La COLO

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

Re: La COLO

Message  Alain P le Lun 18 Jan - 17:42



Il s'agit d'une photo prise depuis le couloir de F3 avec le bureau du vaguemestre à droite et au fond le terrain de volley de la marine ....et peut être le Fillod F7 de la marine dont tu parles.
Alain D, pour nous faire plaisir, aurais tu ou pourrais tu te procurer une photo de la dynamitière ?
avatar
Alain P

Nombre de messages : 7037
Age : 78
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 07/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La COLO

Message  Georges le Lun 18 Jan - 18:15

Alainp a écrit:Alain D, pour nous faire plaisir, aurais tu ou pourrais tu te procurer une photo de la dynamitière ?
C'est qui Alain D ?
avatar
Georges

Nombre de messages : 6108
Age : 74
Localisation : st Armel 56450
Date d'inscription : 31/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La COLO

Message  Alain P le Lun 18 Jan - 18:36

Alain D a été inscrit un temps sur le Forum.
avatar
Alain P

Nombre de messages : 7037
Age : 78
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 07/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Vous avez dit Marsouins....

Message  Ph. le Mer 9 Mar - 17:27

La Colo.... les Marsouins.......
J'ai été incorporé dans l’Infanterie de Marine le 1er  septembre 1962 et j'y ai fait mes quatre mois de classes puis j'ai été affecté dans un Groupe Saharien Mixte .....(GSMIT)

Ce passage obligé, même s'il a été très difficile à tous les points de vue, m'a inculqué un esprit de corps, un esprit d'équipe, et une solidarité qui se sont  poursuivis tout au long de mon Aventure Saharienne....

J'ai donc envie d'apporter, à nos visiteurs, un certain éclairage sur l'origine de nos "appellations contrôlées", en particulier celle dont nous sommes  surnommés   << les Marsouins >> ...

Les Marsouins !  Il s'agit du surnom des soldats de l'Infanterie de Marine,  qui  auparavant se nommait "Infanterie Coloniale" (terme équivoque)

C'est de cette "Infanterie Coloniale" que découle et qu'il faut chercher l'origine de notre surnom  "MARSOUIN".....

 Il faut préciser qu'il ne s'agit absolument pas d'une légende...,  mais bien d'un fait réel...., lequel engendra, par raillerie certes, ce splendide surnom !

Depuis louis XIV et jusque sous le second empire, le "Service des Armes" était tenu exclusivement par des troupes de soldats spécialisés dans les combats de Marines,  ce qui impliquait pour les  matelots de ne s'occuper que des bateaux de la flotte de guerre.
À ces soldats spécialistes du combat était dédiée la défense du bateau (qu'il s'agisse de bateaux transport de troupe ou de guerre) à l'aide d'armes...

Par la suite furent créés des corps et/ou formations nommés "fusiliers marins" et "canonniers-marins"..... Ces nouvelles unités se virent naturellement chargées de la défense exclusive des bateaux en plus de leur fonction de matelots...
Par voie de conséquences  les fantassins de marines continuèrent d'embarquer  pour rallier et défendre des garnisons d'outre-mer....et devinrent de ce fait "des passagers" désœuvrés. Ils s'emparèrent avec aisance et un plaisir certain ce statut de passager.....

Par raillerie; les matelots s'amusèrent à les comparer aux cétacés qui accompagnaient les bateaux tout en s'amusant, à savoir les dauphins ou marsouins et c'est ce dernier nom de cétacés qu'ils donnèrent à leur "passagers".....

Depuis tous ceux qui servent sous << l'Ancre dorée de l’Infanterie de Marine >> sont surnommés << les Marsouins >>.....


j' I love you
avatar
Ph.

Nombre de messages : 8559
Age : 76
Localisation : Anjou
Date d'inscription : 21/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La COLO

Message  Georges le Mer 9 Mar - 19:38

Phil a écrit:
Par raillerie; les matelots s'amusèrent à les comparer aux cétacés qui accompagnaient les bateaux tout en s'amusant, à savoir les dauphins ou marsouins et c'est ce dernier nom de cétacés qu'ils donnèrent à leur "passagers".....
Ben oui, mais les gonfleurs qui avaient des "Marsouins" accompagnant leur super G tout en s'amusant, devaient les appeler des goelans ?
avatar
Georges

Nombre de messages : 6108
Age : 74
Localisation : st Armel 56450
Date d'inscription : 31/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La COLO

Message  Edouard le Jeu 10 Mar - 10:13

Phil a écrit:Ce passage obligé, ........ m'a inculqué un esprit de corps,

Très développé dans cette arme, au point que vu de l'extérieur, il amenait à se poser des questions.
J'ai pensé quelques temps que ces jeunes gens étaient des engagés.... et beaucoup d'autres avec moi.
Ils avaient l'air tellement fiers et guerriers.....

Edouard

Nombre de messages : 3564
Age : 76
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 12/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La COLO

Message  Alain le Jeu 10 Mar - 10:16

à tel point que nous les évitions soigneusement !!!

_________________
Alain VEIL
In Amguel 63/64
PA 325 Télétype Météo






-Vous voyez là ? Au bout , y a une extrémité.
-Vous n'ignorez pas que le défi métabolise les changements motivationnels dans le bon sens. (JMR)
-Il faut faire en sorte de laisser une trace sur la terre même quand ton ombre aura disparu..

-Plus le temps passe, et plus je suis attaché aux vraies valeurs de la République .... mais je pense que je suis un homme du passé !
avatar
Alain
Administrateur

Nombre de messages : 13408
Age : 74
Localisation : Fouras Charente Maritime
Date d'inscription : 05/01/2008

http://amis-pic-laperrine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La COLO

Message  Ph. le Jeu 10 Mar - 10:23

gommé


Dernière édition par Philippe (Phil.) le Jeu 10 Mar - 16:19, édité 1 fois
avatar
Ph.

Nombre de messages : 8559
Age : 76
Localisation : Anjou
Date d'inscription : 21/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La COLO

Message  Georges le Jeu 10 Mar - 10:28

Ils avaient l'air tellement fiers et guerriers....
à tel point que nous les évitions soigneusement !!!
Vous auriez pu aussi leur lancer des pierres, pour créer de bonnes relations !
(Quoique un brin de frime n'était pas exclu.......)

avatar
Georges

Nombre de messages : 6108
Age : 74
Localisation : st Armel 56450
Date d'inscription : 31/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La COLO

Message  Alain le Jeu 10 Mar - 10:44

Ouais, ça roulait des mécaniques ....
Remarque, vous aviez un beau foyer, d’où on ne s'est jamais fait jeter.... j'y ai d'ailleurs acheté une montre et une croix d'Agadès...

_________________
Alain VEIL
In Amguel 63/64
PA 325 Télétype Météo






-Vous voyez là ? Au bout , y a une extrémité.
-Vous n'ignorez pas que le défi métabolise les changements motivationnels dans le bon sens. (JMR)
-Il faut faire en sorte de laisser une trace sur la terre même quand ton ombre aura disparu..

-Plus le temps passe, et plus je suis attaché aux vraies valeurs de la République .... mais je pense que je suis un homme du passé !
avatar
Alain
Administrateur

Nombre de messages : 13408
Age : 74
Localisation : Fouras Charente Maritime
Date d'inscription : 05/01/2008

http://amis-pic-laperrine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La COLO

Message  Edouard le Jeu 10 Mar - 15:22

Georges a écrit:Vous auriez pu aussi leur lancer des pierres, pour créer de bonnes relations !

Nous n'en étions heureusement pas là!
Cependant, ils avaient des reactions assez surprenantes.
Nous avions organisé un tournoi de foot au point nord. Il y avait trois équipes, la colo, le génie et la déconta.
C'était bon enfant, il n'y avait pas d'enjeu si ce n'est celui de passer un bon moment.
Au bout de quelques minutes, ce n'étaient plus des jeunes qui s'amusaient mais la colo qui se mesurait à une autre arme.
A croire que leur survie dépendait du résultat de ce match. Ils ont perdu et il n'y a pas eu de match retour.
Une autre fois, nous avons ramassé un pauvre type qui se trainait sur la route. Il faisait partie d'un groupe de punis qui avaient écopé d'une marche forcée. J'ai déjà raconté cette histoire sur le forum.
J'ai failli avoir des ennuis avec sa hiérarchie mais lui en a eu. Ce qui nous a le plus choqués, ce n'est pas qu'il ait été re-puni  mais le fait qu'il ait été la risée de ses camarades durant un certain temps..... ils le traitaient de "gonzesse"

En fait de solidarité.....

Edouard

Nombre de messages : 3564
Age : 76
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 12/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La COLO

Message  Alain P le Jeu 10 Mar - 17:34

Edouard, il se pourrait que les gars de la Colo aient été sérieusement motivés par leurs managers avant le tournoi de foot. Un encouragement du genre: si vous n'obtenez pas des résultats vous aurez une petite marche au programme ce soir........si vous aviez été solidaires envers ces pauvres gars, vous auriez du les laisser gagner.
Mais je plaisante avec toi Edouard car tu as connu, compris et relaté les brimades dont tu avais été témoin en des termes qui montrent ton humanisme.
C'était assez rare pour le souligner.
avatar
Alain P

Nombre de messages : 7037
Age : 78
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 07/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

re : la colo

Message  DUQUERROY Jean Pierre le Jeu 10 Mar - 18:05

Dans le même ordre d'idée, il me revient à l'esprit une altercation survenue lors de notre voyage aller vers Béchar à bord de la Rafale.
Nous avions fait le voyage depuis Marseille avec des gars venant de Fréjus tous un peu "border line". Avant d'arriver à Aîn Sefra deux types se sont pris la tête (je ne sais pas à quel sujet d'ailleurs) et l'un des deux a voulu balancer l'autre par la portière. Il a fallu les séparer car le type était déjà les deux pieds dehors et ne se tenait plus que par un bras au wagon.
Peut-être que la Kro et l'alcool qu'il avaient ingurgité depuis le départ de France y était pour quelque chose !!!
avatar
DUQUERROY Jean Pierre

Nombre de messages : 1821
Age : 72
Localisation : POITIERS
Date d'inscription : 31/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La COLO

Message  Georges le Jeu 10 Mar - 18:07

Ed a écrit:Une autre fois, nous avons ramassé un pauvre type qui se trainait sur la route. Il faisait partie d'un groupe de punis qui avaient écopé d'une marche forcée
Pour parer à ce genre de choses, nos gradés au 3è peloton organisaient ces marches punitives, de nuit et en dehors des routes fréquentées.
Et avec un jerrican d'essence dans la musette pour le fun !!!
Ce que dit Alain P au sujet du foot, est tout à fait plausible et ne m'étonne pas, c'était bien dans l'esprit.
avatar
Georges

Nombre de messages : 6108
Age : 74
Localisation : st Armel 56450
Date d'inscription : 31/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La COLO

Message  Michel le Ven 24 Fév - 11:29

Pour les amis de la colo



avatar
Michel

Nombre de messages : 5549
Age : 71
Localisation : LANNEMEZAN
Date d'inscription : 04/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La COLO

Message  marcel le Ven 24 Fév - 13:06

Sur Wikipedia, la campagne de Madagascar : https://fr.wikipedia.org/wiki/Exp%C3%A9dition_de_Madagascar
-
Et le Général Gallieni : https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Gallieni
-
Biographie :

Il est le fils d’un officier d’infanterie, né en Italie, d’origine lombarde1. Après des études au Prytanée militaire de La Flèche, il intègre l’École spéciale militaire de Saint-Cyr en 1868. Le 15 juillet 1870, il est nommé sous-lieutenant dans l’infanterie de marine.
-
Bazeilles (1870)
-
Avec le 3e régiment d’Infanterie de marine (3e RIMa), le nouveau promu participe à la guerre franco-allemande de 1870, au cours de laquelle il se bat notamment à Bazeilles, dans les rangs de la brigade Martin des Palières et de la fameuse Division Bleue2. Blessé et fait prisonnier le 1er septembre, il est envoyé en captivité en Allemagne et ne rentre en France que le 11 mars 1871.
-
Gouverneur général de Madagascar (1896-1905) ...

*

_________________
Marcel Couchot : 15-06-1938. ESAA Nîmes. Rejoint le 620è GAS à In-Amguel dans le Hoggar le 24/04/1962 comme Sous-Lieutenant. Affecté à la BMDD, participe à l'expérience BERYL à In Eker du 01/05/1962. Resté sur le site jusqu'en Avril 1963.
avatar
marcel
Modérateur

Nombre de messages : 2587
Age : 80
Localisation : Mandelieu La Napoule (06210)
Date d'inscription : 30/04/2009

https://www.image-en-relief.org/SCFWiki/index.php/Utilisateur:Mc

Revenir en haut Aller en bas

Re: La COLO

Message  Alain le Ven 24 Fév - 16:04

l'un de mes grands oncles était gouverneur de province à Madagascar, et, je pense, également militaire....
si quelqu'un peut m'expliquer ce que c'était...
Il avait ramené plein de cochonneries d'animaux empaillés chez lui.... dont un crocodile... j'étais tout petit, ça me faisait peur.
Ce métier n'avait pas du lui rapporter beaucoup, car, une fois par an, mon frère et moi étions invités à gouter...
Son épouse nous partageait une fraise de confiture en deux... (une moitié chacun), avec un petit beurre (vous vous souvenez, la tête de marin)...

_________________
Alain VEIL
In Amguel 63/64
PA 325 Télétype Météo






-Vous voyez là ? Au bout , y a une extrémité.
-Vous n'ignorez pas que le défi métabolise les changements motivationnels dans le bon sens. (JMR)
-Il faut faire en sorte de laisser une trace sur la terre même quand ton ombre aura disparu..

-Plus le temps passe, et plus je suis attaché aux vraies valeurs de la République .... mais je pense que je suis un homme du passé !
avatar
Alain
Administrateur

Nombre de messages : 13408
Age : 74
Localisation : Fouras Charente Maritime
Date d'inscription : 05/01/2008

http://amis-pic-laperrine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La COLO - chef de province à Madagascar

Message  marcel le Ven 24 Fév - 19:21

Voir : http://www.madagascarica.com/Politiquede%201850_a_1930.html
-
Chronologie politique de Madagascar.
De 1850 à 1930.
-
1902 : Administration et Organisation de la nouvelle colonie:
-
• Organisation générale de la nouvelle colonie :
 Le Président de la république française est le premier responsable de l’administration coloniale.
 Il est suivi du ministre des colonies qui s’occupe de l’administration coloniale et désigne les gouverneurs généraux dans les colonies.
 Ces deux personnalités résident en France.
• Pour l’organisation interne de la nouvelle colonie : Les fonctionnaires responsables de l’administration coloniale
• Le gouverneur général: il a tout les pouvoirs et publie les lois. Il est de nationalité française.
• Le secrétaire général:i1 est responsable de l’administration civile et politique, Il est également français.
• Le conseil de gouvernement : il est composé de 15 membres dont 13 français et de 2 malgaches.
 Ce Conseil s’occupe de la politique générale du pays.
• Les représentants économiques et financiers formés de 50 membres (25 français, 25 malgaches) :
 ils s’occupent de l’élaboration des lois et de l’aménagement du territoire.
• Division et gestion administrative de la nouvelle colonie :
 Madagascar est divisée en provinces, dirigées par un chef de province de nationalité française.
 Il exécute les ordres du gouverneur général.
• Chaque province est divisée en districts dirigés par un chef de district de nationalité française.
 Il contrôle l’exécution des tâches et il conseille.

*

_________________
Marcel Couchot : 15-06-1938. ESAA Nîmes. Rejoint le 620è GAS à In-Amguel dans le Hoggar le 24/04/1962 comme Sous-Lieutenant. Affecté à la BMDD, participe à l'expérience BERYL à In Eker du 01/05/1962. Resté sur le site jusqu'en Avril 1963.
avatar
marcel
Modérateur

Nombre de messages : 2587
Age : 80
Localisation : Mandelieu La Napoule (06210)
Date d'inscription : 30/04/2009

https://www.image-en-relief.org/SCFWiki/index.php/Utilisateur:Mc

Revenir en haut Aller en bas

Re: La COLO

Message  Alain le Ven 24 Fév - 19:41

Ben voila, Merci, Marcel, je suppose que l'appellation "gouverneur de province" faisait plus chic que "chef"...
A Martignat, ça en jetait !

_________________
Alain VEIL
In Amguel 63/64
PA 325 Télétype Météo






-Vous voyez là ? Au bout , y a une extrémité.
-Vous n'ignorez pas que le défi métabolise les changements motivationnels dans le bon sens. (JMR)
-Il faut faire en sorte de laisser une trace sur la terre même quand ton ombre aura disparu..

-Plus le temps passe, et plus je suis attaché aux vraies valeurs de la République .... mais je pense que je suis un homme du passé !
avatar
Alain
Administrateur

Nombre de messages : 13408
Age : 74
Localisation : Fouras Charente Maritime
Date d'inscription : 05/01/2008

http://amis-pic-laperrine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La COLO

Message  Alain P le Dim 26 Fév - 15:41

Gallieni est un voisin de Michel:
Joseph Simon Gallieni, né le 24 avril 1849 à Saint-Béat dans la Haute-Garonne et mort le 27 mai 1916 à Versailles, est un militaire et administrateur colonial français. Il exerça une grande partie de son activité dans les opérations de colonisation menées par la France, laissant une empreinte profonde sur l’histoire de la colonisation française, et termina sa carrière pendant la Première Guerre mondiale. Il fut fait maréchal à titre posthume en 1921.
avatar
Alain P

Nombre de messages : 7037
Age : 78
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 07/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La COLO

Message  Edouard le Dim 26 Fév - 16:53

Alain P a écrit:Joseph Simon Gallieni, né le 24 avril 1849 à Saint-Béat dans la Haute-Garonne et mort le 27 mai 1916 à Versailles

Ils viennent tous mourir près de chez moi..... les cimetières du coin sont pleins de gens célèbres! Il doit faire bon trépasser dans les Yvelines.

Edouard

Nombre de messages : 3564
Age : 76
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 12/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La COLO

Message  Georges le Dim 26 Fév - 19:25

Parmi les camps de la colo à Fréjus, il y avait le camp Gallieni réservé il me semble aux engagés (Alain P te souviens-tu ?)
Pour ma part, j'étais au camp Robert (colonel).
avatar
Georges

Nombre de messages : 6108
Age : 74
Localisation : st Armel 56450
Date d'inscription : 31/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La COLO

Message  Alain P le Dim 26 Fév - 21:16

Effectivement il y avait le camp Gallieni à Fréjus...
La Gabelle ou Château Gallieni .
Cette résidence appartenait à la famille Savelli et faisait partie de la donation de Mademoiselle Marthe Savelli lors de son mariage avec le maréchal Galliéni le 27 août 1882. A l'origine, il s'agissait de deux cabanes à sel, appelées " la Gabelle ". Les cabanes furent réunies et reconstruites selon les plans de l'architecte Jully, que Galliéni avait rencontré lors de son proconsulat à Madagascar. Joseph Galliéni, né à Saint Béat (Haute Garonne)en 1849 et mort à Versailles en 1916, est enterré dans le cimetière de Saint-Raphaël.
Fréjus pouvait enfin compter sur l'appui sans faille du général Galliéni, grand
personnage de l'épopée coloniale française. Il possédait à Fréjus une grande bâtisse nommée "La Gabelle". Il appréciait beaucoup cette région et s'investit toujours en sa faveur. C'est ainsi qu'il fut un des plus ardents défenseurs du projet d'installation d'une garnison à Fréjus. Membre du Conseil Supérieur de la Guerre à partir de 1908, il correspondait souvent avec la mairie pour l'assurer de son soutien, faire un bilan de la situation du dossier au ministère ou prodiguer quelques conseils. Son action en faveur de la ville semble avoir été décisive en 1913 pour le choix du site du camp d'instruction. En 1914, alors qu'il venait d'être mis à la retraite et qu'il résidait à "La Gabelle", la guerre le rappela aux fonctions de gouverneur de Paris où il s'illustra durant les premières semaines de la guerre. Pendant l'exercice de cette fonction, il dut certainement proposer le site de Fréjus pour le logement des troupes coloniales, lors de ses conversations avec les membres du ministère de la Guerre. Le 29 novembre 1915, il devint ministre de la Guerre et put ainsi superviser les travaux de construction des camps destinés à accueillir les unités coloniales qui allaient affluer en métropole l'année suivante. Il mourut le 17 mai 1916 sans avoir eu le temps de voir la réalisation pour laquelle il s'était tant investi. Il fut inhumé à Saint-Raphaël le 2 juin. Pour perpétuer sa mémoire, un des camps de Fréjus fut rebaptisé "Camp Galliéni" et "La Gabelle" devint le "Château Galliéni".
Ces camps étaient dispersés sur trois sites distincts :

Camp Galliéni ex des Evèques
La RN 97 : un peu au nord de l'usine Loëb, la route traversait le quartier des Evêques.
Un camp y fut édifié et accueillit des troupes dès le 1er mars 1916 ; d'une superficie de 16 hectares, il jouxtait le cimetière temporaire où étaient enterrés les soldats décédés de la garnison. En juin 1916, le camp des Evêques fut rebaptisé "camp Galliéni", en hommage au glorieux général décédé peu de temps auparavant et inhumé à Saint-Raphaël. Il fut utilisé par l'armée jusque dans les années 60. Ces terrains sont aujourd'hui occupés par un complexe sportif et par le Mémorial des Guerres d'Indochine.

Camp Destremau
Un troisième lieu de cantonnement sera utilisé sur la RN 97 : le camp des "Darboussières" hébergea des tirailleurs indochinois à partir de juillet 1916. Il resta en service après la guerre sous le nom de camp "colonel Destremau". Il est aujourd'hui un centre de vacances militaires.

A Saint-Raphaël, le quartier du Golf de Valescure fut équipé de trois camps, situés au
nord de la route menant à Agay : les camps de "l'Oratoire de Guérin", de "Valescure Golf", et du "Grand Gondin". Ils furent occupés de mai 1916 à 1920. Il ne reste, de nos jours, aucun vestige de ces trois camps.
Enfin, à l'est de Saint-Raphaël, sept camps s'étendaient des quartiers de l'Esterel-plage
à Boulouris :
Le camp de la "Peguière", se situait près de la route du bord de mer, et fut rebaptisé
"Camp Raymond" en 1918.
Des camps longeaient ensuite la route menant à Boulouris par le plateau Notre-Dame :
les camps "Caudrelier" et "Rondony" se faisant face de part et d'autre de la route ; le camp "Largeau" ; le camp "Bataille" ; le camp "de Boulouris". Le camp "des Plaines" se trouvait quant à lui sur une hauteur un peu au nord des camps "Largeau" et "Caudrelier".
Ces camps furent tous abandonnés en 1920, car la commune ne voulait pas de l'armée.
Elle comptait sur ces terrains, d'une valeur immobilière certaine, pour continuer à développer son tourisme d'hiver destiné à des classes sociales aisées.
A partir de 1917, le Génie chercha d'autres emplacements pour des camps de plus
grande capacité (5 à 6 bataillons). C'est la zone forestière s'étendant le long de la route menantà la petite localité de Bagnols-en-Forêt qui fut choisie, en raison de sa faible urbanisation et de sa proximité avec les quais aménagés pour l'armée le long de la ligne PLM.

Camp Robert ex des Cais
Dès octobre 1917, le camp "des Caïs" accueillait ses premiers bataillons. Cependant il
avait été terminé à la hâte et les soldats eurent à se plaindre de locaux humides et insuffisants.
Ce camp fut rebaptisé camp "Vanwaetermeulen" en septembre 1918. Il resta en service après
la guerre ; en 1965 ce camp était toujours en activité car de nombreux Marsouins, de nos connaissances sont passés par là. Ses terrains constituent l'actuel quartier résidentiel "Colonel Robert". devenu Camp Robert

Camp Lecocq ex La Lègue
En avril 1918, le camp de 'La Lègue" était mis en service, des détachements de divers
bataillons y ayant cependant déjà séjourné durant sa construction. Son occupation a été
continuel jusqu'à nos jours puisque ce camp, rebaptisé "Colonel Lecocq", est le lieu de
garnison du 21e RIMA (Régiment d'Infanterie de Marine).

Camp Dessert à Puget sur Argens
En 1965 il servait d’entrepôt de futs d’essences et de lieu de détention pour les Taulards. Il y avait de nombreuses baraques vides. L’une était renommée, car elle avait abrité le BMC des Sénégalais présents dans ce camp deux ou trois ans auparavant.

L'agencement des camps était relativement similaire, excepté le camp des "Sables" constitué de tentes et l'usine Loëb, les soldats logeant dans les constructions existantes. Les autres camps étaient équipés de grands bâtiments en bois appelés "baraques Adrian". Le logement de l'effectif d'un bataillon de première ligne (1 000 hommes) nécessitait une vingtaine de ces baraques, d'une capacité de 56 hommes chacune.

L'influence de l'armée sur la commune
A partir de 1915, apparut une économie basée sur les distractions des tirailleurs en permission. C'était le cas notamment de la prostitution. La présence de 20 000 à 40 000 hommes éloignés de chez eux correspondait évidemment à une clientèle potentielle énorme. A l'époque, les maisons de tolérance existaient encore, la prostitution clandestine étant interdite.
Des mesures de sauvegarde de l'hygiène publique furent mise en place par l'arrêté municipal du 6 mars 1916. Toute femme se livrant à la prostitution devait en faire la déclaration au commissariat. Une carte avec son signalement lui était alors délivrée. Elle devait subir une visite médicale à son arrivée en ville, chaque samedi matin ainsi qu'à son départ. Ces visites étaient effectuées dans un local de la mairie pour les isolées, ou dans les
maisons de tolérance pour leurs pensionnaires. C'est ainsi que les Fréjussiens croisaient chaque semaine "la calèche", surnom du véhicule utilisé par le médecin et le commissaire de police pour se rendre dans les divers établissements. Ces derniers augmentèrent durant le conflit. Il y en avait un au quartier des Sables ; un rue des Potiers au centre de Fréjus ; un près du cimetière municipal (la villa Bel-Air) ; deux sur la route de Bagnols après l'ouverture des nouveaux camps ; un à Saint-Raphaël au quartier des Iscles. Si les pensionnaires des maisons de tolérance étaient régulièrement suivies au niveau médical, ce n'était pas le cas des "messuguières" (les prostituées clandestines) qui étaient nombreuses en ces temps difficiles, attirées par des gains rapides. Elles s'exposaient cependant aux maladies vénériennes et pouvaient les propager en ne se soignant pas. La lutte contre ces maladies fut une préoccupation constante pour les médecins militaires. Le problème était que la grande majorité des tirailleurs refusait catégoriquement d'utiliser des "moyens de préservation d'un usage répandu chez les civilisés". Une autre solution plutôt simpliste et dangereuse était d'expulser de la ville une femme reconnue malade. Le colonel Calisti, commandant les camps en 1919, s'éleva avec raison contre cette mesure qui ne faisait que déplacer le problème. Ce même colonel eut aussi le projet de réduire le nombre des maisons de tolérance à cause de la baisse des effectifs indigènes. Le commissaire de police émit un avis défavorable car selon lui, le maintient des "maisons closes" était le seul moyen de surveiller médicalement

https://www.cg06.fr/documents/Import/decouvrir-les-am/recherchesregionales145.pdf
avatar
Alain P

Nombre de messages : 7037
Age : 78
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 07/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La COLO

Message  Georges le Lun 27 Fév - 11:28

Merci Alain pour cette page d'histoire .
Il resta en service après
la guerre ; en 1965 ce camp était toujours en activité car de nombreux Marsouins, de nos connaissances sont passés par là
Nous en avons connu quelque uns !
avatar
Georges

Nombre de messages : 6108
Age : 74
Localisation : st Armel 56450
Date d'inscription : 31/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La COLO

Message  Alain P le Mar 18 Juil - 18:29

http://kent.cdha.fr:8080/Record.htm?idlist=1&record=19160455124919886379

sous ce lien vous trouverez cette page qui raconte brièvement le séjour du lieutenant Quadri qui a succédé à Le Gallo en janvier 1966. Il serait intéressant de se procurer la carte en question. Je n'ai pu y parvenir car dans le formulaire il est demandé obligatoirement un destinataire....et là je ne sais qui. Si quelqu'un a une idée..?


avatar
Alain P

Nombre de messages : 7037
Age : 78
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 07/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La COLO

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum