La mise en équation de la connerie, c'est possible ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La mise en équation de la connerie, c'est possible ?

Message  Invité le Mer 23 Jan - 18:32

Vous me pardonnerez, j'en suis sûr, de vous ramener à l'époque où les calculs se faisaient dans les têtes à l'école et non dans la vessie et de vous entrainer dans des considérations philosophico-mathématiques à partir d'une étude aussi savante que délirante effectuée sur la moitié que nous connaissons tous pour la pratiquer à main levée, je veux parler de la moitié évaluée au pif prise en tant qu'unité partitive.

On observera que la moitié pifométrique se distingue de la moitié physique à travers les équations :

BM > 50% et PM < 50% où BM = "une bonne moitié" et PM = "une petite moitié"

C'est parti les amis, attachez vos ceintures :

On voit immédiatement l'intérêt de cette valeur, dont l'ampleur dépasse nettement la moitié physique, laquelle a besoin du complément exactement pour arriver à :

m = 50% où m vaut "la moitié exactement".

Par ailleurs, l'unité M seule recouvre en pifométrie un vaste champ, allant de 65% (limite supérieure de la BM) à 100%.

En effet, M est à la fois partitive et englobante, comme nous allons le voir.

Quelques cas courants pour mieux comprendre :

M = 65% Exemple : "Elle est moitié mal foutue, ton armoire"

M = 70% Exemple : "Mais il est moitié brûlé, ton gâteau!"

M = 100% Exemple "Non, mais t'es moitié con ou quoi toi ?"

Les exemples précédents nous serviront de transition pour aborder l'aspect le plus intéressant de la moitié, à savoir son contraire.

On posera donc :

Mx = x, ce qui revient à dire que le contraire d'une moitié pifométrique vaut une unité entière.

Cette équation, bien que complexe, se comprend et s'illustre par une expression courante :

"Lui, c'est pas la moitié d'un con." ,où "Lui" est un con fini.


Supposons en effet que x = un con.

Sa moitié pifométrique se posera :Mx, et son contraire (PAS la moitié de) : - Mx.

On obtiendra donc - Mx = x, que l'on pourra rapprocher de - mx = x (voir supra, où m = 50%), ce qui donne :

x = - x/2

On en arrive donc à une équation insoluble (1), ce qui confirme scientifiquement l'impression de l'insondabilité de la connerie.

(1) J'en vois un au fond de la salle qui conteste en disant que tout comme le café cette équation est soluble pour x = 0.

Reprenons, si vous avez réussi à tenir le coup jusque là sans balancer votre écran par la fenêtre : x = - x/2, où x = un con.

Prenons x=0.
On obtient alors 0 = - 0/2, ce qui donne bien sûr 0=0.
La démonstration est faite : non contents d'être cons, les cons sont nuls.
Cela permet de mesurer l'étendue de l'unité de stupidité, "le nul", notamment "un gros nul".

Very Happy
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La mise en équation de la connerie, c'est possible ?

Message  Invité le Mer 23 Jan - 18:40

Dans la même optique nous avions à In-Amguel un lieutenant aviateur qui n'était pas à moitié con mais sans doute beaucoup plus que ça.

Il s'appelait Le lt. Launey.

Nous avions décidé d'évaluer la connerie de ce qu'il nous demandait en utilisant une unité que nous avions inventé pour l'occasion : Le pois, car bien sûr le "pois launey"

Il n'a jamais compris nos rigolades quand on se balançait nos pois en loucédé.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum