Et si on se racontait chacun nos mai 1968.

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: Et si on se racontait chacun nos mai 1968.

Message  Georges le Mer 25 Avr - 19:14

Michel a écrit:
Hé ben dans la gonfle en 66, on avait des FM de la guerre de 14, mais la!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Hé oui mon ptit Michel, et fallait tourner la manivelle, pas d'électricité, très "physique" comme boulot !
avatar
Georges

Nombre de messages : 6299
Age : 74
Localisation : st Armel 56450
Date d'inscription : 31/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on se racontait chacun nos mai 1968.

Message  Jean-Marie le Mer 25 Avr - 20:26

Le FM 1924 modifié 1929 équipait effectivement tous les avions utilisés par les as de l'aviation française pendant la guerre 1914- 1918.
C'est d'ailleurs en hommage au capitaine Guynemer que les Rafale de l'Armée de l'Air (mais pas ceux de la Marine) en sont toujours équipés aujourd'hui.

_________________
61/1A, PA 325 au CEMO, mécanicien radio.



Il est vrai que parfois, les militaires s'exagérant l'impuissance relative de l'intelligence négligent de s'en servir. Charles de GAULLE
avatar
Jean-Marie
Administrateur

Nombre de messages : 1409
Age : 77
Localisation : Marsannay-la-Côte
Date d'inscription : 02/01/2017

Http://jeanmarie.robert.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on se racontait chacun nos mai 1968.

Message  marcel le Mer 25 Avr - 22:23

Au bureau d'études et à l'atelier, les cotes étaient toujours indiquées en millimètre.
J'avais voulu faire découper une plaque d'alu de 1 mm d'épaisseur au format A4, soit 21x29,7 ... cm
Et le mécano m'avait rendu mon bon de commande accompagné d'un timbre poste en alu !

*

_________________
Marcel Couchot : 15-06-1938. ESAA Nîmes. Rejoint le 620è GAS à In-Amguel dans le Hoggar le 24/04/1962 comme Sous-Lieutenant. Affecté à la BMDD, participe à l'expérience BERYL à In Eker du 01/05/1962. Resté sur le site jusqu'en Avril 1963.
avatar
marcel
Modérateur

Nombre de messages : 2658
Age : 80
Localisation : Mandelieu La Napoule (06210)
Date d'inscription : 30/04/2009

https://www.image-en-relief.org/SCFWiki/index.php/Utilisateur:Mc

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on se racontait chacun nos mai 1968.

Message  Jean-Marie le Mer 25 Avr - 23:29

marcel a écrit:Au bureau d'études et à l'atelier, les cotes étaient toujours indiquées en millimètre.
J'avais voulu faire découper une plaque d'alu de 1 mm d'épaisseur au format A4, soit 21x29,7 ... cm
Et le mécano m'avait rendu mon bon de commande accompagné d'un timbre poste en alu !
*

La même histoire à l'envers à la découpe de bois chez Castorama, j'avais donné un plan coté en mm pour faire découper une bande de 30 mm de large sur une grande plaque de contreplaqué que j'avais achetée et à l'arrivée ma bande découpée faisait 30 cm de largeur.

_________________
61/1A, PA 325 au CEMO, mécanicien radio.



Il est vrai que parfois, les militaires s'exagérant l'impuissance relative de l'intelligence négligent de s'en servir. Charles de GAULLE
avatar
Jean-Marie
Administrateur

Nombre de messages : 1409
Age : 77
Localisation : Marsannay-la-Côte
Date d'inscription : 02/01/2017

Http://jeanmarie.robert.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on se racontait chacun nos mai 1968.

Message  marcel le Jeu 26 Avr - 11:26

J'étais allé dans une droguerie pour acheter du venilia adhésif.
J'en ai demandé 2 mètres au vendeur. soit 200 centimètres.
Il a posé son doigt au début du rouleau, et a commencé à le dérouler.
En regardant les traits et les chiffres marqués sur le coté du rouleau.
Et que je te tire, et que je te tire, et que je te tire, ça n'en finissait pas.
En même temps, il comptait à voix haute 1, 2, 3,... 17, 18, 19, 20.
Puis il a pris ses grands ciseaux, et hop, en travers, et m'a enroulé le tout.
Et il m'a demandé la somme correspondant à ma demande.
Entré chez moi, j'ai mesuré et j'ai compris la raison de sa grossière erreur :
Au lieu de 2 mètres, j'en avais 5 mètres et des poussières...
Il avait regardé les graduations en pouce, au lieu de celles en  centimètre !
*

_________________
Marcel Couchot : 15-06-1938. ESAA Nîmes. Rejoint le 620è GAS à In-Amguel dans le Hoggar le 24/04/1962 comme Sous-Lieutenant. Affecté à la BMDD, participe à l'expérience BERYL à In Eker du 01/05/1962. Resté sur le site jusqu'en Avril 1963.
avatar
marcel
Modérateur

Nombre de messages : 2658
Age : 80
Localisation : Mandelieu La Napoule (06210)
Date d'inscription : 30/04/2009

https://www.image-en-relief.org/SCFWiki/index.php/Utilisateur:Mc

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on se racontait chacun nos mai 1968.

Message  Daniel T. le Mer 2 Mai - 9:59

L’entreprise « Le Duralumin » CEGEDUR en 1968 est spécialisée dans le filage (extrusion) d’alliages d’aluminium
Le filage est une opération simple. Une billette, un morceau en alliage d’aluminium, est chauffé entre 400 & 500 °C, en dessous de son point de fusion. La billette est forcée de passer à travers une filière qui a la forme du produit voulu.



Le lundi matin 13 mai 1968, la grève est décidée par les organisations syndicales,  avec occupation de l'entreprise.
Les grévistes sont allés voir le directeur dans son bureau pour lui donner un cahier de revendications et le prier de quitter celui ci, car l'usine est occupée, seul les grévistes peuvent rentrer.

Les occupants doivent maintenir les machines en état de fonctionnement pour que la reprise se fasse correctement, la salle des pompes est sous surveillance permanente.
La salle des pompes, cœur de l’énergie nécessaire  aux presses de filage des alliages durs, est commune à toutes les presses.
Elle  alimente celles-ci par de nombreuses canalisations, posées  en caniveaux, en acier capable de supporter des pressions supérieures à 300 bars.
L’installation de la salle des pompes est de type hydrau-pneumatique, elle est équipée de bouteilles (réservoirs):
- 3 bouteilles air de 20000 litres
- 1 bouteille eau de 20000 litres
- 8 bouteilles air de 2500 litres
- 2 bouteilles eau de 2500 litres

Le débit total maximal de toutes les pompes est de 97 m³/ heure à 300 bars, elle peut alimenter simultanément les 6 presses, soit une poussée totale de 14550 tonnes.



Plusieurs défilés sont organisés à cette période, dans Rive de Gier et à St Etienne, toujours encadrés par un service d'ordre syndical pour éviter tout débordement. Ces défilés se sont toujours déroulés dans le calme.

Le comité local de grève, CGT CFDT, va acheter des pommes de terre du côté de Ste Sigolène (43) quelques agriculteurs les donnent en solidarité.

Le comité local de grève instaure une carte de grève pointée en fonction des présences réelles, pour assurer les piquets de grève et le maintien en état de l’outil de travail. Cette carte est utilisée pour la distribution des aides collectées en fonction de la composition familiale. L’aide sociale de Rive de Gier donne des bons d’achat des commerçants de la ville.



La direction organise un vote salle des Concerts, sans résultat exploitable.
Le nombre de votants est très faible, seule une partie des non grévistes a voté.

Un jour, un bruit court, les CRS doivent évacuer l'usine. Les portails sont bloqués avec des billettes. La centrale, poste d’arrivée de l’énergie électrique en 63 KV, est gardée.
Nous avons montés la garde toute le nuit avec des matraques confectionnées avec du fil électrique de 120 ou 150 mm2
Les grévistes préparent des lances à incendie pour les recevoir. C’est une fausse rumeur.
La grève dure six semaines, la plus longue de la commune.



Le protocole d’accord entre la direction et les organisations syndicales a permis  l’obtention d’avancées sociales importantes. Il prévoit principalement une réduction du temps de travail et des augmentations de salaire. Les jours de grève sont en partie payés sous forme d’avance. L’augmentation de la productivité pour rattraper le retard de production permet le rattrapage de cette avance.
Après la grève l’usine redémarre comme après un dimanche ou les vacances.
Par exemple, un taux horaire de janvier 1968 de 4.21 F passe en décembre 1968 à 4,867 F. soit une augmentation de 15,60 %
Comme les salaires sont augmentés, la paye ne peut plus être réglée en liquide. Un plafond existe pour ce mode de règlement. Tous les salariés doivent ouvrir un compte en banque.
A compter du mois d’octobre 1969, le salaire toujours versé en deux fois, est viré sur un compte en banque ou CCP.
La durée du travail est de 44h fin 1971, 43h30 fin 1972, 42h30 fin 1973 toujours payée 48 h
La mensualisation pour tous est ensuite mise en place les années suivantes.

quelques extraits de mon livre (sauf la dernière photo que j'ai eu plus tard)
avatar
Daniel T.

Nombre de messages : 1578
Age : 72
Localisation : canton de Rive de Gier(42)
Date d'inscription : 02/08/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on se racontait chacun nos mai 1968.

Message  Alain le Mer 2 Mai - 10:22

Intéressant, ton récit, et qui montre que des grévistes peuvent être respectueux de leur outil de travail !
Pour ma part .... gréve sans occupation des locaux, un seul fayot n'était pas gréviste, obligeant le chef de centre à être présent, et réquisitionné...

Le temps avançant, et ayant progressé dans la hiérarchie, j'ai du gérer une grève, et, sur 33 employés, 2 ne suivaient pas le mouvement...
Elles pensaient se la couler douce...
Je leur ai donc annoncé la couleur :
"Vous ne faites pas grève, donc, le service doit être assuré...
-Vous allez donc ouvrir au public, répondre au téléphone, trier le courrier.... etc....

Le lendemain, j'avais 100% de grévistes....
Mon épouse me reproche toujours mon attitude...... mais moi, je ne regrette rien !!! Very Happy Very Happy Very Happy

_________________
Alain VEIL
In Amguel 63/64
PA 325 Télétype Météo






-Vous voyez là ? Au bout , y a une extrémité.
-Vous n'ignorez pas que le défi métabolise les changements motivationnels dans le bon sens. (JMR)
-Il faut faire en sorte de laisser une trace sur la terre même quand ton ombre aura disparu..

-Plus le temps passe, et plus je suis attaché aux vraies valeurs de la République .... mais je pense que je suis un homme du passé !
avatar
Alain
Administrateur

Nombre de messages : 13588
Age : 75
Localisation : Fouras Charente Maritime
Date d'inscription : 05/01/2008

http://amis-pic-laperrine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on se racontait chacun nos mai 1968.

Message  Georges le Mer 2 Mai - 11:40


Une carte de grève, pas banal, je n'avais jamais vu ça !
avatar
Georges

Nombre de messages : 6299
Age : 74
Localisation : st Armel 56450
Date d'inscription : 31/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on se racontait chacun nos mai 1968.

Message  marcel le Mer 2 Mai - 15:27

C'est aussi en 1968 que l'atelier et les labos sont passés du 110 volts au 220 volts.
Le fer à souder que j'avais reçu lors de mon embauche a été remplacé par un nouveau.



Et pour certains anciens matériels, on a du installer des gros transformateurs 110/220.
Sue cette fiche d'outillage pour ajusteur, j'étais désigné comme "ouvrier".
C'était sérieux, je n'avais pas le droit du jeu Mordaches.
On m'a dit qu'il fallait avoir droit aussi à l'étau...

_________________
Marcel Couchot : 15-06-1938. ESAA Nîmes. Rejoint le 620è GAS à In-Amguel dans le Hoggar le 24/04/1962 comme Sous-Lieutenant. Affecté à la BMDD, participe à l'expérience BERYL à In Eker du 01/05/1962. Resté sur le site jusqu'en Avril 1963.
avatar
marcel
Modérateur

Nombre de messages : 2658
Age : 80
Localisation : Mandelieu La Napoule (06210)
Date d'inscription : 30/04/2009

https://www.image-en-relief.org/SCFWiki/index.php/Utilisateur:Mc

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on se racontait chacun nos mai 1968.

Message  Catherine le Jeu 24 Mai - 13:03

Moi j'avais 4 ans en 68 alors je ne me rappelle pas vraiment du mois de mai; par contre je me rappelle bien que ma soeur aînée a été maman cette année là et moi et bien j'ai été propulsée tata
avatar
Catherine
Cantinière
Cantinière

Nombre de messages : 517
Age : 54
Localisation : mazayes
Date d'inscription : 24/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on se racontait chacun nos mai 1968.

Message  marcel le Jeu 24 Mai - 15:16

En 1968, l'usine de Cannes avaient encore sa "Vieille cantine".  Arrivé au GTC en 1963, j’ai connu cette « Vieille cantine », digne d’un roman de Zola, un bâtiment peu reluisant qui avait la même particularité que la tour de Pise : il était « un peu penché », suite au bombardement allié de la gare de triage de La Bocca le 11 novembre 1943 : une des bombes, qui avaient toutes raté leur but, était tombée dans la cour de l’usine et était restée non explosée. Tout le monde venait la voir dans la journée. Elle avait fini par sauter dans la nuit, sans faire de victime, heureusement. Un train chargé de munitions et d’explosifs était précisément en gare de La Bocca lors du raid, et la ville avait échappé au désastre grâce à l’imprécision des visées.

On mangeait dans la « Vieille cantine » au 1er étage sur de grandes tables usées par le nettoyage, assis sur des bancs, comme à l’armée. Comme le bâtiment était un peu penché, l'eau, le vin et la soupe coulaient lorsqu'on en renversait. Les cuisines étaient au rez-de-chaussée. Elle abritait aussi au rez-de-chaussée le local des gardiens  chargés de fermer le portail à 7h29 et pointer ensuite les retardataires, le bureau de l'assistante sociale, petite dame en sandales hiver comme été, puis le bureau de la secrétaire qui faisait les bulletins de paye à la main en 1965 !
-

-
On aperçoit au centre, à l’est du bâtiment « L » avec ses 16 rangées de 3 fenêtres, la toiture rouge en pente de l’ancienne cantine , encore debout, en alignement avec le nouveau poste de garde. Et tout à droite, devant l’aile est du bâtiment « M », incomplètement terminé, - il lui manque 2 travées de 3 fenêtres et plusieurs étages restent à bâtir -, on peut voir la terrasse du nouveau Restaurant d’Entreprise, avec les locaux du « CE » en avancée et sa pelouse plantée de grands pins parasols. A l’arrière plan, le « Parking nord » est en cours d’aménagement. Il y a quelques voitures garées à droite, et un car bleu à gauche.

En bas à gauche, le « slip » de mise à l’eau des embarcations et des hydravions des chantiers aéronavals E. Romano dont subsiste l’atelier et sa toiture inclinée et vitrée, et à gauche, l’immeuble Saudino, réduit à ses 2 premiers étages. Le constructeur avait triché, et dépassé de deux étages la hauteur limite imposée par la présencce de la piste du terrain d'aviation de Cannes-La Napoule !

En bas et à droite, le départ de l’émissaire Saint-Cassien de rejet en mer des eaux « épurées », dont le gros tuyau d’acier et de béton s’avance à plus d’un kilomètre en mer jusqu’à 85 mètres de profondeur. Sa construction laborieuse, par tronçons, avec de grosses chaines destiner à éviter que la partie déjà immergée ne s’échappe et finisse dans les abîmes, comme cela était déjà arrivé ailleurs, avait été suivie chaque jour par le personnel (en ????). Cette canalisation permet de les déverser dans le Golfe de la Napoule à 85 m de profondeur et plus de 1,2 km des zones de baignade. Et pendant quelques années, une bouée hérissée de tubes pour dissuader les mouettes de s’y poser et de la souiller, marquait l’emplacement de son extrémité et servait de lieu de rendez vous pour les véliplanchistes, sortis de l’usine à midi, au coup de sirène, avec pour objectif de rentrer et de se sécher avant le coup de sirène suivant…

_________________
Marcel Couchot : 15-06-1938. ESAA Nîmes. Rejoint le 620è GAS à In-Amguel dans le Hoggar le 24/04/1962 comme Sous-Lieutenant. Affecté à la BMDD, participe à l'expérience BERYL à In Eker du 01/05/1962. Resté sur le site jusqu'en Avril 1963.
avatar
marcel
Modérateur

Nombre de messages : 2658
Age : 80
Localisation : Mandelieu La Napoule (06210)
Date d'inscription : 30/04/2009

https://www.image-en-relief.org/SCFWiki/index.php/Utilisateur:Mc

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on se racontait chacun nos mai 1968.

Message  Alain le Jeu 24 Mai - 17:44

Catherine a écrit:Moi j'avais 4 ans en 68 alors je ne me rappelle pas vraiment du mois de mai; par contre je me rappelle bien que ma soeur aînée a été maman cette année là et moi et bien j'ai été propulsée tata
et ça nous fait plaisir de te revoir !

Et encore une belle description de Marcel.

_________________
Alain VEIL
In Amguel 63/64
PA 325 Télétype Météo






-Vous voyez là ? Au bout , y a une extrémité.
-Vous n'ignorez pas que le défi métabolise les changements motivationnels dans le bon sens. (JMR)
-Il faut faire en sorte de laisser une trace sur la terre même quand ton ombre aura disparu..

-Plus le temps passe, et plus je suis attaché aux vraies valeurs de la République .... mais je pense que je suis un homme du passé !
avatar
Alain
Administrateur

Nombre de messages : 13588
Age : 75
Localisation : Fouras Charente Maritime
Date d'inscription : 05/01/2008

http://amis-pic-laperrine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on se racontait chacun nos mai 1968.

Message  Georges le Ven 25 Mai - 11:55

Un ajusteur sans étau ni mordaches ? Strange !

Il y en avait aussi en plomb.


avatar
Georges

Nombre de messages : 6299
Age : 74
Localisation : st Armel 56450
Date d'inscription : 31/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Et si on se racontait chacun nos mai 1968.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum