

Nous avons tous été mutés à base vie
T'aurais pu rester un peu comme je l'ai relaté cela aurait évité à mon capitaine de faire les caisses avec moi (tu devais être dans le même voyage que notre menuisier)

Pour oasis l'armée Algérienne nous étant tombé dessus lors du braconnage de gazelle en avaient pris possession
Michel
Michel

Nombre de messages : 6483
Age : 72
Localisation : LANNEMEZAN
Date d'inscription : 04/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Vie au Bordj et fin de base Empty Re: Vie au Bordj et fin de base

Message  Edouard le Lun 11 Fév - 19:57

Je n'ose pas parler des tours de garde à mon époque. Il n'y en avait pas au bordj du point nord (en 63) La nuit, on dormait.
Je me rappelle d'un énorme convoi de GBO se dirigeant sur la base et escorté par une escouade de légionaires.
Le soir de leur arrivée, les camions ont continué leur chemin vers la base vie tandis que leur escorte s'installait près du bordj.
J'entends frapper à ma porte de chambre (la grise au fond à droite) et me retrouve nez à nombril avec un immense lieutenant de la légion (il devait faire pas loin de 2 mètres) Taillé façon David Douillet et fort aimable au demeurant, il me salue. Moi, en pijama, je suis resté comme un couillon, ne sachant que faire.
Après ces civilités, il m'a demandé, avec un délicieux accent Munichois  la permission de prendre de l'eau et camper à proximité. Il y avait au moins 30 véhicules (AM, camions, 6x6...) et les bonhommes qui allaient avec. Ils se sont installés sans un bruit et sont repartis tôt le matin de la même façon.
A notre réveil, ils n'étaient plus là. Nous n'avions rien entendu. Bonjour la sécurité !
J'en ai donc conclu que n'importe qui pouvait entrer au bordj, nous trancher la gorge et pire, nous voler notre stock de Kronembourg sans que personne ne réagisse.
J'ai immédiatement pris la décision qui s'imposait, j'ai fait enfermer la bière en lieu sûr.
Il semble que les choses aient bien changé par la suite. Garde de jour et de nuit, vous deviez y tenir à votre boisson...


Dernière édition par Edouard le Mer 16 Mar - 18:52, édité 2 fois

Edouard

Nombre de messages : 3577
Age : 77
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 12/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Vie au Bordj et fin de base Empty Re: Vie au Bordj et fin de base

Message  Bernard le Lun 11 Fév - 20:24

Non mais, faut pas déconner avec la bibine. Un bon récit avec l'humour comme je l'aime.

Merci Edouard.

SLC salut les copains
Bernard
Bernard

Nombre de messages : 2937
Age : 73
Localisation : Normandie
Date d'inscription : 18/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Vie au Bordj et fin de base Empty Re: Vie au Bordj et fin de base

Message  Alain P le Lun 11 Fév - 21:30

Ben oui Edouard, c'est le jour et la nuit, dans nos modes de vie respectifs. Mais j'admire tes talents de conteur et la manière avec laquelle tu as réussi à mener ton affaire, tout en étant entre le marteau et l'enclume.
Alain P
Alain P

Nombre de messages : 7630
Age : 79
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 07/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Vie au Bordj et fin de base Empty Re: Vie au Bordj et fin de base

Message  marcel le Lun 11 Fév - 22:09

Revoir : http://amis-pic-laperrine.forumpro.fr/t611p345-notre-vecu-la-bas#22701
-
C'était le commencement de la fin...

_________________
Marcel Couchot : 15-06-1938. ESAA Nîmes. Rejoint le 620è GAS à In-Amguel dans le Hoggar le 24/04/1962 comme Sous-Lieutenant. Affecté à la BMDD, participe à l'expérience BERYL à In Eker du 01/05/1962. Resté sur le site jusqu'en Avril 1963.
marcel
marcel
Modérateur

Nombre de messages : 2820
Age : 81
Localisation : Mandelieu La Napoule (06210)
Date d'inscription : 30/04/2009

https://www.image-en-relief.org/SCFWiki/index.php/Utilisateur:Mc

Revenir en haut Aller en bas

Vie au Bordj et fin de base Empty Fin de base à Béni Abbés

Message  Invité le Mar 12 Fév - 23:37

Ce devait être le 10 Mai 1963, nous avions appris que la 10 éme Cie (la Saharienne avait disparu  tout d'un coup ? nous n'étions plus au Sahara !!) Portée du Djebel Amour était dissoute. Sur ordre supérieur , nous avons rassemblé en un tas, tous les sarouels, chemises, ceinturons, naïls superbes en cuir, sous vêtements , etc . Interdiction formelle de prendre une quelconque affaire de ce monceau de vêtements. Un sergent à mis le feu à tout cela , et nous avons vu nos habits journaliers partir en fumée . Nous devions rien laisser derrière nous, même pas des souvenirs réels. Ainsi une partie de la Saharienne fût réduite en cendres .  J P
Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Vie au Bordj et fin de base Empty Re: Vie au Bordj et fin de base

Message  Alain P le Mer 13 Fév - 11:42

J'ai trouvé un artcle fait par le colonel Ferry dans la Revue Historique de l'Armée dont je vous donne les extraits ci joint. Il relate l'évolution des compagnies sahariennes à travers l'histoire de leur étendard. Le récit précédent de Jean Pierre décrivant la dissolution de son unité le 10 mai 1963 s'intègre bien dans le tableau situé à la fin de l'extrait.

L’ÉTENDARD DES COMPAGNIES SAHARIENNES


Le lundi 28 novembre 1966, l’étendard des compagnies sahariennes a été remis à la Section Symbolique du Service Historique de l’Armée au Château de Vincennes, par un officier de la 4ème Compagnie d’Infanterie Portée de l’Infanterie de Marine, ayant pris l’avion à In Amguel, centre d’expériences atomiques du Hoggar, deux jours auparavant.
Il y a rejoint les emblèmes des régiments dissous et, parce qu’il est le dernier arrivé, il est installé au centre d’un carré formé par d’autres émouvantes soies tricolores, appuyant sa hampe sur deux faisceaux de fusils, baïonnettes au canon. Il restera là jusqu’à ce que soit décidé son versement au Musée de l’Armée, à l’Hôtel des Invalides, nécropole des gloires militaires.

Création — C’est à la fin de 1949 que le Gouverneur Général de l’Algérie demanda que fût créé l’emblème qu’il souhaitait remettre lui-même aux Sahariens lors des fêtes prévues pour le cinquantenaire de la prise d’In Salah, au début de janvier 1950. Par décision n° 7934-EMG.FA/G/3 du 8 octobre 1949, le Secrétaire d’État à la Guerre décidait : « L’attribution d’un drapeau aux compagnies sahariennes méharistes et portées, à l’exclusion de celles appartenant à la Légion Étrangère, au Train, au Génie, aux Transmissions qui dépendent de corps dotés d’un emblème. »
Un drapeau, alors qu’il s’agissait d’unités montées !
Le Gouverneur Général protesta donc en demandant que ce fût un étendard et en proposant qu’il portât les inscriptions suivantes :
Sahara touareg 1902-1910
Sahara occidental1904-1934
Djanet-Fort Charlet1909-1911-1916
Tindouf1935
Ghat1943

« Un étendard est attribué aux Compagnies sahariennes.
« Cet emblème portera l’inscription :

« Compagnies sahariennes méharistes et portées
« au revers : In Salah 1900
« Il sera confié à la garde d’une compagnie saharienne désignée par le Gouverneur Général de l’Algérie. »

Il fut remis le 10 janvier 1950 au capitaine, commandant la Compagnie saharienne du Tidikelt – Hoggar à In Salah, lors des cérémonies organisées pour célébrer le cinquantenaire de l’expédition du capitaine Pein qui avait, le premier, pénétré au Tidikelt, avec le géologue Flamand.
La garde de l’étendard
Elle devait être confiée successivement et pour une année aux compagnies méharistes et portées, selon un tour de service d’honneur établi par le Gouverneur Général de l’Algérie, par analogie avec les dispositions prises pour le drapeau unique des bataillons de chasseurs.
La liste qui a été établie tient compte de l’ancienneté des compagnies. En tête, la compagnie du Tidikelt – Hoggar, héritière par dédoublement en 1924 de la compagnie du Tidikelt créée par le décret du 1er avril 1902 (1). Ensuite la compagnie du Touat, créée à la même date. Puis la compagnie de la Saoura créée par le décret du 22 avril 1904 – En quatrième position, la compagnie du Tassili, issue de celle des Ajjers, elle-même héritière par le dédoublement de 1924 de la compagnie du Tidikelt.
_______________
(1) Le décret du 1er avril 1902, créait 3 compagnies sahariennes, celles du Tidikelt, du Touat et du Gourara

C’est à cette occasion qu’il fut transmis par la compagnie du Touat à celle de la Saoura, en présence des hautes autorités et des détachements de toutes les unités rassemblées dans la capitale du Territoire des Oasis.

Le nouvel étendard
Le climat du Sahara n’use pas seulement les hommes qui y vivent. Le soleil fane les couleurs et éprouve les tissus, fussent-ils de soie. Il fallut donc remplacer le fourreau et procéder à des réparations sommaires en 1960. Reçu le 28 juin au Service Historique de l’Armée, qui a, dans ses attributions, l’entretien des emblèmes, l’étendard était rendu le 8 juillet, avec une housse neuve, à l’officier porte-étendard de la compagnie saharienne de Metlili, de sorte qu’il était disponible pour le défilé du 14 juillet à Paris.
Mais il était apparu qu’une simple réparation ne suffirait pas. Il était indispensable de rendre leur éclat aux trois couleurs et à l’étoffe sa solidité originelle. Le 1er septembre 1960, le Service Historique passait la commande d’une partie flottante et d’une cravate neuves. Il proposait les inscriptions suivantes :
à l’avers :
République
Française
Compagnies sahariennes
Méharistes
et
portées
au revers :
Honneur
et
patrie
In Salah 1900
La livraison ne devant pas avoir lieu avant que la Compagnie saharienne portée de Mariksen ait pris le relais de celle de Metlili dans la garde d’honneur de l’étendard, un délai fut demandé par le général, commandant interarmées au Sahara, délai qui permit de formuler une nouvelle demande relative aux inscriptions.

Sur le nouvel étendard se trouvent donc mentionnés :
In-Salah
Tit
Esseyen
Ghat

La Fin – Alors qu’elle était dissoute en septembre 1962, la compagnie méhariste de Tinghert remettait au général, commandant la 26e D.I., qui décidait de le conserver provisoirement à son P.C., l’étendard des compagnies sahariennes.
En avril 1963, il était confié à la 4ème Compagnie portée d’Infanterie de Marine, qui le garda jusqu’à la fin.
Ses derniers jours au Sahara, l’étendard les a donc passés parmi ceux qui avaient pris le relais, ceux qu’on appelait les coloniaux, et aussi les ingénieurs des recherches et des expériences atomiques, qui vont eux-mêmes, bientôt, faire leurs bagages.
Il est à Vincennes, où, déjà, quelques anciens Sahariens ont pu le saluer. À Vincennes, où les visages sont moroses dans la grisaille de la sortie du métro, alors qu’il flotta pendant des années, léger et pimpant, bercé par l’amble d’un grand méhari blanc, derrière un capitaine au masque buriné et bronzé et devant des pelotons au trot souple et silencieux, sous un soleil qui magnifiait ses trois couleurs, celles de la France, si harmonieusement combinées – aquarelle de Dufy – aux teintes délicates de paysages incomparables, inoubliables.

Colonel FERRY

LISTE DES UNITÉS QUI ONT EU LA GARDE DE L’ÉTENDARD
DES COMPAGNIES SAHARIENNES DEPUIS 1950
— Compagnie saharienne de Tidikelt Hoggar.........du 10 janvier 1950 au 17 janvier 1952


Compagnie saharienne du Touat........................du 18 janvier 1952 au 17 novembre 1952


— Compagnie saharienne de Saoura......................du 18 décembre 1952 au 11 décembre 1953


— Compagnie saharienne du Tassili.......................du 12 décembre 1953 au 15 décembre 1954

— Compagnie méhariste de l’Erg Oriental..............du 16 décembre 1954 au 14 juillet 1956


— Groupe saharien du Sud Tunisien......................du 15 juillet 1956 au 18 novembre 1957



— Compagnie saharienne portée de la Zousfana....du 19 novembre 1957 au 21 décembre 1958
— Compagnie saharienne des Oasis.......................du 22 décembre 1958 au 7 novembre 1959


— Compagnie saharienne portée de Metlili............du 8 novembre 1959 au 22 novembre 1960

— Compagnie saharienne portée de Mariksen.......du 23 novembre 1960 au 4 novembre 1961

— Compagnie méhariste de Tinghert.....................du 5 novembre 1961 au 15 septembre 1962

— 26ème D.I. ex C.I.S...............................................du 15 septembre 1962 au 25 avril 1963


— 4ème Compagnie portée d’Infanterie de Marine..du 26 avril 1963 au 26 novembre 1966


Source :

Revue Historique de l’Armée
1967 – n° 2


Alain P
Alain P

Nombre de messages : 7630
Age : 79
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 07/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Vie au Bordj et fin de base Empty Re: Vie au Bordj et fin de base

Message  Georges le Mer 13 Fév - 13:51

Vie au Bordj et fin de base 567454 Vie au Bordj et fin de base 567454 Alain P pour ces informations historiques.
Je pense qu'il s'agit de cet étendard ?

Vie au Bordj et fin de base 6-4_le10
Georges
Georges

Nombre de messages : 6862
Age : 75
Localisation : st Armel 56450
Date d'inscription : 31/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Vie au Bordj et fin de base Empty Re: Vie au Bordj et fin de base

Message  Alain P le Mer 13 Fév - 15:13

Vie au Bordj et fin de base Sans_t10

Je pense qu'il s'agit effectivement de celui ci photographié à l'occasion de Bazeilles 65. Il correspond à celui de ta photo prise sous un autre angle.
A l'étendard remis à l'origine il a été rajouté ,par des unités sahariennes, les deux queues constituées de crin blanc pour l'une et de crin noir pour l'autre. On distigue trés mal l'étoffe du drapeau. De plus le sommet de l'étendard est surmonté d'un fer de lance alors que le drapeau initial avait une hampe ordinaire avec une étoile à 3 pointes.
Autrement dit il a été aménagé sur un support correspondant mieux au désert.
De même la hampe est constituée de deux bois qui s'emboitent dans un étui métallique.
Alain P
Alain P

Nombre de messages : 7630
Age : 79
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 07/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Vie au Bordj et fin de base Empty Re: Vie au Bordj et fin de base

Message  Alain P le Mer 13 Fév - 16:26

Vie au Bordj et fin de base Etenda10

Voici une photo empruntée sur le site du 3ième Groupe de Transport, ainsi que les deux suivantes relatives au cinquantenaire de la création des Compagnies Sahariennes en Novembre 52 à Ouargla.
Alain P
Alain P

Nombre de messages : 7630
Age : 79
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 07/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Vie au Bordj et fin de base Empty Re: Vie au Bordj et fin de base

Message  Alain P le Mer 13 Fév - 16:29

Vie au Bordj et fin de base 30nov510

30 novembre 1952 à Ouargla.
Alain P
Alain P

Nombre de messages : 7630
Age : 79
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 07/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Vie au Bordj et fin de base Empty Re: Vie au Bordj et fin de base

Message  Alain P le Mer 13 Fév - 16:31

Vie au Bordj et fin de base Dafila10

30 Novembre 1952 Défilé à l'étendard. Figure sur le site du 3ième Groupe de Transport.
Alain P
Alain P

Nombre de messages : 7630
Age : 79
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 07/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Vie au Bordj et fin de base Empty Re: Vie au Bordj et fin de base

Message  Georges le Mer 13 Fév - 18:25

Tu as connu le chef qui porte l’étendard ?
Georges
Georges

Nombre de messages : 6862
Age : 75
Localisation : st Armel 56450
Date d'inscription : 31/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Vie au Bordj et fin de base Empty Re: Vie au Bordj et fin de base

Message  Alain P le Mer 13 Fév - 22:18

Je pense qu'il s'agit du sergent chef Stogryn qui avait fait la Mauritanie. Mais à part un défilé où les plus grands des A/M avaient été conviés, je n'ai pas eu d'autres occasions de le cotoyer si ce n'est de vue.
Alain P
Alain P

Nombre de messages : 7630
Age : 79
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 07/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Vie au Bordj et fin de base Empty Re: Vie au Bordj et fin de base

Message  Georges le Jeu 14 Fév - 7:42

sergent chef Stogryn
Exact, c'était mon chef, un dur de dur, c'est lui qui nous avais "congelés" à l'arrivée au pied de l'avion.
Mais c'est lui aussi qui m'avait perché sur un dromadaire le jour de Bazeilles. Il était devenu à peu
près "buvable" surtout qu'il avait les bleus fraichement arrivés à se mettre sous la dent !

Vie au Bordj et fin de base 6colo10
Georges
Georges

Nombre de messages : 6862
Age : 75
Localisation : st Armel 56450
Date d'inscription : 31/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Vie au Bordj et fin de base Empty Re: Vie au Bordj et fin de base

Message  ex-membre le Mer 16 Mar - 17:51

!




Dernière édition par Philippe C. le Mer 28 Sep - 16:51, édité 1 fois

ex-membre

Nombre de messages : 8555
Age : 77
Localisation : france
Date d'inscription : 21/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Vie au Bordj et fin de base Empty Re: Vie au Bordj et fin de base

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum