Les maths c'est rigolo, si si, je vous l'assure.

Aller en bas

Les maths c'est rigolo, si si, je vous l'assure.

Message  Jean-Marie le Ven 27 Avr - 12:10

En me promenant dans l'immensité du ouèbe, je suis tombé sur cette vidéo qui explique en deux minutes le fameux paradoxe du grand hôtel de Hilbert.



En guise d'observation, si on commence sérieux grave, on dirait qu'il y a non pas un seul mais plusieurs infinis.
Si l'infini était unique, le nombre infiniment grand serait le plus grand de tous, ce qui est impossible ainsi, Bernard Bolzano (5 octobre 1781 – 18 décembre 1848) considère la multiplicité comme condition d'existence de l'infini, ouvrant ainsi la voie à ce qui est aujourd'hui notre conception de l'infini..
En fait, tous les ensembles infinis en jeu ont le même cardinal, qui est celui du dénombrable, mais, comme l'a montré Georg Cantor ( 3 mars 1845 , Saint-Pétersbourg – 6 janvier 1918), il existe des ensembles infinis qui ne sont pas dénombrables, c'est-à-dire qu'ils n'ont pas même cardinal que les précédents.

Mais je ne vais pas embarquer mes lecteurs dans l’arithmétique des nombres cardinaux telle que l'avait mise en musique le directeur de l’hôtel de Hilbert car cela supposerait de s’embarquer dans des combinaisons de bijections entre les chambres à occupation tournante, toutes plus équipotentes les unes que les autres.

On en arriverait donc à envisager que, dans l’hôtel de Hilbert, on aurait deux infinis strictement inclus les uns dans les autres et qui auraient donc le même cardinal, ce qui n’aurait pas de sens pour des ensembles finis.

Vous me suivez ?

Non et c’est bien normal, alors on va se débrouiller autrement en abandonnant Hilbert et ses chambres d’hôtel tournantes en nombre infini pour prendre un autre exemple plus facilement appréhendable, celui de la connerie humaine qui, tout le monde le sait, est également infinie.

On va donc en étudier le cas de figure posé par cette expression bien connue : « Celui là, c’est pas la moitié d’un con » où on en vient à étudier la définition de la moitié de l’infini, donc la définition de la moitié de la connerie.
On observera que la moitié de la connerie se distingue de la moitié physique à travers les équations :

BM > 50% et PM < 50% où BM = "une bonne moitié" et PM = "une petite moitié"

On voit immédiatement l'intérêt de cette valeur, dont l'ampleur dépasse nettement la moitié physique, laquelle a besoin du complément « exactement » pour arriver à :

Moyenne m = 50% où m vaut "la moitié exactement".

Par ailleurs, l'unité M seule recouvre un vaste champ, allant de 65% (limite supérieure de la BM) à 100%.

En effet, M est à la fois partitive et englobante, comme nous allons le voir plus loin.

Quelques cas typiques :

M = 65% (cf. « Il est presque pas la moitié d’un con ton copain »)

M = 70% (cf. « Mais il est à moitié con ton copain! »)

M = 100% (cf. « Non, mais il est presque complètement à moitié con ou quoi? »)

L'exemple précédent nous servira de transition pour aborder l'aspect le plus intéressant de la moitié, à savoir son contraire.

On posera :

Mx = x, ce qui revient à dire que le contraire d'une moitié infinie de connerie vaut une unité entière.

Cette équation, bien que complexe, se comprend et s'illustre par une expression courante :

« Lui, c'est pas la moitié d'un con. », où « Lui » c’est un con fini.

Supposons en effet que x = un con.

Sa moitié infinie de connerie se posera : Mx, et son contraire (PAS la moitié de) : - Mx.

On obtiendra donc - Mx = x, que l'on pourra rapprocher de - mx = x (voir supra, où m = 50%), ce qui donne :

x = - x/2

On en arrive donc à une équation qui paraît insoluble et qui confirmerait scientifiquement l'impression de l'insondabilité de la connerie.

Mais en fait il n’en est rien :

Prenons x = 0. Nous obtenons 0 = -0 /2, ce qui donne bien sûr 0 = 0.
La démonstration est faite : non contents d'être cons, les cons sont nuls. Cela permet de mesurer l'étendue de l'unité de stupidité, "le nul", notamment "un gros nul".

Cette démonstration permet d’ouvrir le concept de « à moitié » qui n’a rien à voir avec le vulgaire rationnel 1/2), « plus ou moins », « à peu de choses près ».

Ces concepts derrière leur évidente banalité suggèrent une incertitude évaluée de façon très précise. Ainsi plus besoin de développements limités, de transformées de fourriers et autres outils obsolètes, il suffira de dire « la fonction est à moitié comme x quand x est presque égal à 0 ».

_________________
61/1A, PA 325 au CEMO, mécanicien radio.



Il est vrai que parfois, les militaires s'exagérant l'impuissance relative de l'intelligence négligent de s'en servir. Charles de GAULLE
avatar
Jean-Marie
Administrateur

Nombre de messages : 1409
Age : 77
Localisation : Marsannay-la-Côte
Date d'inscription : 02/01/2017

Http://jeanmarie.robert.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les maths c'est rigolo, si si, je vous l'assure.

Message  Alain le Ven 27 Avr - 14:43

C'était pourtant bien simple !!!

_________________
Alain VEIL
In Amguel 63/64
PA 325 Télétype Météo






-Vous voyez là ? Au bout , y a une extrémité.
-Vous n'ignorez pas que le défi métabolise les changements motivationnels dans le bon sens. (JMR)
-Il faut faire en sorte de laisser une trace sur la terre même quand ton ombre aura disparu..

-Plus le temps passe, et plus je suis attaché aux vraies valeurs de la République .... mais je pense que je suis un homme du passé !
avatar
Alain
Administrateur

Nombre de messages : 13588
Age : 75
Localisation : Fouras Charente Maritime
Date d'inscription : 05/01/2008

http://amis-pic-laperrine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les maths c'est rigolo, si si, je vous l'assure.

Message  marcel le Ven 27 Avr - 15:04

Il y avait deux bureaux d'études à Sud-Aviation, un pour la mécanique, l'autre pour l'électronique.

Chaque semaine, leurs Directeurs respectifs se réunissaient dans le bureau du Directeur de l'établissement.
Ils discutaient des projets en cours et des nouvelles propositions. Et j'ai entendu une fois ce dialogue.
-
Le premier : Non, ça, cela n'a que 50 chances sur 100 de marcher.
Le second. Oh, beaucoup moins, pas une chance sur deux...
*


Dernière édition par marcel le Sam 28 Avr - 15:27, édité 1 fois

_________________
Marcel Couchot : 15-06-1938. ESAA Nîmes. Rejoint le 620è GAS à In-Amguel dans le Hoggar le 24/04/1962 comme Sous-Lieutenant. Affecté à la BMDD, participe à l'expérience BERYL à In Eker du 01/05/1962. Resté sur le site jusqu'en Avril 1963.
avatar
marcel
Modérateur

Nombre de messages : 2658
Age : 80
Localisation : Mandelieu La Napoule (06210)
Date d'inscription : 30/04/2009

https://www.image-en-relief.org/SCFWiki/index.php/Utilisateur:Mc

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les maths c'est rigolo, si si, je vous l'assure.

Message  Michel le Ven 27 Avr - 16:14

marcel a écrit:Il y avait deux bureaux d'études à Sud-Aviation, un pour la mécanique, l'autre pour l'électronique.
Le premier : Non, ça, cela n'a que 50 chances sur 100 de marcher.
Le second. Oh, beaucoup moins, pas une chance sur deux...
*


Ah bon ils ne devaient pas avoir fait Maternel Supérieure
avatar
Michel

Nombre de messages : 5721
Age : 71
Localisation : LANNEMEZAN
Date d'inscription : 04/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les maths c'est rigolo, si si, je vous l'assure.

Message  Alain P le Ven 27 Avr - 16:55

Je pense à ce savoureux sketch de Raymond Devos

A tort ou à raison

On ne sait jamais qui a raison ou qui a tort. C'est difficile de juger. Moi, j'ai longtemps donné raison à tout le monde. Jusqu'au jour où je me suis aperçu que la plupart des gens à qui je donnais raison avaient tort ! Donc, j'avais raison! Par conséquent, j'avais tort ! Tort de croire qu'ils avaient raison. C'est-à-dire que moi qui n'avais pas tort, je n'avais aucune raison de ne pas donner tort à des gens qui prétendaient avoir raison, alors qu'ils avaient tort. J'ai raison, non? Puisqu'ils avaient tort ! Et sans raison, encore ! Là j'insiste, parce que... moi aussi, il arrive que j'aie tort. Mais quand j'ai tort, j'ai mes raisons, que je ne donne pas. Ce serait reconnaître mes torts !!! J'ai raison, non? Remarquez... il m'arrive aussi de donner raison à des gens qui ont raison aussi. Mais, là encore, c'est un tort. C'est comme si je donnais tort à des gens qui ont tort. Il n'y a pas de raison! En résumé, je crois qu'on a toujours tort d'essayer d'avoir raison devant des gens qui ont toutes les bonnes raisons de croire qu'ils n'ont pas tort
avatar
Alain P

Nombre de messages : 7214
Age : 78
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 07/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les maths c'est rigolo, si si, je vous l'assure.

Message  Alain le Sam 28 Avr - 13:42

Moi qui déteste les math, au cours d'une de mes nombreuses heures de colle, dues à cette fichue matière, un pion nous a démontré que 1 était égal à 2, donc, que toutes les math étaient fausses... et ça m'a réjoui !!!

a = b  (on multiplie de chaque côté par a)

a² = ab   (on retranche b² de chaque côté de l'égalité)

a² - b² = ab - b²   (on factorise de chaque côté)

(a + b)(a – b) = b(a – b)    (on divise de chaque côté par (a – b))
(a + b) = b

a + b = b,       or, a = b
b + b = b
2b = b    (on divise de chaque côté par b)
2 = 1.


J'ai toujours rien compris, mais ça me plait bien !

_________________
Alain VEIL
In Amguel 63/64
PA 325 Télétype Météo






-Vous voyez là ? Au bout , y a une extrémité.
-Vous n'ignorez pas que le défi métabolise les changements motivationnels dans le bon sens. (JMR)
-Il faut faire en sorte de laisser une trace sur la terre même quand ton ombre aura disparu..

-Plus le temps passe, et plus je suis attaché aux vraies valeurs de la République .... mais je pense que je suis un homme du passé !
avatar
Alain
Administrateur

Nombre de messages : 13588
Age : 75
Localisation : Fouras Charente Maritime
Date d'inscription : 05/01/2008

http://amis-pic-laperrine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les maths c'est rigolo, si si, je vous l'assure.

Message  Edouard le Sam 28 Avr - 14:21

Ton prof prenait certaines libertés avec les simplifications.
Si toi tu avais appliqué cette règle, c'était le zéro assuré.

Edouard

Nombre de messages : 3577
Age : 76
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 12/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les maths c'est rigolo, si si, je vous l'assure.

Message  Alain P le Sam 28 Avr - 15:07

Alain a écrit:Moi qui déteste les math, au cours d'une de mes nombreuses heures de colle, dues à cette fichue matière, un pion nous a démontré que 1 était égal à 2, donc, que toutes les math étaient fausses... et ça m'a réjoui !!!

a = b  (on multiplie de chaque côté par a)

a² = ab   (on retranche b² de chaque côté de l'égalité)

a² - b² = ab - b²   (on factorise de chaque côté)

(a + b)(a – b) = b(a – b)    (on divise de chaque côté par (a – b))
(a + b) = b

a + b = b,       or, a = b
b + b = b
2b = b    (on divise de chaque côté par b)
2 = 1.


J'ai toujours rien compris, mais ça me plait bien !

on divise de chaque côté par (a – b)] certes mais il faut  dire que a-b#0.
avatar
Alain P

Nombre de messages : 7214
Age : 78
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 07/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les maths c'est rigolo, si si, je vous l'assure.

Message  Jean-Marie le Sam 28 Avr - 17:41

Dans le prochain épisode de mes élucubrations mathématico-métaphysiques, je vais tenter de vous éclairer sur la pataphysique telle qu’on la professe au Collège de Pataphysique qui se veut une société de recherches savantes et inutiles.

En guise d’entrée en matière, commençons par nous pencher sur l’être humain qui, comme nous le savons tous, contient environ 5 litres de sang et dont 70 % de la masse corporelle est constitué d’eau, et ce même chez ceux qui n’en boivent jamais.

Si on avait dit ça aux légionnaires, véritables outres à Kro d’In-Amguel, ils l’auraient certainement mal pris.
En résumé, nous autres les humains sommes donc un simple contenant, surtout si on boit de la bière comme une éponge, et notre corps prend alors la forme d’une outre à bière (ou d’un sac à vin pour les non-légionnaires).

L’humain n’est pas pour autant un récipient à boire ni même un récipient de stockage pour les liquides, mais j’ai trouvé que cette particularité était digne d’être relevée surtout qu’elle me sert d’introduction à ce qui va suivre.

Amis du Pic Laperrine, ayons une pensée émue pour la gidouille du père Ubu qui matérialise si parfaitement l’idéal du corps-récipient humain.


Explication sur la Gidouille du Père Ubu :

La Gidouille du Père Ubu, en tant que matrice biologique, fondement physiologique et siège métaphysique qui offrent l'avènement ontologique de la Conscience d'Ubu, fonde par ses commandements induits, son influence et ses fonctions une partie des comportements usuels et non moins pratiques, moraux ou immoraux, du Père Ubu, tels ceux liés, par exemple, à la nécessité naturelle ou à l'ambition la plus déliée.

Arrivé là, on s’arrête un moment, on reprend son souffle et on repart en apnée :

La spirale qui orne son ventre n'est pas considérée comme étant l'effet d'un quelconque métabolisme ni d'aucune affection cutanée, elle relève bien plus d'un trait pataphysique, parti-pris graphique de la part de l'auteur et néanmoins dessinateur et portraitiste unique de l'Ubu tel qu'il fut écrit, et demeure, que d'un symbole dont on peut donner la signification exacte.

Et voilà, comment on en arrive à introduire le concept de pataphysique.

_________________
61/1A, PA 325 au CEMO, mécanicien radio.



Il est vrai que parfois, les militaires s'exagérant l'impuissance relative de l'intelligence négligent de s'en servir. Charles de GAULLE
avatar
Jean-Marie
Administrateur

Nombre de messages : 1409
Age : 77
Localisation : Marsannay-la-Côte
Date d'inscription : 02/01/2017

Http://jeanmarie.robert.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les maths c'est rigolo, si si, je vous l'assure.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum