Généalogie

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Généalogie

Message  Michel le Mar 2 Déc - 10:36

Alain P a écrit:Exactement, Bernard:
il y avait 12 mois de 30 jours (il fallait donc des jours complémentaires pour arriver à une année complète. Les mois portaient des noms évocateurs: Vendémiaire, mois de vendanges, brumaire le mois des brumes...



Et je crois même pluvios




Mois d'hiver[modifier | modifier le code]

Productions nationales et instruments ruraux associés aux mois d’hiver (Nivôse, Pluviôse, Ventôse)12 , 13 :


Nivôse
(21 décembre ~ 19 janvier)
1.Tourbe 21 décembre
2.Houille 22 décembre
3.Bitume 23 décembre
4.Soufre 24 décembre
5.Chien 25 décembre
6.Lave 26 décembre
7.Terre végétale 27 décembre
8.Fumier 28 décembre
9.Salpêtre 29 décembre
10.Fléau 30 décembre
11.Granit 31 décembre
12.Argile 1er janvier
13.Ardoise 2 janvier
14.Grès 3 janvier
15.Lapin 4 janvier
16.Silex 5 janvier
17.Marne 6 janvier
18.Pierre à chaux 7 janvier
19.Marbre 8 janvier
20.Van 9 janvier
21.Pierre à plâtre 10 janvier
22.Sel 11 janvier
23.Fer 12 janvier
24.Cuivre 13 janvier
25.Chat 14 janvier
26.Étain 15 janvier
27.Plomb 16 janvier
28.Zinc 17 janvier
29.Mercure 18 janvier
30.Crible 19 janvier

Pluviôse
(20 janvier ~ 18 février)
1.Lauréole 20 janvier
2.Mousse 21 janvier
3.Fragon 22 janvier
4.Perce-neige 23 janvier
5.Taureau 24 janvier
6.Laurier tin 25 janvier
7.Amadouvier 26 janvier
8.Mézéréon 27 janvier
9.Peuplier 28 janvier
10.Coignée 29 janvier
11.Ellébore 30 janvier
12.Brocoli 31 janvier
13.Laurier 1er février
14.Avelinier 2 février
15.Vache 3 février
16.Buis 4 février
17.Lichen 5 février
18.If 6 février
19.Pulmonaire 7 février
20.Serpette 8 février
21.Thlaspi 9 février
22.Thimele 10 février
23.Chiendent 11 février
24.Trainasse 12 février
25.Lièvre 13 février
26.Guède 14 février
27.Noisetier 15 février
28.Cyclamen 16 février
29.Chélidoine 17 février
30.Traîneau 18 février

Ventôse
(19 février ~ 20 mars)
1.Tussilage 19 février
2.Cornouiller 20 février
3.Violier 21 février
4.Troène 22 février
5.Bouc 23 février
6.Asaret 24 février
7.Alaterne 25 février
8.Violette 26 février
9.Marceau 27 février
10.Bêche 28 février
11.Narcisse 1er mars
12.Orme 2 mars
13.Fumeterre 3 mars
14.Vélar 4 mars
15.Chèvre 5 mars
16.Épinard 6 mars
17.Doronic 7 mars
18.Mouron 8 mars
19.Cerfeuil 9 mars
20.Cordeau 10 mars
21.Mandragore 11 mars
22.Persil 12 mars
23.Cochléaria 13 mars
24.Pâquerette 14 mars
25.Thon 15 mars
26.Pissenlit 16 mars
27.Sylvie 17 mars
28.Capillaire 18 mars
29.Frêne 19 mars
30.Plantoir 2
avatar
Michel

Nombre de messages : 4511
Age : 70
Localisation : LANNEMEZAN
Date d'inscription : 04/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Généalogie

Message  Daniel T. le Mar 2 Déc - 12:27

les années étaient décalées.
le 1 Vendémiaire an 1, premier mois du calendrier de l'ère républicaine, correspond au 22 septembre 1792.

lorsque les registres paroissiaux n'existent plus, il reste les contrats de mariage et les testaments.
le contrat de mariage était obligatoire avant de passer devant le curé en général entre 10 ou 15 jours avant, dans quelques cas rares après.
les notaires se déplaçaient pour établir ces actes.
avatar
Daniel T.

Nombre de messages : 1254
Age : 71
Localisation : canton de Rive de Gier(42)
Date d'inscription : 02/08/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Généalogie

Message  Catherine le Mer 3 Déc - 15:39

je vois qu'il y a des spécialistes

mon grand père est né en 1892 a paris , mon arrière grand mère était "fille mère"
et en 1897 elle est allée en marie reconnaître son fils ( sur les registres les mères d'enfants nés de pères inconnus faisaient cette démarche)

savez vous pourquoi ?
avatar
Catherine
Cantinière
Cantinière

Nombre de messages : 515
Age : 53
Localisation : mazayes
Date d'inscription : 24/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Généalogie

Message  J.J.O. le Mer 3 Déc - 17:14

Je crois que la loi a changé il y a relativement peu de temps mais le fait d'accoucher n'étant pas un acte juridique, il fallait que la mère célibataire reconnaisse son enfant devant un officier d'Etat Civil.
Il n'en était pas de même pour un enfant né "dans les liens du mariage" pour qui la déclaration de naissance avait automatiquement valeur de preuve de filiation.

Par ailleurs le mari, même s'il était dans l'impossibilité matérielle d'être le père, était juridiquement le père "comme prouvé par le mariage".

Autres temps, autres mœurs …

_________________
         
avatar
J.J.O.
Membre d'honneur
Membre d'honneur

Nombre de messages : 3784
Age : 71
Localisation : Picardie
Date d'inscription : 05/01/2008

http://home.nordnet.fr/~joudart/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Généalogie

Message  Alain P le Mer 3 Déc - 17:52

J'ai trouvé ces éléments d'explications sur le web.

Sous l'ancien régime, Henri II par un édit de février 1556 qui sera renouvelé plus tard en 1586 et en 1708, obligeait les filles célibataires enceintes à déclarer leur état de grossesse aux autorités. Il visait à prévenir les infanticides et éventuellement à apprendre le nom du père (L'infanticide était puni par la peine de mort).

Une fille ou un fils naturel, c'est un enfant engendrée par sa mère (et en principe par son père ;-), par opposition à adopté. En tous cas à ces époques où la science n'intervenait pas.

Cet enfant naturel et illégitime (hors mariage) est ensuite reconnu par sa mère dans un délai bref ou au long cours (et selon les cas, par le père) il devient fils ou fille naturel reconnu mais toujours illégitime.

Parfois les mères qui devaient aller reconnaître l'enfant après leurs relevailles (la déclaration par la sage-femme ou un tiers ne valant pas reconnaissance), ignoraient cette obligation. La reconnaissance c'est ce qui donnait des droits civils comme le droit d'hériter. Pour les familles très modestes où il n'y avait aucun bien il est donc probable que personne ne rappelait à la mère de procéder à une reconnaissance de l'enfant. Dans la pratique cela n'empêchait pas les enfants de porter en général le nom de leur mère.

La mère se marie, deux cas se présentent l'homme peut laisser la situation de l'enfant en l'état, mais très souvent surtout quand il n'a pas d'enfant d'un premier lit (héritage) il reconnaît cet enfant et par mariage avec la mère la légitime.

Ce faisant, l'enfant entre en possession de tous les droits (héritage) et devoirs d'un enfant né de deux parents mariés à sa naissance. il devient naturel reconnu et légitime. Que le mari ne soit pas le père n'entre pas en ligne de compte à partir du moment où la mère l'accepte comme père et où lui se déclare le père. C'est pourquoi on voit même après le mariage des enfants légitimés par jugement, le mari ayant décidé d'assumer cette paternité et la preuve étant apportée que les enfants à son foyer bénéficient des soins , attention et affection démontrant leur statut d'enfants de ce couple.

Ces dispositions permettaient à des enfants illégitimes et non reconnus par leur père biologique de trouver ainsi une chance d'être réintégrés dans "la norme" Dans l'absolu n'importe quel homme célibataire (anciennement) aurait pu se dire le père d'un enfant dans ce cas y compris contre le gré de la mère, y compris en ne l'étant pas. Cas peu courants qui se retrouvaient au tribunal pour apporter des preuves d'un côté et contester de l'autre. Autre cas particulier, l'enfant né pendant le mariage d'un couple légitime mais dont le mari affirme qu'il n'est pas le père, d'où procès en déni de paternité.

Là, les moyens modernes ADN ont apporté des certitudes quant aux conclusions. Tout enfant né dans un couple marié est réputé être l'enfant de ses père et mère sauf preuve du contraire. En fait le mari endossant une paternité dont il n'était pas l'auteur faisait à peu près la même chose qu'un homme (et sa femme) procédant à l'adoption plénière d'un enfant, avec une différence majeure il n'y a mention d'adoption à aucun moment. L'enfant glissait tout simplement d'illégitime à légitime. Et à ces époques c'était inestimable.

Enfant adultérin " a matre ": Filiation adultérine, la mère de l'enfant était mariée avec un homme qui n'était pas le père lors de la conception. Si c'était le père qui était marié avec une autre femme on dit que c'est une filiation " a patre ".

La loi du 3.12.2001 instaure l'égalité de droits entre tous les enfants y compris adultérins pour les successions ouvertes à partir du 7.12.2001 ou pour celles antérieures où il n'y a pas eu le partage avant cette loi un enfant adultérin n'avait droit qu'à la moitié de la part d'un enfant légitime.
avatar
Alain P

Nombre de messages : 6357
Age : 77
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 07/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Généalogie

Message  Catherine le Mer 3 Déc - 20:07

merci j'ai tout compris !

pour mon grand père et son frère cela s'est terminé avec les enfants assisté mon arrière grand mère est morte jeune
avatar
Catherine
Cantinière
Cantinière

Nombre de messages : 515
Age : 53
Localisation : mazayes
Date d'inscription : 24/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Généalogie

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum