Mon parcours (du combattant) avant In-Amguel.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mon parcours (du combattant) avant In-Amguel.

Message  Jean-Marie le Jeu 5 Jan - 11:25

Avant que cet âne de Zeimher ne me prive de l’usage de la mémoire, je retrace ici mon parcours (du combattant) avant mon arrivée sur le tarmac d’In-Amguel le 18 juillet 1961.

Février 1961 à la BA 121 d’Essey-lès-Nancy pour apprendre à marcher au pas en braillant la marche de la deuxième DB et faire provision des vaccins réglementaires.



Puis, ma petite histoire rejoint la grande histoire en marche.
Jeudi 20 avril je pars pour huit jours en permission pré AFN.
Vendredi 21 avril, un quarteron de généraux félons, André Zeller, Raoul Salan, Maurice Challe et Edmond Jouaud prend le pouvoir à Alger.
Dimanche 23 avril, le général de Gaulle, Président de la République, donne l’ordre à tous les militaires de refuser le coup d’État et de rejoindre leurs corps. Je décide que je n’ai pas écouté la radio.
Lundi 24 avril, une paire de gendarmes (pourquoi ils vont toujours par paire ces gens-là ?) vient toquer à ma porte pour me transmettre l’ordre de rejoindre sans délai la BA 121.
Mardi 25 avril, le gouvernement ordonne la mise à feu de Gerboise verte, la quatrième bombe atomique, à Reggan pour éviter qu’elle ne tombe aux mains des généraux putschistes.
Mercredi 26 avril, les insurgés se retirent à Zeralda à 30 km à l’ouest d’Alger, le général Challe se rend au gouvernement et le putsch échoue.
Vendredi 28 avril, je repars pour une nouvelle permission pré AFN de huit jours.
Dimanche 7 mai, départ en train pour un voyage de 48 heures entre Nancy et Marseille direction le camp de transit de Sainte Marthe.
Mercredi 10 mai, embarquement à bord du Sidi-Ferruch pour une campagne de mer de deux jours à destination d’Alger


Vendredi 12 mai, arrivée à Alger et transit à Hussein-Dey avant le départ pour mon affectation sur la base école de Mouzaïville.
Dimanche 14 mai, trajet en convoi sous la protection des paras qui n’avaient pas l’air de rigoler et paraissaient même inquiets.
14 mai – 12 juillet à Mouzaïaville, la base la plus propre de toute l’Algérie avec 1000 balais pour 300 personnes et suffisamment d’armes (Mas 36, Mat 49 et FM 24-29) pour équiper une petite centaine de guerriers.

Les chambres individuelles pour cent guerriers.
La base.

Entre les cours de formation au dépannage des matériels de transmission, c’était des garde-ferme et des patrouilles en ville.




13 juillet c’est à nouveau Hussein-Dey puis le vol Alger in-Amguel le 18 juillet.

_________________
61/1A, PA 325 au CEMO, mécanicien radio.



C'est parce que la vitesse de la lumière est plus grande que celle du son que tant de gens paraissent brillants avant d'avoir l'air con.
avatar
Jean-Marie
Administrateur

Nombre de messages : 526
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 02/01/2017

Http://jeanmarie.robert.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon parcours (du combattant) avant In-Amguel.

Message  Alain le Jeu 5 Jan - 11:31

et on remarque les superbes "leggins" AA !

_________________
Alain VEIL
In Amguel 63/64
PA 325 Télétype Météo





-Vous voyez là ? Au bout , y a une extrémité.
-Vous n'ignorez pas que le défi métabolise les changements motivationnels dans le bon sens. (JMR)
-Il faut faire en sorte de laisser une trace sur la terre même quand ton ombre aura disparu..
avatar
Alain
Administrateur

Nombre de messages : 12647
Age : 73
Localisation : Fouras Charente Maritime
Date d'inscription : 05/01/2008

http://amis-pic-laperrine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon parcours (du combattant) avant In-Amguel.

Message  Jean-Marie le Jeu 5 Jan - 11:40

Ah les beaux guerriers en effet, et, on ne le voit pas sur la photo, mais les chargeurs de nos Mat 49 étaient pleins.
C'était vachement dangereux pour celui qui marchait devant parce qu'on marchait en ville avec le chargeur déplié donc prêt à tirer.
Il y avait juste la culasse à tirer pour s'auto flinguer mutuellement, ce qui n'était pas très prudent vu l'expertise légendaire des aviateurs en matière d'armes à feu.

_________________
61/1A, PA 325 au CEMO, mécanicien radio.



C'est parce que la vitesse de la lumière est plus grande que celle du son que tant de gens paraissent brillants avant d'avoir l'air con.
avatar
Jean-Marie
Administrateur

Nombre de messages : 526
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 02/01/2017

Http://jeanmarie.robert.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon parcours (du combattant) avant In-Amguel.

Message  Michel le Jeu 5 Jan - 11:44

Alain a écrit:et on remarque les superbes "leggins" AA !


Avec ça on rassemblaient à de vrais guerrier de 14, il ne manquait plus que le FM 14 ou nous avions fait l'instruction.
avatar
Michel

Nombre de messages : 4668
Age : 70
Localisation : LANNEMEZAN
Date d'inscription : 04/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon parcours (du combattant) avant In-Amguel.

Message  Jean-Marie le Jeu 5 Jan - 11:51

Michel a écrit:
Alain a écrit:et on remarque les superbes "leggins" AA !


Avec ça on rassemblaient à de vrais guerrier de 14, il ne manquait plus que le FM 14 ou nous avions fait l'instruction.

C'est tout à fait ça, la première paire de pompes que j'ai reçue lors de mon incorporation avait des semelles cloutées, ça permettait de faire des étincelles en marchant au pas.

_________________
61/1A, PA 325 au CEMO, mécanicien radio.



C'est parce que la vitesse de la lumière est plus grande que celle du son que tant de gens paraissent brillants avant d'avoir l'air con.
avatar
Jean-Marie
Administrateur

Nombre de messages : 526
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 02/01/2017

Http://jeanmarie.robert.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon parcours (du combattant) avant In-Amguel.

Message  Alain le Jeu 5 Jan - 12:03

Tu as eu au début exactement le même parcours que mon frère, à un an près (il est né en mars 40)
Essey les Nancy, Mouzaïaville, ou lui a fait "dépanneur radar", mais il est ensuite parti à Tébessa.
En ce qui concerne les armes chargées... je n'ai pas un très bon souvenir de mon passage dans le nord Algérien, à Blida en transit.
Je l'ai sans doute déjà raconté, mais je n'y suis resté que 6 jours, et c'est bien suffisant.
Bien que l'indépendance soit déjà effective (c'était en juillet 63), chaque nuit, on entendait tirailler dans tous les sens... Les sentinelles avaient peur de tout, et avaient ordre de tirer sur tout ce qui bougeait...
Pour nous, les "corvées" ont été de déménager des appartements dans des immeubles type HLM, soi disant pour expédier leurs meubles aux familles rapatriées parties en abandonnant tout ... Nous jetions les meubles du 4ème étage dans les bennes de camions garés sous les fenêtres...
Je n'ai pas aimé... pourtant, que les paysages étaient beaux, pour le gamin que j'étais et qui n'avait pratiquement jamais quitté sa campagne jurassienne ...
Quel bonheur de prendre le 2 ponts (de Boufarik... pas encoure Bou-Sfer) pour  aller à In-Amguel, même si notre voyage (nous n'étions que 2 passagers), s'est effectué au milieu des cageots de salades et autres légumes ....


Dernière édition par Alain le Jeu 5 Jan - 13:43, édité 1 fois

_________________
Alain VEIL
In Amguel 63/64
PA 325 Télétype Météo





-Vous voyez là ? Au bout , y a une extrémité.
-Vous n'ignorez pas que le défi métabolise les changements motivationnels dans le bon sens. (JMR)
-Il faut faire en sorte de laisser une trace sur la terre même quand ton ombre aura disparu..
avatar
Alain
Administrateur

Nombre de messages : 12647
Age : 73
Localisation : Fouras Charente Maritime
Date d'inscription : 05/01/2008

http://amis-pic-laperrine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon parcours (du combattant) avant In-Amguel.

Message  Jean-Marie le Jeu 5 Jan - 12:23

Je te mets des photos de ce qu'a vu ton frangin lorsqu'il était à Mouzaïaville :

La mechta qui longeait la base, vue depuis un mirador :


Vue depuis le Halftrack pour aller garder des fermes au milieu des vignes :


Les montagnes de l'Atlas derrière la base, vers les gorges de la Chiffa. Il y avait souvent des accrochages avec les fellouzes et j'ai même assisté à un bombardement au napalm de cette colline par des T6 venus de la BA 140 à Blida et qui attaquaient en piqué.
J'étais de faction dans un mirador et je n'avais pas mon Focasport 2 avec moi.
Pour l'Armée française il s'agissait de simples lâchers de bidons sur l'ennemi.
C'était en juin 1961.
Tout le flanc de la montagne était en feu et on voyait les tirs des rebelles en direction des avions, tirs qui ont duré jusqu'à ce qu'ils soient tous rôtis dans leurs cachettes.
Puis les paras sont venus ratisser la montagne.
C'est la seule opération de guerre à laquelle j'ai jamais assisté.


_________________
61/1A, PA 325 au CEMO, mécanicien radio.



C'est parce que la vitesse de la lumière est plus grande que celle du son que tant de gens paraissent brillants avant d'avoir l'air con.
avatar
Jean-Marie
Administrateur

Nombre de messages : 526
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 02/01/2017

Http://jeanmarie.robert.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon parcours (du combattant) avant In-Amguel.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum