Les Grandes Oreilles de la CIA suivaient nos essais.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Grandes Oreilles de la CIA suivaient nos essais.

Message  Jean-Marie le Mar 2 Mai - 18:57

Je poste la documentation US disponible depuis que les rapports secrets de la CIA ont été déclassifiés.
Dans une première phase je poste en VO les documents afférents aux tests dont nous avons été témoins.
Par la suite je posterai une version française, c'est fastoche (pour moi) mais long, donc il y aura du délai.

U.S. Intelligence and the French Nuclear Weapons Program

General view (photograph taken in 1962) of the area contaminated by the Béryl test at Taourirt Tan Afella. (Photo courtesy of the IAEA. Radiological Conditions at the Former French Nuclear Test Sites in Algeria: Preliminary Assessment and Recommendations).


Declassified files expose lies of French nuclear tests. Latest update : 2014-02-15


The radioactive spread from French nuclear tests in Algeria in the 1960s was much larger that the French army admitted at the time, stretching across all of West Africa and up to southern Europe, according to recently declassified documents.

The documents were released in 2013 following appeals from military veterans who say their current ill health is linked to exposure to dangerous levels of radiation.

One map shows that 13 days after France detonated its first nuclear device - "Gerboise Bleue" (Blue Jerboa) - in February 1960, radioactive particles ranged from the Central African Republic to Sicily and southern Spain.

Gerboise Bleue, more than three times as powerful as the bomb dropped on Nagasaki in 1945, exploded in the sky above the Sahara Desert in southern Algeria. The test took place at the height of the former French colony’s independence struggle.

At the time, the French military authorities said the fallout from the explosion was limited to the desert and that radiation levels were “generally low”.

But associations representing military veterans of France’s nuclear tests in the 1960s and 1970s are demanding that the government admits it knew that the fallout from Saharan tests was dangerous.

“In the 1960s the norms governing acceptable levels of radiation were much less strict than they are now,” said Bruno Barillot, an expert in nuclear tests who is representing veterans’ groups.

“And the medical evidence we have now shows clearly that exposure to this radiation can set off serious illnesses more than three decades later,” he told French daily Le Parisien.

Government 'selective' in documents release

Barillot added that the declassified documents showed that the army at the time was aware that even the 1960s safety levels were largely surpassed and that significant quantities of airborne radioactive particles, particularly iodine 131 and caesium 137, could have been inhaled by large numbers of people in north Africa.

But he also complained that the government had been extremely selective in terms of what documents to release.

Proof that France ignored or tried to hide the health effects of its nuclear testing could be extremely problematic for the French government.

There are already a number of civil cases lodged by Algerians against the French state.

And if it can be demonstrated that the fallout of the bomb tests spread dangerous levels radiation over large parts of North Africa, many more demands for compensation from individuals and from national governments could be in the pipeline.

Washington, DC, March 21, 2006 - The U.S. Intelligence Community devoted significant effort to the collection and analysis of intelligence concerning the French nuclear weapons program beginning in the early days of the Cold War through the mid-1970s, according to documents obtained through the Freedom of Information Act and archival research and posted on the Web today by the National Security Archive at George Washington University.

Today's posting includes more than 30 documents -- many originally classified Top Secret -- produced by interagency groups, the Manhattan Engineer District's Foreign Intelligence Section, the CIA, the State Department, the U.S. Pacific Command, and the Strategic Air Command.

The records were obtained by Archive Senior Fellow Jeffrey T. Richelson while conducting research for his recently published book, Spying on the Bomb: American Nuclear Intelligence from Nazi Germany to Iran and North Korea (W.W. Norton), and by Archive senior analyst William Burr.

The documents show that French nuclear activities were of sufficient concern to prompt the Manhattan Engineer District's intelligence section to produce a series of reports in 1946 -- based on a variety of sources on French nuclear research and development activities -- on the possibility that French scientists were willing to sell nuclear know-how to the right bidder and described the French search for uranium deposits. Documents from the early 1950s show U.S. intelligence interest in personnel changes in the French atomic energy organization.

The documents also indicate that new technological improvements in U.S. nuclear intelligence gathering were used to closely monitor the French program. The collection effort included the use of overhead reconnaissance systems (including satellites and U-2 aircraft), drones, communications intercepts systems, aircraft to gather debris and signatures from French nuclear tests, and specially-equipped ships stationed near the French Pacific test site.

Intelligence analysts used the results of these collection efforts to produce the classified periodicals, reports by the Office of Scientific Intelligence, and national and special national intelligence estimates included in the electronic briefing book.

U.S. Intelligence and the French Nuclear Weapons Program
National Security Archive Electronic Briefing Book No. 184
Edited by Jeffrey Richelson
During World War II, as the United States and Britain were working to develop an atomic bomb, their intelligence services tried to determine what progress Germany had made in developing the ultimate weapon. With the collapse of the Third Reich, U.S. intelligence turned part of its attention to Soviet nuclear activities. But while the Soviet Union was the nation whose nuclear activities most concerned U.S. intelligence organizations in the decades after 1945, there were other nations whose nuclear progress was also monitored by the United States starting in the 1940s. One of those nations was France.

Initial French interest in developing nuclear weapons goes back to 1939, when Frédéric Joliot-Curie and other French scientists met with the French managing director of Union Miniere, the company that controlled the uranium in the Congo. (Note 1) After Allied forces landed at Normandy in June 1944, a U.S.-British unit, designated ALSOS, followed the invading troops, collecting scientists, documents, and equipment pertaining to the German nuclear program. But the United States also wanted to prevent France from acquiring nuclear expertise and equipment and was eager to gain control of personnel and hardware related to the German program both for intelligence exploitation and to keep the information from falling into French hands. In April 1945, ALSOS conducted Operation HARBORAGE - seizing key German scientists (including Werner Heisenberg) and an experimental reactor in an area of Germany that was soon to come under the control of French forces. (Note 2)

United States efforts to monitor French nuclear activities are revealed in declassified reports produced by the Manhattan Engineer District's foreign intelligence section in 1946. Six reports (Documents 1-6), based on a variety of sources, provided overviews of French nuclear research and development capabilities, passed on a rumor that French scientists were willing to sell nuclear know-how to the right bidder, summarized the key elements of a speech by Joliot-Curie, France's most prominent nuclear scientist, and described the French search for uranium deposits.

In the early 1950s, other elements of the U.S. Intelligence Community - including the State Department's intelligence unit and Army intelligence - provided information on personnel involved in the French nuclear program (Document 7, Document 8 ). At the time, and into the mid-1950s, there had been no French decision to pursue development of a nuclear weapon. But after the 1957 defeat of the government of Guy Mollet, which had promised that it would not seek to develop nuclear weapons, that would change. As an article in the CIA's Central Intelligence Bulletin (Document 9) noted in May 1957, pressures appeared to be mounting in France to develop a nuclear weapon.


It would not be long before France had established an organization to develop a nuclear weapon and began its search for a test site. U.S. intelligence would report in the late 1950s on French progress toward detonating an atomic device - which involved reporting on personnel, reactors, enrichment facilities, the test site in the Sahara, and movements of personnel and equipment. Following the initial test in February 1960, the U.S. Intelligence Community would add estimating the timing of future tests, monitoring the results of those tests, and the research, development and production of delivery systems, to its tasks. When France was forced by Algerian independence to find a new test site, it became necessary to also monitor the construction effort and prepare to monitor tests at the new site in the Pacific.

The collection and analysis effort involved a variety of U.S. intelligence organizations. Data was collected from human sources by the CIA, while the National Security Agency intercepted relevant communications (Document 28). The CIA and National Reconnaissance Office (after its creation in September 1961) used aircraft such as the U-2 (Document 18, Document 24) and satellites to obtain overhead imagery of reactors, enrichment facilities, and test sites.

In addition, the specific signatures generated by French nuclear detonations - including seismic signals and, until France terminated atmospheric testing in 1974, the electromagnetic pulses, x-rays, infrared radiation and debris generated from atmospheric explosions - were also collected. Air Force Technical Applications Center ground stations, AFTAC/Air Force satellites (including the VELA and Defense Support Program satellites), debris-collecting U-2 aircraft operated by the Strategic Air Command, and U.S. Navy ships also contributed to the collection effort. In the early 1960s, AFTAC sought to establish ground stations closer to Algeria to facilitate test monitoring (Document 14, Document 15).

The data generated by U.S. collection efforts allowed CIA and other Intelligence Community analysts to produce current intelligence reports (for example, Document 13) as well as more in-depth studies and estimates of the French nuclear weapons program starting in the late 1950s - such as The French Nuclear Weapons Program of July 1963 (Document 19) and August 1965's The French Pacific Nuclear Test Center (Document 25).

The documents included in this briefing book were obtained from the U.S. National Archives and through Freedom of Information Act requests (some filed by National Security Archive senior analyst William Burr) as part of the research conducted by Archive Senior Fellow Jeffrey T. Richelson for his book, Spying on the Bomb: American Nuclear Intelligence from Nazi Germany to Iran and North Korea. (Note 3) They provide information on both the collection and analysis of data concerning the French nuclear program and illustrate the extensive efforts that the United States made, particularly in the 1960s and early 1970s, to collect and analyze data about French nuclear weapons activities.

À suivre plus tard dans la soirée les copies en VO des documents déclassifiés de la CIA numéro 13,  14, 15, 16 et 17.


Dernière édition par Jean-Marie le Mar 2 Mai - 20:43, édité 2 fois

_________________
61/1A, PA 325 au CEMO, mécanicien radio.



C'est parce que la vitesse de la lumière est plus grande que celle du son que tant de gens paraissent brillants avant d'avoir l'air con.
avatar
Jean-Marie
Administrateur

Nombre de messages : 526
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 02/01/2017

Http://jeanmarie.robert.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Grandes Oreilles de la CIA suivaient nos essais.

Message  Alain le Mar 2 Mai - 19:26

essayez cet outil.... tout le texte d'un coup !
https://translate.google.fr/m/translate?hl=fr

_________________
Alain VEIL
In Amguel 63/64
PA 325 Télétype Météo





-Vous voyez là ? Au bout , y a une extrémité.
-Vous n'ignorez pas que le défi métabolise les changements motivationnels dans le bon sens. (JMR)
-Il faut faire en sorte de laisser une trace sur la terre même quand ton ombre aura disparu..
avatar
Alain
Administrateur

Nombre de messages : 12646
Age : 73
Localisation : Fouras Charente Maritime
Date d'inscription : 05/01/2008

http://amis-pic-laperrine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Grandes Oreilles de la CIA suivaient nos essais.

Message  Jean-Marie le Mar 2 Mai - 20:47

Pas mal du tout cette traduction automatique, (je n'avais jamais essayé ce truc), il y a quelques erreurs et des contresens, mais dans l’ensemble ça joue bien son rôle pour dégrossir la traduction.
Il ne me restera donc plus qu'à corriger la traduction automatique ce qui va me gagner beaucoup de temps.

_________________
61/1A, PA 325 au CEMO, mécanicien radio.



C'est parce que la vitesse de la lumière est plus grande que celle du son que tant de gens paraissent brillants avant d'avoir l'air con.
avatar
Jean-Marie
Administrateur

Nombre de messages : 526
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 02/01/2017

Http://jeanmarie.robert.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Grandes Oreilles de la CIA suivaient nos essais.

Message  Jean-Marie le Mar 2 Mai - 21:03

Et maintenant les documents de la CIA :
Document 13: Office of Current Intelligence, Central Intelligence Agency. "French Nuclear Test Plans," Current Intelligence Weekly Summary, February 25, 1960. Secret
Source: Freedom of Information Act Request

Published less than two weeks after France's first test on February 13, this article reports on the expectations concerning the specifics of the three devices that would make up the remainder of the initial test series, the role of the tests in development of an actual weapon, the impact of international protests on French plans to test underground, and France's disarmament plan.


Document 14: Richard St. F. Post to Mr. Witman, Subject: Coverage of French Underground Tests, August 4, 1961. Secret
Source: NARA, RG 59, Records of Special Assistant to Secretary for Atomic Energy and Outer Space, Subject and Country Files, 1950-1962, Box 5, Folder 1961-France-Testing

This memo reports on a meeting held in the office of the State Department's Special Assistant for Atomic Energy and Outer Space, following up on late July inquiry from the head of the Air Force Technical Applications Center. The subject under discussion was whether it would be possible to place three Atomic Energy Detection System (AEDS) stations in areas close to Algeria, in order to cover French nuclear tests expected to take place from October 1961 through March 1962. The participants discussed the feasibility of locating stations in Mali, Niger, and Libya.


Document 15: Howard Furnas to General Rodenhauser, August 15, 1961. Secret
Source: NARA, RG 59, Records of Special Assistant to Secretary for Atomic Energy and Outer Space, Subject and Country Files, 1950-1962, Box 5, Folder 1961-France-Testing

This letter from State Department official Howard Furnas to the head of AFTAC, General Rodenhauser, reports on the conclusions reached as a result of considering the feasibility of placing AEDS stations close to Algeria. It explains why Mail and Niger are not feasible alternatives, and why Libya is a possibility. It goes on to note that the State Department was in the process of evaluating the foreign policy implications of the proposal.


Document 16: Office of Current Intelligence, Central Intelligence Agency. "France May Reassess Nuclear Force," Current Intelligence Weekly Summary, April 12, 1963. Secret
Source: Freedom of Information Act Request According to this article, technical difficulties and rising costs might be forcing France to take a harder look at its program to develop an independent nuclear deterrent. While France remained committed to having its own force, the article reported that there were indications that, in order to obtain technological assistance, it might be looking for ways to reduce its differences with the Western Alliance.


Document 17: Office of Current Intelligence, Central Intelligence Agency. The French Nuclear Strike Force Program, May 31, 1963. Secret
Source: Freedom of Information Act Request

Several aspects of France's nuclear strike program are examined in this report - the program's goals, the Mirage IV aircraft (at the time France's only means of delivery nuclear warheads), the program to develop a ballistic missile-launching submarine, warhead development, and the competition for resources.


_________________
61/1A, PA 325 au CEMO, mécanicien radio.



C'est parce que la vitesse de la lumière est plus grande que celle du son que tant de gens paraissent brillants avant d'avoir l'air con.
avatar
Jean-Marie
Administrateur

Nombre de messages : 526
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 02/01/2017

Http://jeanmarie.robert.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Grandes Oreilles de la CIA suivaient nos essais.

Message  Jean-Marie le Mar 2 Mai - 22:43

La version française de la première partie, à partir de la moulinette Google c'est beaucoup plus rapide. Very Happy

On a ici la compilation de deux documents qui se recoupent partiellement.
Les services de renseignements US et le programme français d'armes nucléaires.


Vue générale (photographie prise en 1962) de la zone contaminée par le test de Béryl à Taourirt Tan Afella. (Photo avec la permission de l'AIEA. Conditions radiologiques dans les anciens sites français de tests nucléaires en Algérie: évaluation préliminaire et recommandations).


Les fichiers déclassifiés éclairent les dissimulations entourant les essais nucléaires français. Dernière mise à jour: 2014-02-15
Selon des documents récemment déclassifiés, les retombées radioactives émanant des essais nucléaires français en Algérie dans les années 1960 concernaient une zone beaucoup plus large que celle que l'armée française avait reconnue à l'époque, elle s'étendait en réalité sur toute l'Afrique de l'Ouest et vers le sud de l'Europe.

Les documents ont été publiés en 2013 suite aux appels des vétérans des essais nucléaires qui clament que leurs problèmes de santé sont liés à leur exposition à des niveaux de rayonnement dangereux.

Une carte montre que 13 jours après le premier tir nucléaire aérien « Gerboise Bleue »  en février 1960, les particules radioactives allaient de la République centrafricaine à la Sicile et au sud de l'Espagne.

Gerboise Bleue, plus de trois fois plus puissante que la bombe tombée sur Nagasaki en 1945 a explosé dans le ciel au-dessus du désert du Sahara dans le sud de l'Algérie. Le test a eu lieu au plus fort de la lutte pour l'indépendance de l'ancienne colonie française.

À l'époque, les autorités militaires françaises ont déclaré que les retombées de l'explosion étaient limitées au désert et que les niveaux de rayonnement étaient « généralement faibles ».

Mais les associations représentant les vétérans des essais nucléaires français dans les années 1960 et 1970 exigent que le gouvernement admette qu'il savait que les retombées des tests sahariens étaient dangereuses.

« Dans les années 1960, les normes régissant les niveaux de rayonnement acceptables étaient beaucoup moins strictes qu'elles ne le sont actuellement », a déclaré Bruno Barillot, expert en tests nucléaires qui représente des groupes de vétérans des essais nucléaires.

"Et les preuves médicales que nous avons maintenant montrent clairement que l'exposition à ce rayonnement peut déclencher des maladies graves plus de trois décennies plus tard", a déclaré le quotidien français Le Parisien.

Gouvernement «sélectif» dans la publication de documents.

Barillot a ajouté que les documents déclassifiés ont montré, qu’à l'époque, l’armée savait que même les niveaux de sécurité des années 1960 étaient largement dépassés et que des quantités importantes de particules radioactives aériennes, en particulier l'iode 131 et le césium 137, auraient pu être inhalées par un grand nombre de personnes Afrique du Nord.

Mais il s'est également plaint que le gouvernement avait été extrêmement sélectif en ce qui concerne les documents à publier.

La preuve que la France a ignoré ou essayé de cacher les effets sur la santé de ses essais nucléaires pourrait être extrêmement problématique pour le gouvernement français.

Il existe déjà un certain nombre de cas civils déposés par des Algériens contre l'État français.

Et si l'on peut démontrer que les retombées radioactives ont concerné de nombreuses régions d'Afrique du Nord, beaucoup d'autres demandes d'indemnisation des individus et des gouvernements nationaux pourraient être en préparation.

Washington, DC, le 21 mars 2006 -
La communauté de renseignement des États-Unis a consacré d'importants efforts à la collecte et à l'analyse des renseignements concernant le programme d'armes nucléaires français à partir des premiers jours de la guerre froide et jusqu’au milieu des années 1970, selon les documents obtenus grâce à la "Freedom of Information Act"  et qui sont aujourd’hui publiés sur le Web par les archives de la sécurité nationale à l'Université George Washington.

À ce jour les publications concernent plus de 30 documents – la plupart ayant été classés Top Secret à l’origine - produits par le service de renseignement du district d'ingénieurs de Manhattan, la CIA, le Département d'État, le US Pacific Command et le Commandement aérien stratégique.

Les documents ont été obtenus par Jeffrey T. Richelson, chercheur senior des archives, en menant des recherches pour son livre récemment publié : "Spying on the Bomb" : Le renseignement nucléaire américain de l'Allemagne nazie vers l'Iran et la Corée du Nord (W.W. Norton) et par l'analyste senior de William Burr.

Les documents montrent que les activités nucléaires françaises étaient suffisamment préoccupantes pour inciter la section du renseignement de Manhattan Engineer District à produire une série de rapports en 1946 - sur la base de diverses sources sur les activités françaises de recherche et de développement nucléaires - concernant la possibilité que les scientifiques français pouvaient être disposés à vendre leur savoir-faire nucléaire à tout bon acheteur et ont décrit la recherche française de mines d'uranium. Les documents du début des années 1950 montrent l'intérêt du renseignement américain pour les changements de personnel du commissariat à l’énergie atomique (créé par De Gaulle en décembre 1945, ndt).

Les documents indiquent également que de nouvelles améliorations technologiques des outils d’acquisition du renseignement nucléaire américain ont été utilisées pour suivre de près le programme français. L'effort de collecte comprenait l'utilisation de systèmes de reconnaissance aérienne (y compris les satellites et les avions U-2), les drones, les systèmes d'interceptions de communications, les avions pour recueillir des débris et les signatures des essais nucléaires français et des navires spécialement équipés stationnés près du site de test du Pacifique français.

Les analystes du renseignement utilisaient les résultats de ces efforts de collecte de données pour produire les informations classifiées, les rapports du Bureau de l'Intelligence Scientifique et les estimations nationales et spéciales du renseignement national incluses dans le cahier d'information électronique.

Document d'information électronique sur la sécurité nationale no 184.
Édité par Jeffrey Richelson
Pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que les États-Unis et la Grande-Bretagne travaillaient à développer une bombe atomique, leurs services de renseignement essayaient de déterminer les progrès réalisés par l'Allemagne dans le développement de l'arme ultime. Avec l'effondrement du Troisième Reich, le renseignement américain a orienté son attention vers les activités nucléaires soviétiques. Mais alors que l'Union soviétique était la nation dont les activités nucléaires concernaient le plus les organisations de renseignement des États-Unis au cours des décennies après 1945, il y avait d'autres nations dont les progrès dans le domaine du nucléaire était également surveillés par les États-Unis à partir des années 1940.
L'un de ces pays était la France.

L'intérêt initial des Français pour le développement des armes nucléaires remonte à 1939, lorsque Frédéric Joliot-Curie et d'autres scientifiques français ont rencontré le directeur général français de Union Minière, la société qui contrôlait l'uranium au Congo. (Note 1) Après que les forces alliées aient débarqué en Normandie en juin 1944, une unité américaine et britannique, désignée ALSOS, a suivi les troupes alliées en exfiltrant des scientifiques, et en récupérant des documents et des équipements appartenant au programme nucléaire allemand.
Mais les États-Unis voulaient également empêcher la France d'acquérir de l'expertise et de l'équipement nucléaire et étaient désireux de prendre le contrôle du personnel et du matériel liés au programme allemand tant pour l'exploitation du renseignement que pour empêcher l'information de tomber aux mains des Français.
En avril 1945, ALSOS a mené l'opération HARBOURAGE - exfiltrant les principaux scientifiques allemands (y compris Werner Heisenberg) et récupérant un réacteur expérimental dans une région de l'Allemagne avant qu’il ne tombe sous le contrôle des forces françaises. (Note 2)

Les efforts déployés par les États-Unis pour surveiller les activités nucléaires françaises sont révélés dans les rapports déclassifiés produits par la section du renseignement étranger du service de renseignement du district d'ingénieurs de Manhattan en 1946.
Six rapports (Documents 1 à 6), basés sur diverses sources, ont fourni des aperçus des capacités françaises de recherche et de développement nucléaires, et rappelant une rumeur selon laquelle les scientifiques français voulaient vendre le savoir-faire nucléaire au plus offrant, résume les éléments clés d'un discours de Joliot-Curie, le scientifique nucléaire le plus en vue de la France, et décrit la recherche française de mines d'uranium.

Au début des années 1950, d'autres éléments de la communauté du renseignement des États-Unis - y compris l'unité de renseignement du Département d'État et les services de renseignements de l'armée - fournissaient des informations sur le personnel impliqué dans le programme nucléaire français (Document 7, Document 8 ).
À l'époque, et jusqu'au au milieu des années 1950, il n'y avait pas eu de décision française de poursuivre le développement d'une arme nucléaire. Mais après la défaite de 1951 du gouvernement de Guy Mollet, qui avait promis qu'il ne chercherait pas à développer des armes nucléaires, cela pouvait changer. Selon un article du Bulletin central du renseignement de la CIA (Document 9) noté en mai 1957, les pressions semblaient s'accroître en France pour développer une arme nucléaire.

Il ne faudrait pas attendre longtemps avant que la France n’ait créé une organisation pour le développement de l’arme nucléaire et ait commencé sa recherche d'un site de test. Le renseignement américain notait à la fin des années cinquante les progrès réalisés par les Français pour la mise au point d’un système de mise à feu d’une bombe nucléaire - et impliquait des rapports sur le personnel, les réacteurs, les installations d'enrichissement, le site d'essai au Sahara et les mouvements de personnel et d'équipement.
À la suite du test initial de février 1960, la Communauté des services de renseignements américains a dû élaborer l’estimation du calendrier des essais et mettre en place la surveillance des résultats de ces tests, la recherche, le développement et la production des systèmes de livraison. Lorsqu’après l'indépendance algérienne la France a été contrainte de trouver un nouveau site de test, il a fallu surveiller l'effort de construction et se préparer à surveiller les tests sur le nouveau site du Pacifique.

L'effort de collecte et d'analyse impliquait une variété d'organisations de renseignement américains. Les données ont été collectées par des sources humaines par la CIA, tandis que l'Agence nationale de sécurité a intercepté les communications pertinentes (document 28). La CIA et le National Reconnaissance Office (après sa création en septembre 1961) ont utilisé des appareils tels que l'U-2 (Document 18, Document 24) et les satellites pour obtenir des images aériennes des réacteurs, des installations d'enrichissement et des sites de test.

En outre, les signatures spécifiques générées par les essais nucléaires français - y compris les signaux sismiques - et jusqu'à ce que la France ait mis fin aux essais atmosphériques en 1974, les impulsions électromagnétiques, les rayons X, les rayonnements infrarouges et les débris générés par les explosions atmosphériques - ont également été collectées.
Stations au sol du Centre d'applications techniques de l'Armée de l'Air, AFTAC / Air For Les satellites (y compris les satellites du programme de soutien de la VELA et de la défense), les avions U-2 collectant des débris exploités par le Commandement aérien stratégique et les navires de la marine américaine ont également contribué à l'effort de collecte.
Au début des années 1960, l'AFTAC a cherché à établir des stations au sol plus proches de l'Algérie pour faciliter la surveillance des essais (Document 14, Document 15).

Les données générées par les efforts de collecte des États-Unis ont permis à la CIA et à d'autres analystes de la communauté du renseignement de produire des rapports de renseignement actualisés (par exemple, le Document 13) ainsi que des études et des estimations plus approfondies du programme d'armes nucléaires français à partir de la fin des années 1950, le Programme français d'armes nucléaires de juillet 1963 (Document 19) et le Centre français d'essais nucléaires du Pacifique (Document 25) d'août 1965.

Les documents inclus dans ce document d'information ont été obtenus auprès des Archives nationales des États-Unis et des demandes de la Loi sur la liberté d'information (certaines déposées par l'analyste principal William Burr de l'Archive de la sécurité nationale) dans le cadre de la recherche menée par Jeffrey T. Richelson, membre adjoint des archives pour son livre , Spying on the Bomb: Intelligence nucléaire américaine de l'Allemagne nazie à l'Iran et à la Corée du Nord. (Note 3) Ils fournissent des informations sur la collecte et l'analyse des données concernant le programme nucléaire français et illustrent les efforts considérables entrepris par les États-Unis, en particulier dans les années 1960 et début des années 1970, pour recueillir et analyser des données sur les activités d'armes nucléaires françaises.


Dernière édition par Jean-Marie le Mer 3 Mai - 14:34, édité 3 fois

_________________
61/1A, PA 325 au CEMO, mécanicien radio.



C'est parce que la vitesse de la lumière est plus grande que celle du son que tant de gens paraissent brillants avant d'avoir l'air con.
avatar
Jean-Marie
Administrateur

Nombre de messages : 526
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 02/01/2017

Http://jeanmarie.robert.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Grandes Oreilles de la CIA suivaient nos essais.

Message  Michel le Mer 3 Mai - 9:25

Hou-là une vraie mine, pas d'uranium mais de renseignement que l'on se doutait mais sans plus de d'information
avatar
Michel

Nombre de messages : 4666
Age : 70
Localisation : LANNEMEZAN
Date d'inscription : 04/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Grandes Oreilles de la CIA suivaient nos essais.

Message  Jean-Marie le Mer 3 Mai - 14:32

Version française du document 13 émanant de l’OCI.
L’Office of Current Intelligence, était un service chargé de la publication des notes d’analyses de la CIA qui a fonctionné de 1953 à 1975.
Ce document 13 - Plans des tests nucléaires français -  est un résumé des données collectées par les services de renseignements en date du 25 février 1960 et il était classifié « Secret ».
Source de la publication : Demande de la Loi sur la liberté d'information

Publié moins de deux semaines après le premier test nucléaire français (Gerboise Bleue) du 13 février 1960, cet article fait le point sur les spécificités des trois dispositifs qui seraient mis en œuvre pour la première série de tests, le rôle des tests dans le développement et la mise au point d'une arme nucléaire, l'impact des manifestations internationales en réaction à ces essais sur la décision française de procéder à des essais souterrains et le plan de désarmement de la France.

RAPPORT HEBDOMADAIRE DE L’OCI du 25 février 1960
Plan des tests nucléaires français

Cette série initiale de tests nucléaires français doit comporter trois nouvelles explosions avec des dispositifs plus petits et plus légers que celui qui avait été utilisé pour le premier test du 13 février. Le prochain tir est planifié avant mai et si possible avant un mois.
(SUIVENT DEUX LIGNES EFFACÉES, CAR NON DÉCLASSIFIÉES)
Les troisièmes et quatrièmes tirs sont prévus pour l’automne 1960 et l’un de ces tirs pourrait être un essai souterrain, bien qu’aucun site n’ait été sélectionné.
La mise en place de tests d’un dispositif plus petit et plus léger est une étape vers le développement d’une bombe nucléaire, ce qui n’est pas attendu avant un an.
La chaleur extrême de l’été saharien va ralentir la préparation des tirs et explique probablement le délai relativement long entre le deuxième et le troisième essai.
Paris peut avoir été encouragé à passer plus rapidement à un programme d’essais souterrains en réaction à l’étendue des condamnations internationales après le premier test nucléaire, particulièrement à la lumière de la sensibilité prêtée à De Gaulle à l’opinion mondiale sur cette question (des essais nucléaires).
Bien que les tests souterrains requièrent des efforts de préparation considérables, on s’attend à ce que la France augmente ses efforts pour obtenir l’assistance des Américains, spécifiquement des informations sur l’utilisation des équipements de mesure.

Il y a des indications montrant que, du fait de sa capacité récemment acquise de produire des armes nucléaires, la France va proposer l’avancée du plan de désarmement nucléaire qui a été déposé devant le comité des Nations Unies à l’automne dernier en se désolidarisant de la position unifiée des nations occidentales.
Le plan français met l’accent sur l’élimination des armes nucléaires, qu’elle ne possède pas, plutôt que sur l’arrêt de la production de matière fissible comme il est actuellement proposé dans la position commune des autres nations occidentales.

(LE RESTE DU DOCUMENT 13 EST EFFACÉ CAR NON DÉCLASSIFIÉ)

_________________
61/1A, PA 325 au CEMO, mécanicien radio.



C'est parce que la vitesse de la lumière est plus grande que celle du son que tant de gens paraissent brillants avant d'avoir l'air con.
avatar
Jean-Marie
Administrateur

Nombre de messages : 526
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 02/01/2017

Http://jeanmarie.robert.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Grandes Oreilles de la CIA suivaient nos essais.

Message  Gérard le Mer 3 Mai - 18:10



Ben , OUI , les grandes zoreilles US surveillaient bien le beau Pacifique .

Ils avaient installé une station de surveillance clandestine sur l ' Ile de Pâques ( entre Moruroa et le Chili ).
Le personnel provenait de leur base au Panama , et voyageait en civil pour ne pas se faire repérer .

Des yankees victimes des bombes françaises ?  Ils auront du mal à se faire reconnaitre .


avatar
Gérard
Administrateur

Nombre de messages : 2964
Age : 75
Localisation : Corrèze
Date d'inscription : 21/01/2011

http://hoggar-cemo.blogspot.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Grandes Oreilles de la CIA suivaient nos essais.

Message  Jean-Marie le Mer 3 Mai - 18:51

L'avantage de la pluie c'est qu'on reste à la maison et que, ne pouvant pas mettre le nez dehors, ça donne du temps pour continuer à traduire les documents déclassifiés de la CIA. pluie
J'ai donc mis à profit mon temps de cerveau devenu disponible pour faire la traduction du document 14 où on se rapproche de nos essais souterrains.

Document 14 : auteur Richard St. F. Copie à M. Witman,
Objet : Couverture des essais souterrains français, 4 août 1961. Classifié secret.
Source: NARA, RG 59, Enregistrements de l'assistant spécial du secrétaire à l'énergie atomique et à l'espace, dossier de pays et objet, 1950-1962, box 5, dossier 1961-France-Testing

Cette note de service fait état d'une réunion tenue au bureau de l'Assistant spécial du Département d'État pour l'Énergie atomique et l'espace, suite à l'enquête de fin juillet du chef du Centre d'applications techniques de l'Armée de l'Air.
L’objet de la discussion était de savoir s'il serait possible de placer trois stations du système de détection d'énergie atomique (AEDS) dans des zones proches de l'Algérie, afin de couvrir les essais nucléaires français prévus d'octobre 1961 à mars 1962. Les participants ont discuté de la faisabilité d’implanter des stations de surveillance au Mali, au Niger et en Libye.

Rapport de réunion du 4 août 1961 sur la couverture des essais souterrains français.
De Richard St. F
J’ai participé à la réunion de ce jour tenue au bureau de l'Assistant spécial du Département d'État pour l'Énergie atomique et l'espace pour évaluer la possibilité d’implanter trois stations du US Atomic Energy Detection System (AEDS) dans des zones proches de l’Algérie pour surveiller les essais nucléaires souterrains français qui, selon des sources fiables, devraient être effectués entre octobre 1961 et mars 1962.

Le colonel L.B. Williams du S/AE a ouvert la réunion en soulignant l’importance de la proposition dont le but est de récolter des informations et des données permettant la vérification de l’efficacité de nos systèmes de détection des essais souterrains. Il a aussi donné une description du type d’équipement nécessaire pour les sites de détection.
M. William Jones de l’UNP a émis l’opinion, en des termes extrêmement fort, que si une connexion quelconque entre les USA et les essais souterrains français venait à être découverte, nous pourrions être accusés, en particulier par les Russes, d’utiliser en fait le prétexte de la surveillance des essais souterrains français pour récupérer (en douce, n.d.t.) des informations sur les effets des tirs nucléaires et par conséquent de ne pas respecter le moratoire que nous nous sommes imposés nous mêmes.
M. Robert Foulon, parlant au nom de l’AF, a fait part également des réactions véhémentes auxquelles nous pourrions être confrontés de la part des pays africains en général étant donné que ces pays se sont déclarés publiquement comme étant une zone sans essais nucléaires.
M. Jesse, M. MacKnight et M. Foulon on alors pointé le fait que deux des trois sites proposés pour l’implantation de stations de détection,  le Mali et le Niger, devaient être exclus pour des raisons politiques : non seulement il serait impossible de garder secrètes de telles activités aux yeux des Français, mais qu'en plus il serait nécessaire d’obtenir l’accord des deux gouvernements, et qu'un tel accord serait sans doute impossible à obtenir.

M. Foulon m’a alors demandé de décrire les possibilités de mise en place de ce type d’opération en Libye (M. Jones de l’UNF a dû quitter la réunion quand j’ai commencé à exposer la situation). J’ai dit qu’il me semblait qu’il y avait certains facteurs de la situation libyenne qui pouvaient permettre d’envisager l’implantation de telles stations de détection. Deux couvertures possibles de l’opération sont apparues d’elles-mêmes.
1) Le 64e bataillon du Génie est actuellement engagé pour établir des relevés topographiques de la zone dans laquelle on pourrait implanter les sites de détection en Libye, c’est-à-dire le triangle Ghat-Sebha-Ghadames. À partir de la description du colonel Williams de l’équipement nécessaire, il apparaîtrait possible de le faire parvenir en Libye comme étant du matériel destiné au corps de Génie sans éveiller de suspicions.
2) La plupart des zones concernées sont des zones de concessions pétrolières et la majorité d’entre elles le sont à des compagnies pétrolières américaines. Les équipements de détection sont très similaires aux équipements de prospection et ne seraient pas identifiables en tant que tels, sauf aux yeux de spécialistes. J’ai ajouté qu’il ne serait pas inconcevable que l’une ou l’autre, ou les deux, couvertures puissent être utilisées sans avoir à en informer le gouvernement Libyen ou le roi, bien que ce soit un point sur lequel les avis de notre ambassadeur devraient évidemment être sollicités.
Et, bien évidemment nous devrions discuter de tout ce projet avec l’ambassadeur avant de le développer.

Le consensus de cette réunion s’est fait autour des points suivants :
1) Si le plan de détection devait être mis en œuvre, ce serait en Libye.
2) Nous aurions besoin d’être absolument certains que notre couverture serait aussi parfaitement ''étanche'' qu’il est humainement possible de l'être.
3) Le colonel Williams mettrait en œuvre les actions nécessaires pour réunir ensemble les spécialistes de la détection et les responsables des unités du Génie afin d'évaluer quelles seraient les possibilités d’utiliser le détachement du Génie en Libye comme couverture de l’opération.
4) Dans un futur proche le colonel Williams programmerait une réunion avec le ministère de la Défense, l’ISA, l’AFTAC (Air Force Technical Applications Center) et le gouvernement pour évaluer la situation et déterminer si on a bien atteint l’étape permettant une approche de l’ambassadeur sur le sujet.
M. Foulon a insisté sur le fait que AF ne s’est, bien sûr, pas engagé du tout sur le sujet excepté sur le point de l'examiner à nouveau dans le futur.

À suivre pour la traduction du document 15 daté du 15 août 1961 (à cette date, au CEMO depuis un mois je ne me doutais même pas que les Yankees me surveillaient d'aussi près.  affraid ).


Dernière édition par Jean-Marie le Jeu 4 Mai - 11:16, édité 1 fois

_________________
61/1A, PA 325 au CEMO, mécanicien radio.



C'est parce que la vitesse de la lumière est plus grande que celle du son que tant de gens paraissent brillants avant d'avoir l'air con.
avatar
Jean-Marie
Administrateur

Nombre de messages : 526
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 02/01/2017

Http://jeanmarie.robert.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Grandes Oreilles de la CIA suivaient nos essais.

Message  Jean-Marie le Mer 3 Mai - 23:09

Ayé, je viens de passer ma soirée pour traduire le document 15, c'est compliqué la diplomatie je trouve.
Mise à jour du 4 mai : fatigué j'étais hier soir car j'avais oublié de traduire les deux dernières phrases du rapport. Embarassed

Document 15 : Lettre de Howard Furnas au général Rodenhauser, le 15 août 1961. Classification secret
Source: NARA, RG 59, Enregistrements de l'assistant spécial du secrétaire à l'énergie atomique et à l'espace, dossier de pays et sujet, 1950-1962, Box 5, dossier 1961-France-Testing

Cette lettre du responsable du département d'État, Howard Furnas au général Rodenhauser chef de l'AFTAC (Air Force Technical Applications Center), rend compte des orientations retenues pour la localisation des stations AEDS à proximité de l'Algérie. Elle explique pourquoi le Mali et le Niger ne sont pas des localisations possibles, et pourquoi la Libye restet une possibilité. Il est noté en outre que le Département d'État était en train d'évaluer les implications de cette proposition sur la politique étrangère des USA.

SECRET.

Destinataire : Major général (général de division) J.F. Rodenhauser, USAF
Chief, Air Force Technical Applications Center
DCS Operation
Department of the Air Force
Washington 25, DC

Cher général Rodenhauser.

Je me réfère à votre lettre du 26 juillet 1961 dont l’objet est les Tests souterrains français.
Le département d'État est clairement conscient de l’intérêt de la surveillance de ces tests en regard des buts décrits dans votre lettre. Néanmoins, il est nécessaire d’évaluer avec précaution la balance entre les gains techniques anticipés et les risques potentiels associés.
Un examen préliminaire par le département met en lumière les points suivants :
1. Le Mali, avec un gouvernement plutôt orienté vers l’Union Soviétique et utilisant les services de nombreux techniciens venant du bloc soviétique, nous semblerait un choix totalement inapproprié pour cette opération. Non seulement il apparaît peu probable que le gouvernement malien approuve le projet (et le projet ne peut pas être mis en œuvre sans la coopération du gouvernement) mais sa découverte par les personnels du bloc soviétique serait très probable et il est virtuellement certain que les Français seraient avertis de l’opération.
2. Le Niger, bien que présentant moins de risques de découverte par les personnels du bloc soviétique, est très dépendant des techniciens français sans lesquels un projet de cette sorte ne pourrait pas être mis en œuvre. De plus, le Niger ayant pris des engagements concernant la politique d’une Afrique sans nucléaire, il serait très improbable que les dirigeants du Niger acceptent le risque de mettre en péril leur futur politique en cas de découverte de leur assistance à ce projet.

En tout état de cause il n’y a aucune opération au Niger ou au Mali susceptible de pouvoir servir de couverture au projet.

3. L’alternative libyenne apparaît pouvoir offrir certaines possibilités pour une mise en œuvre adéquate du projet. Des opérations de cartographie sont en cours par des unités du Génie dans la région de Ghat-Sebha-Ghadames, et où des compagnies pétrolières américaines mènent actuellement des opérations de recherche de pétrole. L’une, l’autre où les deux opérations pourraient présenter des opportunités de couverture pour la surveillance des tests français et il est suggéré que vous les interrogiez pour déterminer si un plan opérationnel adapté pourrait être mis en place en coopération avec eux. S’il est nécessaire de diriger des enquêtes auprès d’unités militaires en service dans la région, le département d'État serait à votre disposition pour les coordonner avec notre ambassadeur à Benghazi.

Entre-temps, le département d'État essaie d’évaluer les implications de cette proposition sur notre politique des affaires étrangères et nous avons demandé à notre ambassadeur en Libye de nous faire remonter rapidement ses commentaires sur les possibilités de conduire une telle opération en Libye si une approche des autorités libyennes était faisable oui ou non. Vous êtes bien sûr conscient que la découverte d’une quelconque connexion des États Unis avec les tests français , quel que soit le but que nous poursuivons, nous soumettrait à des accusations d’avoir hypocritement fermé les yeux, sinon d’avoir encouragé les tests français pour pouvoir collecter des données que nous ne pourrions pas acquérir par ailleurs du fait du moratoire sur les essais nucléaires que nous nous sommes imposés à nous même. Notre position en Afrique en particulier et parmi les nations non-engagées en général serait endommagée et nous serions placés dans une position psychologiquement désavantageuse concernant les négociations futures en matière de ban nucléaire et de désarmement.

Ainsi, en même temps que le département d'État a la volonté d’explorer toutes les possibilités pour accompagner les équipes de détection, la décision finale doit attendre le résultat d’études ultérieures.

Clairement, un facteur important concernant cette décision sera de savoir jusqu'à quel point on pourra minimiser le risque (d'être découverts n.d.t.) en développant un plan de couverture bien sécurisé.

Nous vous tiendrons informé de tous les développements futurs concernant ce sujet.

Sincerely yours,

Howard Furnas
Acting.

_________________
61/1A, PA 325 au CEMO, mécanicien radio.



C'est parce que la vitesse de la lumière est plus grande que celle du son que tant de gens paraissent brillants avant d'avoir l'air con.
avatar
Jean-Marie
Administrateur

Nombre de messages : 526
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 02/01/2017

Http://jeanmarie.robert.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Grandes Oreilles de la CIA suivaient nos essais.

Message  Jean-Marie le Jeu 4 Mai - 12:14

Et voilà la traduction de ce matin, le document 16 qui m'a donné plus de fil à retordre que les précédents (on se rouille).

Document 16 : OCI Office of Current Intelligence, CIA Agence centrale de renseignement. "La France peut réévaluer sa force nucléaire", résumé hebdomadaire de l’OCI publié le 12 avril 1963. Classifié secret.
Source: Demande de la Loi sur la liberté d'information Selon cet article, les difficultés techniques et les coûts croissants pourraient obliger la France à examiner plus attentivement son programme de développement d'un dispositif de dissuasion nucléaire indépendant. Bien que la France reste déterminée à avoir sa propre force, l'article a indiqué qu'il existait des indications selon lesquelles, pour obtenir une assistance technologique, il pourrait être utile de se rapprocher avec l'Alliance occidentale.

LA FRANCE PEUT RÉÉVALUER SA FORCE NUCLÉAIRE. 12 avril 1963.
(Quatre phrases de ce texte sont caviardées, car non déclassifiées.)

Des difficultés techniques et l’augmentation des coûts, plus particulièrement le développement d’une seconde génération d’armes nucléaires, pourraient imposer à la France de réexaminer de façon plus rigoureuse sa capacité de développer une force de dissuasion indépendante. Paris reste bien entendu engagé dans sa volonté de disposer de sa propre force de dissuasion. Il y a des indications concernant le fait que Paris pourrait explorer différentes options pour améliorer ses relations avec l’alliance de l’ouest dans l’espoir que des relations améliorées pourraient apporter une aide technologique.

Le 2 avril 1963,  le général d’Aviation du cadre de réserve Pierre Gallois, un des plus ardents défenseurs d’une force de dissuasion indépendante à dit à (censuré) que la première génération de missiles nucléaires, basée sur les chasseurs bombardiers Mirage IV était d’ores et déjà obsolète, mais qu’elle devrait être maintenue jusqu’en 1973 ou 1975. Il anticipe un délai de plusieurs années au-delà de la date prévue pour la mise en service de sous-marins lanceurs de missiles, de missiles air-sol compatibles avec la dernière génération de chasseurs bombardiers et de bombes thermonucléaires ou de têtes nucléaires.

Il aussi fait état de difficultés techniques à l’usine de Pierrelatte d’enrichissement d’uranium (à 90 %) par diffusion gazeuse, une installation clé dans la production  d’armes thermonucléaires.
Jusqu’ici, (censuré) la France respectait à peu près ses plans de développement de missiles, de sous-marins de type Polaris et d’autres systèmes de vecteurs nucléaires de seconde génération. Cependant, ces développements en sont toujours aux premières phases de mise en œuvre et la plupart des obstacles technologiques majeurs sont toujours à venir. En dépit de la vague d’affirmations de la France qui maintient que son programme nucléaire se déroule selon les plans, il appert que la main-d’œuvre technique ainsi que les fonds alloués ont été réduits sur nombre de programmes et que les difficultés à maintenir le programme nucléaire dans les délais planifiés pourraient apparaître aussi évident pour le gouvernement qu’il l’était déjà pour les techniciens concernés.

Concernant le Mirage IV, des dépassements de délais mineurs ont été observés, mais la livraison des appareils aux unités tactiques est toujours attendue pour cette année et doit être achevée en 1965. La France a la capacité et a probablement commencé à fabriquer des armes thermonucléaires compatibles avec ce type d’appareil.
Les conclusions de la réévaluation complète des forces d’attaque que De Gaulle avait ordonné en décembre dernier peuvent l’avoir amené à prendre conscience des difficultés à venir.
Cela pourrait expliquer l’attitude plus conciliante de la France observée dans le traitement des différends avec l’alliance de l’ouest.
Dans une conversation récente avec l’Archi Duc Otto De Hapsburg, De Gaulle a dit qu’il serait temps d’améliorer ses relations avec les alliés. De Gaulle a admis que la position qu’il avait prise en janvier et en février avait causé du désarroi dans l’alliance, mais qu’il s’était senti obligé de réagir d’une manière aussi dramatique en raison de ses préoccupations concernant les développements politiques et nucléaires qui ne répondaient pas à ses projets pour l’Europe.

Gallois, qui a des contacts de haut niveau dans le gouvernement français, a laissé entendre qu’un dégel dans l’attitude de Paris vis-à-vis des politiques nucléaires pouvait être en perspective. Sur ce point, il a dit récemment à (censuré) qu’une nouvelle formule nucléaire devait être élaborée avec l’alliance de l’ouest.

Il a également prévu une réconciliation avec les Britanniques et confirmé que la France voulait par-dessus tout la fin de la discrimination nucléaire du MacMahon Act (de 1946).


Dernière édition par Jean-Marie le Jeu 4 Mai - 14:39, édité 1 fois

_________________
61/1A, PA 325 au CEMO, mécanicien radio.



C'est parce que la vitesse de la lumière est plus grande que celle du son que tant de gens paraissent brillants avant d'avoir l'air con.
avatar
Jean-Marie
Administrateur

Nombre de messages : 526
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 02/01/2017

Http://jeanmarie.robert.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Grandes Oreilles de la CIA suivaient nos essais.

Message  Alain P le Jeu 4 Mai - 13:19

Très intéressant Jean Marie: un seul regret les documents non déclassifiés....semblent importants et nous laissent insatisfaits.
avatar
Alain P

Nombre de messages : 6455
Age : 77
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 07/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Grandes Oreilles de la CIA suivaient nos essais.

Message  Jean-Marie le Jeu 4 Mai - 14:03

Alain P a écrit:Très intéressant Jean Marie: un seul regret les documents non déclassifiés....semblent importants et nous laissent insatisfaits.
Quand j'aurai fini mes traductions, je vais aller fouiner sur la piste des documents déclassifiés de la CIA, il y a sans doute des pépites à découvrir.
J'ai déjà trouvé une entrée, il me reste donc à dérouler le fil dont je tiens un bout pour partir explorer les sites US. study

_________________
61/1A, PA 325 au CEMO, mécanicien radio.



C'est parce que la vitesse de la lumière est plus grande que celle du son que tant de gens paraissent brillants avant d'avoir l'air con.
avatar
Jean-Marie
Administrateur

Nombre de messages : 526
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 02/01/2017

Http://jeanmarie.robert.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Grandes Oreilles de la CIA suivaient nos essais.

Message  Jean-Marie le Mar 9 Mai - 22:40

Ouf, ça y est, je suis arrivé au bout de la traduction de ce rapport de la CIA plein de redites, à mon humble avis, et je pense sincèrement que les mecs qui pondaient de tels rapports devaient être rémunérés au km de document d’une part et que les galonnés qui les lisaient devaient faire semblant d’y comprendre quelque chose ou devaient roupiller quand on leur exposait, d’autre part.

Si j'avais eu à pondre ce type de rapport, j'aurais essayé de glisser ici ou là quelques formules logomachiques bien senties du genre :

Dans de nombreux domaines, le levier de différentiation métabolise les besoins participatifs des imbrications.
Dans un certain nombre de cas, la planification développe les inputs hypothético-déductifs du méta-contexte.
Typiquement, le consensus peut faire rapidement progresser les acquis discriminants du schéma directeur.
En général, l'effort soutenu métabolise les blocages globalo-superficiels du projet.
À condition de s'adapter, la finalité perfectionne les processus transfonctionnels du schéma directeur.
Effectivement, l'efficacité s'inscrit dans les effets globalo-superficiels dans le bon sens.


Enfin, on y apprend quand même des choses.

Document 17: Office of Current Intelligence, Central Intelligence Agency. The French Nuclear Strike Force Program, May 31, 1963. Secret
Source: Freedom of Information Act Request

Several aspects of France's nuclear strike program are examined in this report - the program's goals, the Mirage IV aircraft (at the time France's only means of delivery nuclear warheads), the program to develop a ballistic missile-launching submarine, warhead development, and the competition for resources.

Document 17 : Office of Current Intelligence, Agence centrale de renseignement. Le programme français de la force de frappe nucléaire, 31 mai 1963. Secret
Source: Demande de la Loi sur la liberté d'information

Plusieurs aspects du programme de la force de frappe nucléaire de la France sont examinés dans ce rapport - les objectifs du programme, l'avion Mirage IV (à l'époque du seul moyen de livraison des ogives nucléaires de la France), le programme de développement d'un sous-marin lanceur de missiles balistiques, compétition pour la sécurisation des ressources.

LE PROGRAMME FRANÇAIS DE FORCE DE FRAPPE NUCLÉAIRE.

Restée inébranlable malgré l’augmentation des coûts les délais et la prospective d’une obsolescence rapide du vecteur de déploiement représenté par les Mirages IV, la France poursuit activement le développement de sa force de frappe nucléaire. Le coût global du développement de la force de frappe est élevé, mais probablement supportable pour l’économie française si la croissance actuelle est maintenue et l’inflation maîtrisée. Pour diminuer les coûts et tenir le calendrier de développement de la force de frappe dans les délais des décisions importantes restent encore à être prises pour fixer le choix des systèmes et leur degré de sophistication.

Les buts :
Les efforts français pour la mise en œuvre d’une force de frappe nucléaire apparaissent fermement centrés sur les bombardiers Mirage IV armés de têtes nucléaires de 50 à 60 kilotonnes de première génération et sur les sous-marins nucléaires lanceurs de missiles avec des missiles de moyenne portée IBRMs avec des têtes nucléaires de seconde génération. Un article de Messmer, ministre de la Défense, paru dans la revue de la Défense Nationale laisse à penser d’une façon semi-officielle que c’est bien le chemin choisi par la France. Sa déclaration impliquait que d’autres vecteurs possibles de déploiement tels que des missiles sol / air ou des missiles air / sol ne seraient pas développés jusqu’au point de la mise en service opérationnelle bien que cela pourrait être fait plus tôt et avec un coût moindre que les systèmes basés sur les sous-marins.
En résumé les Français semblent avoir décidé de se concentrer sur certains aspects de leur programme pour des raisons de coûts, mais n’ont pas abandonné pour autant les autres projets potentiellement prometteurs. La compétition pour disposer des ressources (de recherche) disponibles n’a pas encore atteint le point où une décision finale serait nécessaire.

Le Mirage IV.
Cet appareil, malgré son rayon d’action limité et d’autres lacunes restera le seul moyen de transporter des charges nucléaires pour les cinq prochaines années et peut être même pour un ou deux années supplémentaires.

À cause de cela et parce que les ressources ont déjà été utilisées pour le développement de l’avion et la mise en place de la ligne de fabrication avec ses outillages il est hautement probable que la production des Mirages IV sera maintenue au niveau planifié.

En tout état de cause, étant donné que les coûts de maintenance de la force de Mirages IV maintenue en alerte opérationnelle permanente risqueraient d’augmenter fortement les dépenses, Paris pourrait choisir de ne maintenir cette flotte en alerte que pendant les périodes de graves crises.
Il paraît évident que pour augmenter le rayon d’action et les chances de survivre à l’engagement en combat les Français ont considéré le développement de missiles air / sol.
La réduction de la taille et du poids de la bombe pourrait aussi apporter un gain de place qui pourrait être utilisé pour augmenter la capacité des réservoirs de carburant.

(Suivent 18 lignes en très petits caractères qui, après agrandissement, se révèlent cryptées) …. efforts nécessaires.



Avec les limitations dues à la conception du Mirage IV, le ravitaillement en vol apparaît le moyen le plus pratique d’augmenter le rayon d’action. Au mieux, le système de frappe avec le Mirage IV reste bien inférieur aux exigences françaises en la matière.

Programme de sous-marins.

Le développement de sous-marins lanceurs de missiles balistiques nucléaires à moyenne portée est étroitement lié à celui du lanceur de satellite Diamant, les deux premiers étages de ce lanceur pourraient aussi être utilisés comme missile sol / air ainsi que les fusées-sondes utilisées dans le programme spatial français.
À ce stade particulier du programme de missiles, de futurs développements du premier étage de la fusée diamant pourraient bénéficier aux deux programmes, militaire et spatial.

Cependant, les différents programmes se développant simultanément vont devenir de moins en moins imbriqués, ce qui pourrait résulter en une compétition entre les programmes pour disposer des ressources et des techniciens disponibles. Les pressions vont monter pour ralentir ou arrêter les programmes moins directement liés au projet de sous-marins lanceurs de missiles. Cependant, les bénéfices techniques collatéraux attendus pour la science, et pour les programmes des secteurs concernés par les missiles et l’espace en général – ce que le gouvernement français a publiquement mis en avant – va probablement militer contre des coupes budgétaires dans les domaines non directement reliés au programme de sous-marins nucléaires lanceurs d’engin de type Polaris.

En tout état de cause, limiter le programme de lanceurs sol / air ne réduirait pas substantiellement les coûts globaux à court terme, car les coûts initiaux sont essentiellement liés à la recherche et au développement. En même temps, si Paris veut espère mettre en place son système de sous-marins nucléaires lanceurs d’engin dans les délais il ne doit pas ralentir le développement des équipements tels que les systèmes complexes de navigation en particulier s’agissant des sous-marins nucléaires. La mise au point de certains de ces équipements pourrait provoquer des difficultés et des retards supplémentaires.

Armes nucléaires.

Le développement des têtes nucléaires et de bombes de plus forte puissance sera de loin le l’aspect le plus dispendieux du programme français de force ce frappe ainsi que la résolution de tous les problèmes techniques afférents à la mise au point d’un système d’armes nucléaires de la deuxième génération.
Comme pour le cas des missiles, la route que devra emprunter le programme nucléaire français est bien tracée, où la France voudra-t-elle s’arrêter ou pour le moins faire une pause n’est pas du tout défini.

Toutes les indications montrent que la France va accélérer le développement d’une ogive thermonucléaire de 1500 livres (680 kg) qui serait compatible avec les sous-marins lanceurs d’engins. Une telle arme ne devrait pas être prête avant le début des années 1970 sous réserve  qu’il n’y ait pas de diminution dans les programmes de tests et de développements.

Bien que les ressources disponibles pour le programme nucléaire puissent être concentrées sur le développement des armes thermonucléaires au détriment du nucléaire civil pour la production d’énergie ou pour les bombes à fission, la plupart des dépenses concernant ces deux derniers champs d’application ont déjà été faites et l’économie résultante serait très faible.
La production de plutonium à l’usine de Marcoule est en cours. Au moins sept essais de bombes au plutonium ont été réalisés et il sera sans doute possible d’avoir une bombe de 1500 livres 100 KT en 1967.
De plus, le développement d’une tête nucléaire à fission (bombe A) serait compatible avec les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins qui vont être livrés et pourrait être utilisée comme armement nucléaire temporaire en attendant le développement de têtes thermonucléaires dont le poids et les dimensions seraient appropriés aux sous-marins.
Une tête nucléaire de cette puissance satisferait les exigences françaises pour une arme pouvant être utilisée contre des centres urbains.

Compétition pour les ressources.

Les différents éléments du système français d’armes nucléaires ne se sont pas trouvés en situation de concurrence pour la disponibilité des ressources techniques et humaines. De plus, étant donné que les étapes de développement des deux systèmes, missiles et têtes nucléaires, sont séquentielles les ressources peuvent pour des périodes limitées être réparties entre plusieurs projets sans mettre en péril l’atteinte des différents objectifs.

Cependant de graves décisions restent à prendre concernant le degré de sophistication et de puissance qui serait acceptable pour chaque type d’arme.

_________________
61/1A, PA 325 au CEMO, mécanicien radio.



C'est parce que la vitesse de la lumière est plus grande que celle du son que tant de gens paraissent brillants avant d'avoir l'air con.
avatar
Jean-Marie
Administrateur

Nombre de messages : 526
Age : 76
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 02/01/2017

Http://jeanmarie.robert.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Grandes Oreilles de la CIA suivaient nos essais.

Message  Alain le Mer 10 Mai - 8:36

Dans de nombreux domaines, le levier de différentiation métabolise les besoins participatifs des imbrications.
Dans un certain nombre de cas, la planification développe les inputs hypothético-déductifs du méta-contexte.
Typiquement, le consensus peut faire rapidement progresser les acquis discriminants du schéma directeur.
En général, l'effort soutenu métabolise les blocages globalo-superficiels du projet.
À condition de s'adapter, la finalité perfectionne les processus transfonctionnels du schéma directeur.
Effectivement, l'efficacité s'inscrit dans les effets globalo-superficiels dans le bon sens.

Dans ses (interminables) discours, mon directeur s'exprimait presque uniquement comme ça...
En fin de carrière, je demandais, au cours de ces réunions, à ma collègue d'à côté (toujours la même, merci Annie), de me réveiller au bon moment...
P....n, j'en ai pris, des coups de coudes dans les côtes !

_________________
Alain VEIL
In Amguel 63/64
PA 325 Télétype Météo





-Vous voyez là ? Au bout , y a une extrémité.
-Vous n'ignorez pas que le défi métabolise les changements motivationnels dans le bon sens. (JMR)
-Il faut faire en sorte de laisser une trace sur la terre même quand ton ombre aura disparu..
avatar
Alain
Administrateur

Nombre de messages : 12646
Age : 73
Localisation : Fouras Charente Maritime
Date d'inscription : 05/01/2008

http://amis-pic-laperrine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Grandes Oreilles de la CIA suivaient nos essais.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum