Notre vécu là bas...

Page 20 sur 40 Précédent  1 ... 11 ... 19, 20, 21 ... 30 ... 40  Suivant

Aller en bas

Notre vécu là bas... - Page 20 Empty Re: Notre vécu là bas...

Message  Michel le Mer 8 Jan - 15:28

Notre vécu là bas... - Page 20 92435 

Extrait d'Antoine SCHWERER


En route pour In Ecker Assez rapidement le gouvernement Français décida de ne plus faire exploser d'engins atomiques à l'air libre dans le Sahara. On rechercha alors le moyen de les expérimenter sous la surface du sol et pour cela, une montagne de granit, le Tan Afella, située dans le massif du Hoggar, fut choisie. Le principe était simple : Creuser des galeries horizontales profondes, disposer la bombe au bout, la faire éclater et s'arranger pour que la galerie s'obture au moment de l'explosion afin d'éviter toute sortie de produits radioactifs. La réalisation était évidemment assez complexe, d'autant plus qu'il fallait pouvoir opérer de nombreuses mesures sans les résultats desquels l'essai n'aurait pas eu d'intérêt. Avant que les bases du Hoggar ne fussent construites, il fallut travailler. Le CEA s'installa donc au pied du Ten Afella, à 175 km au Nord du Tamanrasset, non loin de la piste impériale n°3. D'abord sous la tente, puis dans des baraques (les mineurs du CEA arrivèrent les premiers), renouvelant ainsi sur une petite échelle les actes des militaires qui "créèrent" le Sahara, le personnel devait tout transporter, ou presque, depuis Tamanrasset. L'eau seule était approvisionnée à une trentaine de kilomètres de là. Tout en creusant des galeries, on construisait une base : logements, restaurant, laboratoires ; on l'appela : OASIS I.(voir ci-contre une porte de bureau avec bougainvillier) (11) L'Armée, elle, s'installait un peu plus au Sud, près d'In Amguel, élaborant un aérodrome, des puits et des routes goudronnées pour relier la base aérienne, In Amguel et Oasis I. De plus une grande ville appelée "base-vie" destinée aux militaires et pour partie au CEA se monta à In Amguel situé à 140 km au Nord de Tamanrasset. Le colonel, comme ses soldats, logeait au début sous la tente et venait parfois prendre le frais à Oasis I dans la baraque climatisée munie de cette merveilleuse invention qu'est le réfrigérateur (totalement réservé à la boisson). Le Génie militaire commençait à agrandir la piste impériale T 3 qui relie Alger à Zinder en passant par Guardaïa, El Goléa, In Salah, In Ecker, In Amguel, Tamanrasset (dit Tam) et Agadès. La DAM avait aussitôt loué à TAM un vieil entrepôt désaffecté, possédant un hangar, et y avait installé un "poste de transit" ; il était occupé en général par une personne, parfois par zéro. Ceci jusqu'à ce qu'un garçon, Gabriel Oreste, se sentant probablement la vocation de désert, acceptât d'y vivre à plein temps. Seigneur de ces lieux, libre comme l'air, il se chargeait de réceptionner hommes et bagages dans un sens ou dans l'autre. Nous avions aussi à Alger une base "solide" (au moins cinq personnes !). Avec Reggan, cela constituait un petit ensemble familial, dont les éléments étaient séparés par des centaines, voire un bon millier de kilomètres, et qui conversaient à heures fixes par TSF. La DAM eut très vite de bons émetteurs-récepteurs, de sorte que "Soleil" et "Junon" pouvaient se transmettre aisément les nouvelles. Pour aller de Paris à In Ecker, au début, c'était très simple. On commençait par quitter Paris pour Alger en caravelle Air-France (à l'époque l'Algérie était Française) et, après un voyage charmant, on débarquait au début de l'après-midi dans l'ancienne El Djézaïr. On allait visiter la ville, tout au moins les premières fois, puis se reposer dans un hôtel. Par la suite, nous avons disposé d'un appartement loué et équipé par nous. Il y avait une cuisine et quatre chambres, ce qui permettait d'héberger six personnes en même temps. Ce logement était surtout apprécié des vieillards (40 ans environ) ayant épuisé les joies de la débauche et conscients de leurs responsabilités familiales. (12) Réveil avant l'aube, départ pour l'aérodrome militaire une demi-heure plus tard, décollage dans un confortable Nord-Atlas (toujours eux!) et, par bon vent, on se posait cinq heures après sur la piste en terre battue de Tamanrasset. La particularité de ce voyage était due au fait que l'avion servait essentiellement au transport des vivres frais (légumes) pour Oasis I et In Amguel. Par suite, il était bourré de caisses garnissant la totalité de la carlingue et on ne laissait subsister que le nombre de banquettes correspondant au nombre des passagers. Le dos à la paroi de l'avion, les fesses sur la toile et les pieds sous le siège car les caisses empêchaient d'étendre les jambes, nous passions cinq heures délicieuses, engoncés dans nos manteaux et cache-nez. Pour se reposer, on se mettait debout ou à genoux sur la banquette en regardant le paysage par le hublot. Un bien joli paysage d'ailleurs. Après le survol de l'Algérie fertile construite par les Français, où le vert dominait c'est un terrain plus montagneux et passablement pelé qui s'offrait à nos yeux, de teinte grisâtre, parsemé de lacs, en général salés ou à sec. Puis le début du désert encore rocailleux. Ensuite le désert proprement dit ou plutôt les différentes sortes de désert : dunes de sable fin, en général gris ; passages de terrains argileux où le rouge rutile, puis vastes étendues caillouteuses mornes et sauvages avec, de très loin en très loin, les Oasis : petits îlots aux vertes formes géométriques montrant leur piste d'atterrissage et leur nom écrit en immenses lettres blanches cependant que l'avion battait des ailes au passage. Et quelle récompense en approchant du but lorsque le Hoggar gris, noir, violet, aux pics acérés, aux énormes blocs de granit, aux montagnes posées sur le plateau comme des bateaux sur la mer commençait à défiler au-dessous de nous. Tamanrasset. Des pics curieux, un aérodrome miteux, mais un bon accueil par un personnel restreint dont notre arrivée était la distraction principale. L'une des deux 403 commerciales du CEA (peintes en jaune vif, avec une grande bande verte sur le toit) nous emmenait à Tam pour déjeuner tandis qu'un camion militaire s'occupait des colis. (13) Le seul hôtel, à cette époque, était celui dit "de l'Aménokal". Les chambres étaient à moitié propres, l'eau fonctionnait à peu près mais il n'y avait pas de courant électrique durant la nuit car on arrêtait le groupe électrogène. Quelques années plus tard, après l'abandon du Sahara, l'intelligente gestion des Arabes faisait qu'il n'y avait plus du tout d'eau, moins d'électricité, pas de clefs aux serrures et... des draps de l'avant-veille. Mais la salle-à-manger n'avait pas changé. Imaginez une salle assez basse, longue, en forme de L, munie de tables pour quatre que l'on mettait souvent bout à bout pour constituer une ou deux tables d'hôtes. Toutes étaient recouvertes d'une toile cirée déjà en service sous "Vercingétorix", donc éraillée, écaillée, éculée, montrant sa toile jaunie, et d'une teinte parfaitement indéfinissable. C'est là-dessus qu'on venait vous apporter votre repas (en général, il n'y avait pas de choix possible) non sans que la main diligente du garçon Harratine (Note : Les Harratines sont des métis de Touaregs et de noirs, ces derniers ayant servi longtemps d'esclaves) n'ait passé une éponge spontex pour nettoyer les reliefs des précédents convives. Il faisait cela d'un geste élégant et large, répandant la moitié des déchets par terre, puis essuyait les chaises, avec le même chiffon toute la semaine. J'oubliais de préciser que l'éponge avait vu le jour sous Louis XIV et qu'elle avait fait un long usage depuis ! Telle quelle, cette salle était fort sympathique au temps des Français. La bonne humeur y régnait. L'apéritif, ou le café, pris dehors sur la terrasse offrait l'occasion de voir le pittoresque spectacle de la grande rue de Tamanrasset. Rue poussiéreuse, au sol plus ou moins rougeâtre, parcourue par des ânes, des chameaux, des autos (ayant parfois du mal à se frayer un passage parmi les populations peu pressées), où les touaregs vêtus en noir ou indigo étalaient leurs superbes armes blanches. Depuis... La présence d'Algériens du Nord, avec col dur, veston et cravate, parlant à haute voix d'un air prétentieux tandis que les "officiers (14) algériens" traînent leur costume verdâtre, qu'un revolver vient battre à chaque pas, a gâché toute l'harmonie du décor. Seul les Touaregs sont encore acceptables. Quoi qu'il en soit, après ce confortable déjeuner, nous reprenions la route pour traverser Tam et nous rendre au dépôt. On annonçait notre bonne arrivée dans tous les azimuts et, vers le milieu de l'après-midi, on s'élançait vers le Nord. Les 403 ont fait merveille. L'une d'elles vivait encore après 195 000 kilomètres. Il ne restait plus beaucoup de pièces d'origine. Mais quels kilomètres ! Sur toutes les pistes de la région, le sable, le caillou, la "tôle", dans les montées si raides qu'il fallait aider le moteur en poussant la voiture et gagner mètre par mètre, les descentes abruptes où les freins ne suffisaient plus, quittant parfois la piste pour percuter dans les cailloux ou s'enliser dans le sable, ces automobiles ont accompli une tâche phénoménale jusqu'à la création des routes par le Génie saharien. Par la suite, les 2 CV, les Land-Rover vinrent les aider ; mais, au début, elles furent deux, et deux seulement. Le Règlement exigeait qu'il y eût deux personnes à bord : un chauffeur et un convoyeur. Il s'agissait en général de jeunes de 20 ans qui passaient là un an avant de partir au service militaire. C'est assez dire que la conduite "sportive" ne leur faisait pas peur. Un bon 100 à l'heure en général, sous prétexte qu'à cette vitesse on sent moins la "tôle" de la piste. L'arrière était encombré d'outils divers et de roues de rechange, sage précaution car on crevait très fréquemment. Je certifie avoir effectué les 175 km en trois heures malgré l'arrêt traditionnel au franchissement du Tropique du Cancer, matérialisé, sur la route, par un panneau de bois. Le premier voyage a toujours laissé une impression très forte, surtout à cette époque. Il y eut évidemment quelques accidents dont certains graves. Mais nous avons constamment été protégés par Allah car, sans cela, c'est par centaines qu'on aurait compté nos dépouilles. Presque toujours, on passait au vieux bordj d'In Ecker vers 19 heures et là... on se perdait, on s'enlisait, bref il fallait encore un quart (15) d'heure à une demi-heure d'efforts pour terminer la route et arriver "chez nous". Moulus, sales à faire peur, rôtis par le soleil, abrutis par l'avion, effarés par Tam, la perle du Hoggar, et combien satisfaits d'en avoir fini avec cette course sportive, nous allions goûter un repos mérité en pensant, par-devers nous : "et dire qu'il faudra bientôt refaire le même trajet en sens inverse". Le retour en France comportait un trajet vers Tam, cinq heures de Nord-Atlas dans un avion quasi vide, et une arrivée tardive à Alger. Un coucher hâtif en ville, un lever à l'aube et... un merveilleux vol en Caravelle dans un véhicule silencieux et frais avec une charmante hôtesse pour vous servir. Certaines d'entre elles avaient un véritable flair pour découvrir que nous revenions du désert et, en général, étaient alors aux petits soins pour les individus crasseux et las que nous étions devenus. :

Document complet ICI>http://pbillaud.fr/html/atom6.html
Michel
Michel

Nombre de messages : 6682
Age : 72
Localisation : LANNEMEZAN
Date d'inscription : 04/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Notre vécu là bas... - Page 20 Empty Re: Notre vécu là bas...

Message  Gérard le Mer 8 Jan - 17:58

Merci Michel.

Les photos de la construction de la base de Reggane  , trouvés ...................................

dans  une salle de vente  !

Nous sommes vraiment les dynausores du nucléaire  Shocked  Shocked 

!Notre vécu là bas... - Page 20 Base_r10
Gérard
Gérard
Administrateur

Nombre de messages : 3966
Age : 77
Localisation : Corrèze
Date d'inscription : 21/01/2011

http://hoggar-cemo.blogspot.fr

Revenir en haut Aller en bas

Notre vécu là bas... - Page 20 Empty Re: Notre vécu là bas...

Message  Georges le Jeu 9 Jan - 11:42

Très intéressant récit Michel, je vais essayer d'en savoir plus.
Par contre, je n'ai pas réussi à visionner les photos de Jojo
Georges
Georges

Nombre de messages : 6947
Age : 75
Localisation : st Armel 56450
Date d'inscription : 31/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Notre vécu là bas... - Page 20 Empty Re: Notre vécu là bas...

Message  Gérard le Jeu 9 Jan - 11:58


Pour les photos, il faut aller directement sur le site

http://base.reggan.free.fr/album/index.php?album=CONTRUCTION+BASE

 Notre vécu là bas... - Page 20 665297 
Gérard
Gérard
Administrateur

Nombre de messages : 3966
Age : 77
Localisation : Corrèze
Date d'inscription : 21/01/2011

http://hoggar-cemo.blogspot.fr

Revenir en haut Aller en bas

Notre vécu là bas... - Page 20 Empty Re: Notre vécu là bas...

Message  Invité le Jeu 9 Jan - 12:06

Jojo a écrit:
Pour les photos, il faut aller directement sur le site

http://base.reggan.free.fr/album/index.php?album=CONTRUCTION+BASE

 Notre vécu là bas... - Page 20 665297 

De bien intéressantes photos..... Je n'avais jamais revu de photos de ces "toiles de tentes" qui fleurissaient encore un peu partout dans les postes Sahariens en 1962..... J'ai vécu 15 jours dans une de ces tentes dans un camp situé dans la périphérie de Colomb-Béchar en janvier 1962


Dernière édition par Phil. le Jeu 9 Jan - 12:44, édité 1 fois (Raison : mille excuses j'avais malencontreusement écrit ininteressantes au lieu de interessantes)
Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Notre vécu là bas... - Page 20 Empty Re: Notre vécu là bas...

Message  Georges le Jeu 9 Jan - 12:08

Et bien voilà Jojo, comme ça c'est tout bon !
Georges
Georges

Nombre de messages : 6947
Age : 75
Localisation : st Armel 56450
Date d'inscription : 31/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Notre vécu là bas... - Page 20 Empty Re: Notre vécu là bas...

Message  Alain P le Jeu 9 Jan - 13:10

Qui trouvera In Amguel ?.  Pour l'instant c'est la quête du Graal.
Alain P
Alain P

Nombre de messages : 7718
Age : 79
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 07/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Notre vécu là bas... - Page 20 Empty Re: Notre vécu là bas...

Message  Gérard le Jeu 9 Jan - 14:31

Sad 

Pour la construction de la base d' In - Amguel , les textes ront rares :

http://www.kerleo.net/voyages/sahara/in_eker.htm
Gérard
Gérard
Administrateur

Nombre de messages : 3966
Age : 77
Localisation : Corrèze
Date d'inscription : 21/01/2011

http://hoggar-cemo.blogspot.fr

Revenir en haut Aller en bas

Notre vécu là bas... - Page 20 Empty Re: Notre vécu là bas...

Message  Georges le Jeu 9 Jan - 14:59

Je me souviens de ce radar au point Nord. Il y avait aussi un équipement semblable sur un GMC ( le seul que j'ai vu là-bas) ou alors, c'était le même radar et le GMC servait de tracteur à cette remorque ?
Georges
Georges

Nombre de messages : 6947
Age : 75
Localisation : st Armel 56450
Date d'inscription : 31/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Notre vécu là bas... - Page 20 Empty Re: Notre vécu là bas...

Message  Alain P le Jeu 9 Jan - 16:21

Pour ma part c'est le black-out total ou presque sur le Point Nord: je ne me souviens pas de ce radar.
Alain P
Alain P

Nombre de messages : 7718
Age : 79
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 07/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Notre vécu là bas... - Page 20 Empty Re: Notre vécu là bas...

Message  Edouard le Jeu 9 Jan - 16:46

C'était un radar Thomson "Cotal" En 1962 il était installé pas très loin du cantonnement de la colo. Le gmc était le camion PC où étaient analysés les résultats. Il devait également servir de tracteur.
Durant mon séjour au point nord, je n'ai jamais vu bouger ni le tracteur ni sa remorque radar...

Edouard

Nombre de messages : 3577
Age : 77
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 12/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Notre vécu là bas... - Page 20 Empty Re: Notre vécu là bas...

Message  Gérard le Jeu 9 Jan - 17:55

C ' était un radar avec des fonctionnaires ,

donc il ne bougeait pas , car ............................

dans l' administration , le premier qui bouge , il a perdu  !  ( comme au mikado ) .

 Notre vécu là bas... - Page 20 697896
Gérard
Gérard
Administrateur

Nombre de messages : 3966
Age : 77
Localisation : Corrèze
Date d'inscription : 21/01/2011

http://hoggar-cemo.blogspot.fr

Revenir en haut Aller en bas

Notre vécu là bas... - Page 20 Empty Re: Notre vécu là bas...

Message  Georges le Jeu 9 Jan - 18:19

Ed a écrit:Durant mon séjour au point nord, je n'ai jamais vu bouger ni le tracteur ni sa remorque radar...
Pareil pour moi mon ami. Pourtant, j'aurais aimé entendre le chant du moteur du GMC, j'aimais bien !

Et toi Alain P, tu ne te souviens pas d'avoir joué au "baby foot" ? Ed non plus ? Et Paul ? C'était juste devant ma porte ! Le bordj en arrière plan.

Notre vécu là bas... - Page 20 2-12_p11
Georges
Georges

Nombre de messages : 6947
Age : 75
Localisation : st Armel 56450
Date d'inscription : 31/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Notre vécu là bas... - Page 20 Empty Re: Notre vécu là bas...

Message  Edouard le Jeu 9 Jan - 19:28

Non je n'ai jamais joué au baby-foot au point nord. Je ne pense pas que l'appareil existait à mon époque.
De plus, je n'allais à la colo que parce que la popote officiers s'y trouvait. Pour les autres, il n'était pas prudent de s'aventurer dans ce périmètre. La discipline y était très stricte et la tenue également. Un salut oublié et crac! La sanction était immédiate.
Il s'en suivait des palabres interminables et de nombreuses tournées au mess pour que "l'outragé" abandonne son idée de punition.
Les gars de la déconta avaient donc interdiction de traîner dans ce secteur. Cela me coûtait trop cher....

Edouard

Nombre de messages : 3577
Age : 77
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 12/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Notre vécu là bas... - Page 20 Empty Re: Notre vécu là bas...

Message  Invité le Jeu 9 Jan - 19:35

Edouard a écrit:Non je n'ai jamais joué au baby-foot au point nord. Je ne pense pas que l'appareil existait à mon époque.
De plus, je n'allais à la colo que parce que la popote officiers s'y trouvait. Pour les autres, il n'était pas prudent de s'aventurer dans ce périmètre. La discipline y était très stricte et la tenue également. Un salut oublié et crac! La sanction était immédiate.
Il s'en suivait des palabres interminables et de nombreuses tournées au mess pour que "l'outragé" abandonne son idée de punition.
Les gars de la déconta avaient donc interdiction de traîner dans ce secteur. Cela me coûtait trop cher....

Pauvre sous off
Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Notre vécu là bas... - Page 20 Empty Re: Notre vécu là bas...

Message  Bernard le Jeu 9 Jan - 20:40

In Eker , oasis 1 ? le tir Béryl . Photo sans nom ni commentaires avec le nombre de véhicules je pense a Béryl.
Votre avis!

l'explosion juste avant la débandade.


Notre vécu là bas... - Page 20 Montag12
Bernard
Bernard

Nombre de messages : 2953
Age : 74
Localisation : Normandie
Date d'inscription : 18/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Notre vécu là bas... - Page 20 Empty Re: Notre vécu là bas...

Message  Alain P le Jeu 9 Jan - 21:14

Je pense qu'il s'agit d'Oasis 1 qui se trouvait en face de la galerie de Beryl: il s'agit là d'une rare photo de ce lieu que je n'ai pas connu. Ni le Point Nord, ni In Ekker ne peuvent correspondre à cette image.
Bernard tu détiens là une photo exceptionnelle.
Alain P
Alain P

Nombre de messages : 7718
Age : 79
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 07/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Notre vécu là bas... - Page 20 Empty Re: Notre vécu là bas...

Message  marcel le Jeu 9 Jan - 21:18

Etonnante photo, avec toutes ces grandes antennes. Et tous ces véhicules garés les uns contre les autres.
Je pense à OASIS 1, donc pour le tir Agate ou le tir Béryl. Mais on ne voit pas le nuage noir, donc, plutôt Agate :
Tir N° 1 à 11H30 7 Novembre 1961 Agate E1 T11 moins de 20 KT EnginS1
Ensuite, après Béryl, OASIS 1 a disparu. Il faudrait retrouver l'origine de cette photo.
Revoir la page : http://amis-pic-laperrine.forumpro.fr/t767-explosion-in-ecker-in-eker
Il y a une grossière erreur, on parle du 1er mai 1961 au lieu de 1962. A moins qu'il ne s'agisse là encore de Agate.
Le tir Béryl a eu lieu à 10H00, et l'horloge à coté de la photo indique 11H30... Alors ?


Dernière édition par marcel le Jeu 9 Jan - 21:54, édité 6 fois

_________________
Marcel Couchot : 15-06-1938. ESAA Nîmes. Rejoint le 620è GAS à In-Amguel dans le Hoggar le 24/04/1962 comme Sous-Lieutenant. Affecté à la BMDD, participe à l'expérience BERYL à In Eker du 01/05/1962. Resté sur le site jusqu'en Avril 1963.
marcel
marcel
Modérateur

Nombre de messages : 2850
Age : 81
Localisation : Mandelieu La Napoule (06210)
Date d'inscription : 30/04/2009

https://www.image-en-relief.org/SCFWiki/index.php/Utilisateur:Mc

Revenir en haut Aller en bas

Notre vécu là bas... - Page 20 Empty Re: Notre vécu là bas...

Message  Alain P le Jeu 9 Jan - 21:28

Ce baby foot n'évoque en moi aucun souvenir: j'ai l'impression d'avoir subi un lavage de cerveau au point Nord. Le soleil, les zébulons, je ne sais.
Alain P
Alain P

Nombre de messages : 7718
Age : 79
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 07/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Notre vécu là bas... - Page 20 Empty Re: Notre vécu là bas...

Message  Bernard le Jeu 9 Jan - 22:29

Je ne détiens rien d'exceptionnel le hasard, le hasard! Je recherche avec le personnel civil qui travaillait sur les sites mais il devait être tenu au secret, mais pas tous. De temps en temps un récit des photos, voila le pourquoi! J'ai trouvé un site super mais je n'arrive pas a ouvrir les rubriques et je ne parviens plus a le retrouver. avec de l'aide peut être que? J'ai quand même le nom.

Si vous trouvez que cela en vaut la peine dites le moi.

J'ai cette photo de l'entrée d' une galerie, je suis sur qu'il s'agit d'un faux. Votre avis .

Légende " Tunnel Tanafella"
Notre vécu là bas... - Page 20 Tunnel12
Bernard
Bernard

Nombre de messages : 2953
Age : 74
Localisation : Normandie
Date d'inscription : 18/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Notre vécu là bas... - Page 20 Empty Re: Notre vécu là bas...

Message  Alain le Jeu 9 Jan - 22:34

Intrigant, en effet...
Notre vécu là bas... - Page 20 Oasis_10
Bien sur que ça vaut la peine... (en MP ?)

_________________
Alain VEIL
In Amguel 63/64
PA 325 Télétype Météo

Notre vécu là bas... - Page 20 Telety10Notre vécu là bas... - Page 20 Montag13


-Vous voyez là ? Au bout , y a une extrémité.
-Vous n'ignorez pas que le défi métabolise les changements motivationnels dans le bon sens. (JMR)
-Il faut faire en sorte de laisser une trace sur la terre même quand ton ombre aura disparu..

-Plus le temps passe, et plus je suis attaché aux vraies valeurs de la République .... mais je pense que je suis un homme du passé !
Alain
Alain
Administrateur

Nombre de messages : 14351
Age : 76
Localisation : Fouras Charente Maritime
Date d'inscription : 05/01/2008

http://amis-pic-laperrine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Notre vécu là bas... - Page 20 Empty Re: Notre vécu là bas...

Message  Alain P le Ven 10 Jan - 14:06

http://bel-abbes.info/?p=23927


Il y a là la photo du Tunnel du Tan Affela.....
Alain P
Alain P

Nombre de messages : 7718
Age : 79
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 07/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Notre vécu là bas... - Page 20 Empty Re: Notre vécu là bas...

Message  Alain P le Ven 10 Jan - 15:54

http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/91/29/74/PDF/Iddir_Smail.pdf

Je viens de trouver cette thèse d'un étudiant sur les instruments, les monuments funéraires et les peintures rupestres de la région de Mertoutek: en fait il a étendu son étude à une grande partie du Hoggar. Il y est question aussi d'In Ekker, In Amguel, Tit. Au cours de mes pérégrinations j'ai reconnu certaines tombes. La lecture de ce document est longue et j'avoue l'avoir survolé en consultant les graphiques et les photos.
Alain P
Alain P

Nombre de messages : 7718
Age : 79
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 07/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Notre vécu là bas... - Page 20 Empty Re: Notre vécu là bas...

Message  Georges le Ven 10 Jan - 16:44

Bernard a écrit:Si vous trouvez que cela en vaut la peine dites le moi.
Forcément que ça vaut la peine, tu parles !

Bernard a écrit:J'ai cette photo de l'entrée d' une galerie, je suis sur qu'il s'agit d'un faux. Votre avis .
Tu es le mieux placé pour juger Bernard, pour ma part, je n'ai que monté la garde devant l'entrée, de nuit, et encore pas souvent.
Mais malgré tout, dans mes brumes de souvenirs, ça ne ressemblait pas à la photo.
Georges
Georges

Nombre de messages : 6947
Age : 75
Localisation : st Armel 56450
Date d'inscription : 31/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Notre vécu là bas... - Page 20 Empty Re: Notre vécu là bas...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 20 sur 40 Précédent  1 ... 11 ... 19, 20, 21 ... 30 ... 40  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum